Apprendre à être

         Mariana Lacombe (Brésil)
 
 
 
 
 

Résumé
 

Le rapport élaboré par la commission internationale sur l'éducation pour le vingt et unième siècle, reliée à l'Unesco et présidée par Jacques Delors, définit clairement les quatre piliers d'un nouveau type d'éducation : apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à vivre avec les autres, apprendre à être.
Dans le manifeste de la transdisciplinarité, Basarab Nicolescu met en évidence une trans-relation entre les quatre piliers  de ce nouveau système , qui puise son origine en notre propre constitution d'être humain (Nicolescu: 1999). En effet si notre être est absent, notre relation à la connaissance et à l'action qu'elle impulse, ainsi que notre rapport aux autres peut se traduire par une série d'automatismes, vides de désir et de sens. La clé de voûte et la difficulté de ce nouveau système semble résider en notre aptitude à impliquer notre être dans le mouvement d'apprentissage.
Or comment apprendre à être dans nos institutions scolaires et comment transférer cette attitude à des contextes quotidiens, tels que les embouteillages, le bureau, la cuisine ou le café du coin ?
 

1 - La rencontre

C'est paradoxalement avec les autres que l'on apprend à devenir soi-même. Depuis notre plus tendre enfance, d'autres mains nous lavent, nous bercent,  nous
nourrissent, nous apprennent à nous tenir debout, à articuler notre prénom, à surseoir à nos premières impulsions afin d'accueillir, le mieux possible, notre patrimoine culturel. Or, cette culture devrait nous permettre de sentir, de penser ou d'agir, avec à chaque fois plus de joie, le sens de nos vies.

Le fait d'être, entremêle les sentiments, la réflexion et l'action, sans que la lisière soit bien nette entre eux. A chacun de décider quand s'humaniser en appelle au coeur, au courage des geste ou au calme de la pensée. Il semble très difficile à définir ce que c'est qu' "être".

Ceux qui nous interpellent et nous défient, nous encourageant à oser devenir nous mêmes, tradition à l'appui, ont souvent du mal à dire ce qu'est "l'humain". Toutefois ils font comme s'ils savaient... Sans aucun doute cela nous remet à la faculté de nous conduire de façon désintéressée, pour la "beauté du geste" (Gallard : 1999) à cause de l'énigme qui nous rend capables de nous émouvoir, alors que nous devrions être de froids calculateurs, de penser ensemble au lieu de nous emporter, d'agir plutôt que de prendre la fuite. Cela nous renvoie à la rencontre. Car pour apprendre à écouter son coeur (même si cela semble mièvre), à exercer sa raison et son imagination, à risquer de passer de la parole au geste, il faut qu'un autre vous incite au courage d'être intégralement, sans se mutiler, ni se dérober à cette aventure, qui ne semble réductible à aucune définition.

Pour comprendre le verbe être, nous pouvons nous inspirer des sculpteurs, des peintres, des musiciens, des chercheurs, des acteurs ou des cordons bleus ; bref de tous ceux qui  créent, que la composition soit un plat, une photo, une équation, un texte, avec toute la difficulté que cela comporte, mais aussi avec le plaisir encouru d'être l'auteur de sa vie.

Le verbe créer est un verbe difficile ; il semble trop à la mode, il a des connotations de démiurge, il recèle un danger de volonté de puissance. Toutefois n'est-ce pas là notre plus étrange et belle faculté ? Créer des histoires à partir de presque rien, des formes sur la page blanche, de l'infini en prenant appui sur des matières finies, de l'inachevé à partir de ce qui a été clairement délimité, du possible alors que tout semble perdu ou condamné... Cela ne se concrétise que si quelqu'un vous introduit à l'art de manier les pinceaux, à l'harmonie des formes de Vénus dans le hall d'un musée, à la richesse du langage, au lyrisme d'un regard, au poids d'un sourire, à la patience d'une remise en question nécessaire... Si c'est presque  impossible à dire ce que c'est que "être", nous ne saurions pourtant aucunement être seuls, et il semble que ce soit l'apprentissage de la rencontre qui nous mette sur la voie.

Toutefois les mêmes mains qui nous bercent sont aussi celles qui nous frappent et qui nous rendent difficile l'accès à nous-mêmes. Sartre, probablement en s'inspirant des travaux de Heidegger sur "le monde du on" est très clair : l'enfer c'est les autres. Ceux là même qui devraient nous aider à être nous-mêmes nous volent cette possibilité en nous dictant qui nous devons être, plutôt que de nous placer devant un choix à faire. Il y a une différence de taille entre, par exemple, aller dans un musée pour apprendre à reproduire une sculpture ou pour apprendre à sculpter sa vie. De même, nous pouvons fréquenter une école pour être une pièce bien huilée d'un rouage subtil ou pour apprendre que le métier d´ homme ne sera jamais passible d'une fabrication en série ou d'une recette à la mode. Mais pouvons nous encore, aujourd'hui, sculpter nos vies ?

2 - La limite

Rien de plus rare que d'être sincère, de plus suspect que la vérité que nous énonçons sur les autres ou sur nous mêmes, ni de plus mises en question que la justice et le bien fondé de nos actions. Qu'avons-nous, au fond, créé de nous mêmes ? Qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est réel ? Le réel résiste à nos lectures les plus savantes, "à nos expériences, à nos descriptions ou à nos formulations mathématiques". (Nicolescu : 1999). Autrement dit pour apprendre à être il faut accepter qu'à priori nous ne savons pas être, ou que sur le prétexte d'être, nous engageons entre nous des relations de pouvoir. Nous vivons dans un monde qui à bien des égards nous dispense d'être, ou plutôt que tenter de différer, la question : "qui ?" reçoit souvent la réponse : "personne". Chacun est un autre et personne n'est soi-même (Heidegger : 1927).

