Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Il va parmi les vivants

Il va parmi les vivants

vendredi 20 juin 2014, par René Barbier

Il va parmi les vivants qui viennent de la musique

Il décortique le feu pour trouver la lumière

Il signe la vie entière avec un cil

 

Un pas dans l’océan

Il dérobe l’espace

 

Aujourd’hui le soleil prend le poids du miracle.


L’avenir revient en foule bleue

 

Le sang disparaît dans les veines.


Tout devient printanier

 

Il a envie de crier dans la neige


Pour faire un trou dans l’espérance

 

Il voudrait regagner l’intimité de l’arbre


Se fondre dans la sève qui monte vers les sommets

 

Mais il tourne en rond


Comme le son d’un bol tibétain


Qui a perdu son nid

 

Il n’ira pas voir la mariée


Trop blanche pour être heureuse

 

Trois fois il a surgi dans le bleu


Avec un visage d’enfant

 

Pourtant il effrayait même la nuit la plus noire en ce temps-là

Il sortait son couteau si le vent l’insultait

 

Il ne connaissait pas la limite des passages


Il regardait la mer et chantait parmi les mouettes

 

Il fut considéré comme un feu follet

 

Qui aurait voulu croire en lui


Son énigme l’emportait

 

Il repartit vers la surprise du vivre

Personne ne signala jamais le meurtre de son ombre

 


Il changea souvent de pays


Il ne revint jamais de son lieu le plus secret

 

Demeure-t-il sur cette montagne qui n’a pas de nom

Qui peut connaître son mystère


Illustration : dessin d’Etienne Klein