Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Poésie et créations artistiques > Pour l’eau

Pour l’eau

mardi 20 septembre 2011, par René Barbier

image 205 x 185

Je plongerai mes deux mains dans la source

Pour cueillir le cristal de l’amour

 

Je prononcerai le mot fraternel

Pour saisir sa forme aqueuse et parfaite

 

Je chanterai la mélodie du ciel

Pour contempler sa puissance dans l’onde

 

Je boirai l’eau illuminée

Pour me laver de toute détresse

 

Je deviendrai eau pour aller jusqu’au coeur

Et te connaître enfin O ma femme de toujours

.


image : Cristal d’eau (M.Emoto)

A partir des recherche de Masaru Emoto (Japon)

http://www.wat.tv/video/masaru-emoto-message-eau-3-2z23l_2hm19_.html

Messages

  • Traînées blanches insolentes

    indolentes

    se mourant de bleu

    rien ne s’est passé

    cerf-volants

    papillons blancs

    danse éphémère avec l’écume

    rien ne s’est passé

    volutes de fumées

    Babels mobiles

    silages conquérants

    rien ne s’est passé

    dagues de feu

    bouquetrs de lucioles

    larmes de soleil

    rien ne s’es passé

    mèches emmêlées

    membres écartelés

    s’ébrouant sous le chagrin du ciel

    rien ne s’est passé

    Elle seule demeure

    envoûtée par son propre chant

    dense

    intense

    immense.

  • Mer

    chaîne de la vie

    Mer d’où émergent les arbres

    d’où jaillit l’Arbre

    quand les arbres te flétrissent

    regarde

    l’arbre des siècles

    l’arbre tordu pour toucher la lumière

    l’arbre brûlé jusqu’à plus cendre

    l’arbre malade

    l’arbre ployé

    l’élan de l’arbre vers le ciel occulté

    l’arbre où l’arbre n’est plus

    l’arbre de passage

    l’arbre planté tout droit vers la lumière

    toi que le ciel a placé là pour accorder la pluie

    Mer, ma mer

    quand la mer ouvre le ciel.

  • Il suffit d’une goutte d’eau

    pour que le désert respire

    que la vapeur évade le mirage

    que le sable peuple ses palais

    que la clairière fleurisse

    au réveil de la belle

    que doucement une main efface

    la rigole à la joue de l’enfant

    que brûlent les larmes du soleil

    goutte d’eau

    boule de cristal

    accroche-coeur

    le monde rêve en toi.

  • Un jour,

    de ces jours où tout oppresse

    où la fatigue quémande

    sur une plage

    délaissant ses orages

    la mer étale

    berceau du rythme des pas

    s’est faite enfant sage

    pour permettre à mon coeur

    de battre sous le sable

    de battre sans frontière.

  • Orage

    mais l’orage nous ignore

    il ne s’en prend qu’aux nues

    pour qu’elles donnent à la terre

    cette eau qu’elles accaprent

    il harcèle

    il lacère

    il brusque la touffeur

    pour qu’à nouveau s’épousent

    le soleil et la mer

    il enfle les ruisseaux

    en lits insoupçonnés

    où ils se croient puissance

    il embrase les arbbres

    de la flamme du ciel

    il cueille les bois morts

    il cascade la terre

    pour que la roche à nue

    réponde libre à l’éclair

    Orage

    rincée de lumière

    acuité du soleil

    éclat des couleurs de la terre

    Orage

    trombe d’eau

    au plus profond des lacs

    rien ne bouge.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?