Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Le mitraillage

Le mitraillage

lundi 16 mars 2015, par René Barbier

Comme un long fleuve tranquille

Notre inconscient porte les morts de l’Histoire

Sous la mitraille de par le monde

Nous sommes tous frères de reliance

Silencieusement touchés

Dans le calme de nos pays

On ne le sait pas

On fuit

Excepté dans nos rêves

Je suis dans une rue dévastée d’un petite ville quelque part en Syrie. C’est une localité sous le joug des hommes en noir. Elle est régulièrement bombardée par les avions de l’autre bord.

Ce jour-là, la population - jeunes et vieux, femmes voilées et enfants - a décidé de faire une marche de protestation contre l’injustice, comme à Selma dans les années soixante au Etats-Unis.

La foule se déroule lentement le long du trottoir, par milliers. Il fait beau.

Soudain des avions plongent vers elle et la mitraillent. La panique gagne tout le monde. Il y a des centaines de morts et de blessés.

De l’autre côté de la rue, des hommes armés, souvent très jeunes, sortent des maisons et se précipitent vers leur père, leur mère, leurs soeurs, leurs enfants en train d’agoniser.

Il y a des cris et des larmes ; partout le sang dégouline sur le trottoir en longues lanières écarlates.

Je suis devant ce paysage comme une ombre, un témoin. Je m’écroule, bouleversé par la tragédie, et je me dis qu’en Occident nous allons parler de "bavures" sans trop y croire.

Bébé, sur les routes de France, à une autre époque, je fus l’un de ces mitraillés.


Sur la Profondeur-la Reliance-la Gravité http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/spip.php?article1748

Sur l’histoire sociale des rêves cf.P.Burke, L’histoire sociale des rêves, Annales, mars-avril 1972, a.Colin, pp 329-342