Présentation
Arguments pour un Institut Supérieur des Sagesses du Monde en ligne (René Barbier)

- 1 -

L'EXPLOSION DE L'ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE EN LIGNE

Nous devons nous rendre compte de l'explosion actuelle du phénomène d'enseignement à distance par internet que la France n'aborde sérieusement que depuis deux ou trois ans. Tant de questions restent à traiter, la plupart sont tout simplement humaines et sociales et non techniques.  Un des grands consultants américains Peter Drucker évalue les obstacles à la formation à distance et reste très prudent quant à son réel impact . Je pense qu'il a raison si nous, éducateurs, nous restons en deçà de cette révolution technologique. Actuellement, en Europe, la concurrence dans les Formations à distance (FOD) commence à battre son plein et les marchands sont au rendez-vous.  Le Massachusetts Institute of Technology a mis  ses cours en ligne (plus de 2000) gratuitement pour attraper le client. Chaque internaute peut les consulter mais pour être diplômé du MIT, évidemment, il faut se faire inscrire aux cours, ce qui est très cher. Malgré tout, pas aussi cher que si l'étudiant devait venir faire un MBA aux Etats-Unis (frais d'inscription plus frais d'hébergement). À l'université de Maryland, par exemple, un MBA en ligne coûte 25000 dollars en deux ans alors que cela revient souvent à plus de 80000 dollars par an habituellement. À l'université de Floride, un MBA coûte moins cher en ligne sur deux ans : 30900 dollars (27 mois de cours) dont 26500 en frais d'inscription et d'éducation et 1850 en frais de livres et matériels, au lieu de 48161 dollars dont 12450 en frais de logement et de nourriture sur le campus.  Aux USA plus de 1,4 million d'étudiants se forment sur le Net en 1997-98. Aujourd'hui, ils sont plusieurs millions d'après le département américain de l'Éducation. Merryl Lynch affirme qu'ils seront 2,2 millions dans peu de temps, contre 770000 rien qu'en deuxième et troisième cycles . Des diplômes sont délivrés entièrement sur la Toile. Soixante-quinze pour cent des universités américaines publiques et privées sont déjà présentes en ligne. On peut s'inscrire à plus de 6000 cours accrédités par les autorités compétentes. Le taux moyen de réussite est de l'ordre de 60 %, semblable à celui des universités traditionnelles. Le Vice-président de l'université de Phoenix (UOP, Arizona) qui accueille 80000 étudiants sur ses campus et en instruit 20000 en ligne, affirme : "L'étudiant type âgé de 18 à 22 ans compte pour moins de 20 % de la population étudiante. Les autres, la majorité sont des adultes qui travaillent à plein temps et souhaitent en milieu de carrière compléter leur formation. Pour eux, le modèle d'enseignement traditionnel ne colle plus . L'université de Phoenix fut une des premières à se lancer en ligne dès 1989. Dès 1998 la Concord University of Law de Californie a créé un Juris Doctor Degree sur le Web. Du Québec à Dar es-Salam les e-facs sont instituées, dans tous les domaines du savoir et du savoir-faire.  Une université privée (www.u3k.fr) dispense déjà des cours au choix de droit par les meilleurs professeurs des grandes universités françaises. Chaque cours  coûte de 100 à 150 francs de 3 à 6 heures. Les actions des sociétés de e-learning en bourse sont les seules à ne pas avoir suivi le Nasdaq dans sa chute récente concernant le e-business. Plusieurs projets de licence à distance en sciences de l'éducation sont en cours actuellement, avec la participation du CNED et des universités Lyon 2 et Rouen. Sur ce plan, Paris 8, naguère universités pédagogiquement d'avant-garde, se laisse distancier. Il existe déjà des Formation à distance (FOD) dans les universités de Limoges, ou de Nantes, comme au CNAM (10000 inscrits en ligne avec une hausse de 50% par rapport à l'année dernière . Le danger est grand de voir les nouveaux étudiants "partir" (tout en restant dans leur pays natal) vers les Etats-Unis, Le Canada ou l'Extrême-Orient dans les années à venir, pour obtenir des diplômes de grandes universités très cotées. Comme le remarquait Jack Lang, notre ministre de l'éducation nationale, lors du Colloque européen sur l'enseignement supérieur à distance à la Sorbonne en 2000, "Il sera trop tard, demain pour défendre une conception différente de l'enseignement, la nôtre, celle du service public" .
 (suite)