Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Au seuil

Au seuil

jeudi 20 février 2014, par René Barbier

 

Tout être humain peut sentir en lui-même le désir de spiritualité au coeur de son immanence radicale, même celui qui n’a aucune attirance pour les codes et les rituels religieux des grandes traditions du monde d’hier ou d’aujourd’hui.

Le poème est la retombée symbolique de la poésie.
Il peut donc devenir rite ou litanie, sans cesse répété. La poésie est création et Vie, toujours en mouvement, surprise et bouleversement imprévu.

 

à Laurent Ballouhey I.M., 17 février 2014

 

Au seuil de l’Autreté

La brise même s’irise

 

Le silence s’arrondit

La peur rentre ses griffes

 

Des continents surgissent

Dans la mémoire

 

Faune et flore font le fête

La pluie vient nourrir le soleil

 

Un vieil homme sort de l’ombre

Lumineuse fourmi rouge

 

Il entre dans mon regard

Par une porte secrète

 

Tout mon être vibre à l’unisson

Bol tibétain

 

Dans mes saisons

L’Un fait sa moisson

 

Le Pourquoi émiette ses petits jours

L’amour ouvre ses fenêtres

 

Un mot enfin s’échappe

Colombe


Illustration Caçadores do tempo, Formação rochosa, https://www.facebook.com/pages/Caçadores-do-tempo/253194554847951