Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Le regard poétique de la réalité

Le regard poétique de la réalité

jeudi 25 septembre 2014, par René Barbier

Le regard que propose le poète sur la vie est celui qui conduit la brise à clairsemer les nuages sombres pour permettre de discerner les rayons du soleil.
Pour le comprendre, il faut d’emblée préciser ce que j’entends par réalité et par le réel.

Comme le précise Edgar Morin dans l’un de ses derniers livres, Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation (Actes Sud, Play Bac, 2014) la réalité est une construction de l’esprit qui porte sur ce que l’on perçoit.

Ce que l’on perçoit à travers nos sensations corporelles et notre fonctionnement cérébral, toujours singulier et personnel, se rapporte au réel.

Le réel dans sa totalité dynamique nous est inconnu. Il est hors langage, non symbolisable. Il est constitutif de notre imaginaire.

Tout ce qu’on peut en dire, déclarer sur lui, le mettre en images, représente notre réalité de ce réel.

Toutes les formes de langage, prosaïque, scientifique, politique, religieux, artistique etc. font partie de notre réalité.

Cette réalité est symbolique : elle construit un réseau de concepts, de théories, de symboles, de mythes, qui prétend exprimer quelque chose de ce réel.
Le langage scientifique véritable vise à la pertinence, c’est-à-dire à l’adéquation la plus exacte possible entre ce réel et la formalisation qui prétend l’exprimer.

Mais notre imagination active ne cesse de produire de l’imaginaire, à travers des symboles, des mythes qui transfigurent sans cesse ce réel.

Le langage poétique est une invention permanente de notre réalité. Celle-ci est déterminée par la culture de la société dans laquelle chacun de nous vit son existence. C’est pourquoi il est presque impossible de traduire la poésie. La seule chose que l’on puisse faire est de permettre à un poète d’un pays donné, d’interpréter, en fonction de sa sensibilité, de son talent, et de son langage, un poète d’une autre langue.

Sous cet angle le poète "traducteur" est un passeur de la poésie planétaire.
Le poète, en tant que producteur de notre réalité, élabore notre symbolique, qui est un champ de rapports de sens.

Mais dans le poème ce rapport de sens doit être continuellement réinventé et approprié par le lecteur du poème.
Ainsi le lecteur du poème devient lui-même un poète dans son appropriation de la poésie d’un autre.

Une culture poétique se tisse peu a peu et entre en résonance possible avec ce réel insondable et radicalement non représentable dans lequel pourtant elle prend appui.

Contrairement au langage scientifique, y compris dans sa version mathématique, qui tente d’éclairer ce qui est encore obscur à la connaissance, le langage poétique introduit la nuit toujours présente dans ce jour apparent du prosaïque et du scientifique.

La poésie est une trouée imprévue dans le socle assuré de la connaissance.
Elle dit ce qui est invisible dans ce qui apparaît trop visible. Mais, du même coup elle donne à voir quelque chose qui restait dans la nuit. C’est la raison pour laquelle, la poésie est le langage premier des mystiques.

Par la poésie, la réalité vient flirter avec le réel. Son langage comporte des vibrations, des résonances, des rythmes, qui sont supposés appartenir également à ce réel.
Il constitue, ainsi, un élément essentiel de l’expression de ce que je nomme "la profondeur."

Ce tissage de la réalité par le langage poétique nous fait saisir, intuitivement et affectivement, un sentiment de reliance avec tout ce qu’il vit et tout ce qui est.
Et ce sentiment de relance nous ouvre à la connaissance d’un sentiment de gravité, de responsabilité individuelle et collective dans la construction de la réalité du vivre ensemble.

C’est pourquoi une culture a un absolu besoin de ses poètes.
Une société qui enferme ses poètes dans des asiles, ou des prisons, ou qui les éliminent peu à peu par le jeu de la marchandisation économique, de la dérision du superficiel et de la gadgétisation, est condamnée à sombrer dans l’insignifiance.


à lire : "De la profondeur en éducation", René Barbier
http://www.calameo.com/books/000062722592a3a8ff9ea