Poème pour toi

Printemps

La rose tisse ses royaumes dans l'instant

Tu te lèves

Ton visage te va si bien

Ton sourire dessine mon puits d'argile

Tes lèvres mes deux fines frontières

J'ose à peine te toucher

Ma mémoire ouvre ton souvenir

Mon désir quitte ses requins

Mon amour déroule son tapis rouge

Je te retiens par un mot si fragile

Je te nomme parmi les arbres

L'arbre Gong

Tu vibres et l'espace devient profond

Comme une grotte d'Ali Baba

Ton écho entre dans mon être

Je suis feu dans les mots

Vent dans les yeux

Terre dans les sons

Air dans les couleurs

Je fais l'amour avec tes mains

Nous nous élevons papier de soie bleue

Nous sommes au monde dans la beauté des courbes

La peur crayeuse se dilue dans la joie

Notre regard devient racines

Notre cri

L'écrin du Sans-Fond

Printemps nous sommes devenus

À la minute où tout se diffuse

René barbier