Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Le Futur ?

Le Futur ?

lundi 29 décembre 2014, par René Barbier

J’ai toujours su que l’avenir portait un poids secrètement caché. Trop d’immondices ici-bas pour être sans souci. Nous n’irons pas au paradis, mais vers l’horrible découverte de la suffocation.

 

Pour sortir de l’incertitude, il faudrait une race d’hommes dont les yeux seraient des petites étincelles éclairées de l’intérieur. Des êtres qui ne feraient plus de bruit avec leurs mains fouillant dans l’or des banques. Des personnes enfin jailli de leur individualisme comme des aigles de l’incendie.

 

Le mâle s’affirme dans la mort lente. La femme le suit dans sa nuit déchirée.
Leur enfant est ce chien abattu par le plus rien.

 

La société va bien. Elle sait qu’elle va mourir.

Les puissants font la fête à grands coups d’artifices.

Les plus humbles cherchent une grotte de lumière bleue.

 

Mais tous sont en ville au sein du vacarme et des violences parsemées.

Tous sont entraînés par un torrent d’insignifiance.

Même la rose sans pourquoi.

Même le chien de Tobie en quête d’un ange disparu.

 

Ici je tente de respirer immergé dans l’air du large de la poésie.

Mais le temps m’est compté.

 

Jusqu’où glisser sur la pente raide ?

Comment, à nous tous, retenir la tempête ?

 

La révolution est une main calcinée.

La réforme se boit comme du petit lait empoisonné.

"Je t’aime, tu m’aimes" nous disons-nous, mais sommes-nous encore de ce monde ?

 

Le Futur est une limace avalée par l’urgence.

 


Illustration, transmise par Mariana Thiériot-Loisel