Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > L’amour la mer, lettre d’un grand-père à sa petite fille de (...)

L’amour la mer, lettre d’un grand-père à sa petite fille de cinq ans

jeudi 4 septembre 2014, par René Barbier

Lecture de la lettre

Zip - 2.6 Mo

Ma petite fille chérie, un jour tu m’as dit que lorsque tu serais grande je serai au ciel, mais comme je suis encore sur terre, pleinement sur terre, je veux prendre le temps de te lire cette lettre sur l’amour.

Je l’écris et je te la lis parce que à cinq ans tu ne sais pas encore lire et écrire mais tu vas rentrer dans la grande section de maternelle où tu vas apprendre de mieux en mieux à écrire. Déjà tu aimes prendre des lettres et écrire. Alors tu écris Lou c’est à dire ton prénom, maman, papa, mamie, mimi, papou, Bouddy, ta chienne.

Vois-tu ma chérie lorsque que ta maman avait ton âge et que nous étions en vacances en Bretagne, sur la côte sauvage du Trégor-Goélo, la mer se retirait très loin de la plage et laissait les rochers tout seuls sur les côtés. Puis la mer revenait et immergeait complètement la plage ou ta future maman avait disposé sa serviette de bain.

Un jour ta mère, étonnée, m’a dit "papa regarde regarde il n’y a plus d’eau dans la mer".

La mer, tu le sais, est très réelle, cette mer dans laquelle tu te baignes et qui te rend heureuse de vivre lorsque les vagues éclaboussent ton corps en plein soleil.

La mer est féminine comme ta maman. Mais l’océan est masculin comme ton papa. C’est pourtant la même chose la mer et l’océan. Ce sont les hommes qui nomment ainsi la même chose la mer ou l’océan. Cette chose n’a pas de frontière. Elle est au delà des mots.

Vois-tu ma petite chérie, la mer/océan n’est pas simplement à l’extérieur de toi elle est à l’intérieur de ton cœur.
Cela s’appelle l’amour.

Tu le sais bien, tu aimes d’abord des gens qui sont proches de toi : ta maman, ton papa, ta mamie, Mimi, ton papou. Tu aimes aussi Lou, toi-même.
Puis tu aimes aussi ton petit copain Basile, tes copines de classe, et maintenant Illona et Liam.

Parfois quand tu regardes la télévision et que tu vois un documentaire sur les enfants du monde, tu te sens touchée par ce petit enfant qui souffre et meurt là-bas dans un pays lointain mais aussi par celui qui se baigne, heureux, avec d’autres enfants, dans une rivière non polluée.

L’amour, c’est comme la mer, une respiration. La mer arrive et repart sur la plage. Elle repart vers elle-même, vers tout ce qu’elle est, c’est l’inspiration lorsqu’elle respire. Elle revient sur la plage, c’est l’expiration et toi, tu dois déplacer ta serviette de bain pour qu’elle ne soit pas mouillée.

Ce mouvement de la mer/océan, flux et reflux, c’est celui de l’amour qui recouvre toutes les plages du monde.
C’est aussi le mouvement de l’amour dans ton propre cœur, ma petite princesse.

Une mer/océan en toi-même, qui te recouvre d’abord puis tous ceux qui te sont proches et que tu aimes et tout ceux aussi qui sont loin et même parfois que tu n’as jamais rencontrés.

Ce sentiment d’une mer/océan à l’intérieur de ton cœur, qui recouvre le monde entier, tu devras le garder bien précieusement et le faire vivre tout le temps. C’est comme cela que tu deviendras une grande personne curieuse et ouverte à toutes les mains tendues et à toutes les rencontres


Illustration : "mystère du monde 3", dessin numérique René Barbier, 2014