Le Sans-Fond

à ma fille Laurianne pour ses 18 ans
 
 


 
 
 
 

Le Sans-Fond n’est pas une pierre

Pour alourdir l’univers

Le Sans-Fond

N’est pas la mer à boire

Au bord des cils d’un enfant

Le Sans-Fond n’est pas le bruit de la ville

Qui reste là

Au creux des arbres

immobile comme un chat

Le Sans-Fond n’est plus l’amour

Posé sur la lanière du Temps

Ni la mort

Ni le rien

Le Sans-Fond n’est pas la coccinelle rouge

De l’instant

Ni la fumée dans la flamme

Ni le soleil dans un verre d’eau

Le Sans-Fond ne fait ni rire ni pleurer

Mais donne à voir

Le Sans-Fond est sans pourquoi

Brindilles

Chaos rampant

Ouverture jaillissante


René Barbier