La société, dans son ensemble, paraît s'organiser autour de mouvements de masse qui tendent à la dépersonnalisation, à l'égalisation, à la distancialité, à la prévention, à la réduction de l'inédit à la banalité, au déjà vu, de telle sorte que nos secrets perdent leur force. L'humain est souvent réduit à l'état de marchandise, avec son propre consentement. Cet état de fait empêche l'essor de nouveaux modes d'organisation, véritablement démocratiques, où le sujet ne serait pas réduit à la dimension d'objet.

Il s'agit donc de reconnaître ce qui en soi n'est pas soi : ce qui a été appris sans conscience, ce qui tient d'un comportement mécanique, d'une réponse réflexe, voire dogmatique, de reconnaître tout ce qui en nous n'a jamais fait l'objet d'un choix délibéré, mais qui nous a permis de survivre dans la foule. Pour dépasser nos limites il faut d'abord comprendre ce qui les a occasionnées. Or nous ne pouvons les comprendre que lorsque dans un monde gris sur fond gris, quelqu'un découvre un bout d'arc-en-ciel.

Comme cela est alors coûteux de s'extraire des dogmes, de porter du jaune soleil, de vouloir être sculpteur plutôt que statue, de tenter l'effort de construire un parcours singulier, sans pour autant s'isoler, s'exclure ou pire ; finir objectalisé.

3 - Le saut

Bien souvent, seul un saut dans l'inconnu peut nous délivrer de la menace de réification qui pèse sur l'humain dans nos  société contemporaines. Un saut qui peut nous faire murmurer, alors que tout semble avoir été dit, écrit, résolu, prévu : "tout ce que je sais est que je ne sais rien"... Attitude que Socrate a payé de sa vie. Ce saut Norbert Elias l'appelle "un pas hors du commun". Il nous remet aux aspects importants des processus sociaux non planifiés. (Elias : 1994). Elias fait allusion au pas hors du commun que Mozart a dû effectuer lorsqu'il a cessé d' écrire de la musique pour séduire les femmes et le public de Vienne et qu'il a décidé de composer "pour lui même". Il compare, par ailleurs, le saut de Mozart, au moment où Michel Ange est entré en conflit avec le Pape, ou au moment où Bach a rompu avec le duc de Weimar, qu'il a démissionné, et qu'il a utilisé ses contacts pour changer de cour.

Seul un pas hors du commun, un saut malgré la peur, la douleur, le risque et le poids de la responsabilité peut nous permettre de modifier nos représentations, de sortir de la dialectique infernale "opprimé-oppresseur" d'interrompre l'objectalisation des uns par les autres pour tenter de créer du sens ensemble comme on compose de la musique,  comme on sculpte un visage : de tout son être.

Ce saut passe par la faculté de transformer, grâce au coeur, au corps, à l' imagination et à la raison dont nous disposons, les impasses en issues : de trouver un oasis au milieu du désert, de chanter, en catimini, dans une chambre d'hôpital ou dans une cellule de prison, que la vie est belle, au-delà d'elle même, "vue de face, des yeux et non d'un seul oeil borgne", et de voir enfin la sortie du labyrinthe... Bref de changer de niveau de réalité.

4 - La confiance

Aujourd'hui nous savons à peu près dans nos disciplines respectives, allier la théorie et la pratique, penser et mettre en oeuvre, mais nous sommes bien souvent incapables de le faire ensemble, peut-être parce que nous avons désappris la confiance. C'est très risqué de parler de ses failles, de ses doutes, de ses espoirs aux autres. En général plus une personne est instruite, plus elle semble habile à manipuler le savoir à son profit, à explorer les points faibles de ceux qui l'entourent, à prendre le pouvoir. Or nous ne parviendrons au sens ensemble, que si certains acceptent de sacrifier le confort du pouvoir, aux difficultés du partage ; il s'agit là d'un contrat éthique. En effet, il semble impossible de parler de confiance dans nos organisations actuelles, fondées sur l'appât du gain, où règne souvent une compétition sans merci.

Or si nous nous engageons dans un processus de création mutuelle, où nos rencontres sont vécues comme des moments inédits, nous n'aurons pas de réussite assurée...
Bien au contraire, il va nous falloir assumer que nous nous tromperons souvent. Or il faut un grand degré de confiance pour accepter d'être un groupe qui se trompe, autant de fois qu'il le faudra, jusqu'à parvenir à différer ensemble, à être libre mais à ne pas être seul.

Cette confiance il nous faut la redécouvrir, comme un trésor caché au fond de l' océan, qui nous encourage  à plonger vers nous-mêmes.
 

5 - Bibliographie
 

ELIAS, Norbert  Mozart, sociologia de um gênio, Rio de Janeiro : Zahar Ed., 1994
 

GALLARD, Jean   A beleza do gesto, São Paulo : Edusp, 1999.
 

HEIDEGGER,  Martin Etre et Temps, Paris : ed. Gallimard, 1977.
 

NICOLESCU, Basarab Manifesto da transdisciplinaridade, São Paulo: Trion, 1999.