M士oire de DESS メ Missions et D士arches dユ思aluation モ

 

Universit de Provence

D姿artement Sciences de lユEducation ミ Site de Lambesc

 

 

Octobre 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lユ残oute

dans

lユaccompagnement

du consultant-coach

 

 

- Approche ph始om始ologique de lユ残oute holistique -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Virginie Hingre

 

Sous la direction de Jacques Ardoino

Professeur 士屍ite, Sciences de lユEducation


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SOMMAIRE

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

6

I   Lユ残oute de soi

 

8

1   Cheminement pour poser la probl士atique.............................................

 

8

2   De la multir伺屍entialit lユapproche transversale..................................

 

9

 

2-1

Limites de la perception.............................................................................

 

9

 

2-2

Posture de lユintervenant.............................................................................

 

10

 

2-3

Transversalit : d伺inition transversale.......................................................

 

11

 

2-4

Transversalit : transcription.....................................................................

 

12

 

2-5

De la transversalit lユholisme...................................................................

 

14

 

2-6

Perception du temps lユ残helle humaine....................................................

 

15

 

2-7

Du processus.............................................................................................

 

16

II   Lユ残oute de soi, lユ残oute de lユautre

 

19

1   Lユ残oute de soi sans lユautre.....................................................................

 

20

2   Vers une approche holistique..................................................................

 

21

 

2-1

Pr斬lables lユ残oute de soi, 残oute de lユautre/groupe, 残oute de lユenvironnement.........................................................................................

 

21

 

2-2

Confrontation de la parole de lユautre..........................................................

 

23

III   Lユ残oute au service de lユaccompagnement

 

25

1   Conditions de la nature de lユ残oute de lユintervenant.............................

 

25

2   Conditions pr斬lables de lユaccompagnement .......................................

 

25

 

2-1

Pour lユautre...............................................................................................

 

25

 

2-2

Pour lユintervenant......................................................................................

 

26

 

2-3

Les 2 participants ヌ 残outants ネ dans le cheminement................................

 

26

 

2-4

Limites de la nature de lユaccompagnement.................................................

 

27


IV   La pratique professionnelle

 

29

1   Historique...............................................................................................

 

29

2   Changement............................................................................................

 

29

3   La pratique en soi...................................................................................

 

30

 

3-1

Un cas clinique...................................................................................

 

32

 

3-2

Quelques vignettes cliniques...............................................................

 

36

4   R伺lexion autour de la pratique..............................................................

 

43

5   Constat et devenir en tant que professionnel...........................................

 

44

Conclusion

 

46

Bibliographie 

 

49

Sites Internet

 

53

Annexes 

 

54

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


I   Introduction

 

Avant de d士arrer toute action, il me semble juste de consacrer quelques courts instants un temps de r伺lexion, un silence int屍ieur qui permet dユ腎re en harmonie avec soi-m仁e. Cet espace silencieux amenant une certaine qualit de pr市ence catalyse lユ残oute et offre une pleine disponibilit ce que lユon entreprend. Ainsi, le sens des choses auxquelles lユon participe se r思粛e. Cela reste vrai pour nユimporte quelle t営he et ceci quelque soit son type, sa port仔. Lユon pourrait croire une d士arche th屍apeutique mais il nユen est rien. La qu腎e de ce sens est simplement un choix pour 腎re dans la vie. Les choses prennent tout leur sens d峻 lors que lユon pratique lユattention vigilante, la pleine conscience du moment, du moment ヌ pr市ent ネ. Ainsi, on est ヌ pr市ent ネ dans tous les sens du terme. Un lien entre la personne, les autres, le monde, sユest 師abli.

 

Se donner lユautorisation de vivre cette 姿reuve, cet ヌ exp屍entiel ネ, ce ヌ v残u de lユint屍ieur ネ constitue une des voies royales pour contacter le ヌ penser- ressentir - agir ネ. Par contre, lユexprimer par le biais dユun discours est une difficile entreprise. Limpide est le fait suivant : se soustraire de cette approche pourrait provoquer lユincidence n伺aste de perdre le sens des choses, le sens de la vie. En outre, cela conduirait 腎re hors dユ残oute et 始oncer des paroles vides de sens. Une fois le sens des choses r思四, tout sユencha馬e dans le m仁e moment, moment ヌ pr市ent ネ. Et ceci se manifeste de mani俊e ins残able : imm仕iatet, implication, distanciation ヌ vivante ネ, patience, engagement, responsabilit, 残oute, ouverture de lユesprit, 四argissement des r伺屍entiels, accueil de lユimpr思u, 師hique,...participent ce sens.

 

Je chemine de mani俊e analogue lorsque je mユengage dans lユ残oute, la cr斬tion artistique, la communication 残rite ou orale, lユ残oute dans la communication, lユaccompagnement professionnel de personnes. La plupart du temps, je constate que du silence ヌ habit ネ, dユune profonde respiration, 士erge cette qu腎e de sens quand bien m仁e ce silence puisse g始屍er chez lユautre, diff屍entes r斬ctions. Parfois, un malaise jusquユ une pseudo-fermeture. Dユautres fois, une ouverture sur une autre compr刺ension, la sensibilit notamment lユ残oute sensible peut se faire. Lユimportant est de cr仔r - ensemble - un espace de confiance, de rechercher un minimum de connivence. Cet espace, r残eptacle de ce qui est exprim verbalement ou non, donnera la chance lユautre, - au moins -, de se sentir 残out, respect, non ヌ 師iquet ネ. Dans le meilleur des cas, il offrira lユautre la possibilit dユ腎re rapidement compris dans sa demande sinon de cheminer vers une clarification de sa demande. A ce propos, la pr市entation dユun cas et de quelques vignettes cliniques illustreront en quoi lユaccompagnement en question emprunte de pr峻 ou de loin la d士arche du ヌ tenir conseil ネ.

 

A nouveau, est n残essaire le temps dユune r伺lexion int屍ieure pour rythmer le processus dユ四aboration de cet 残rit. Bien que vigilante et prudente dans le choix de mes mots, je mユaper腔is que je reste tr峻 influenc仔 par mon exp屍ience artistique, de consultante et mes r伺屍ences. Je vais pourtant mユefforcer de clarifier mon discours. Je vous invite ainsi poursuivre la lecture de ce m士oire dont le sujet porte sur lユ残oute dans lユaccompagnement. Le sens y tient une place privil使i仔. Plus exactement, est mis en lumi俊e le sens que tout un chacun pr腎e aux diff屍entes notions notamment celles de lユ残oute, de lユaccompagnement, de lユ残oute dans lユaccompagnement de personnes, la d士arche et lユint屍腎 de ces derni俊es 腎re accompagn仔s. Au fil de la lecture, il sera toujours question de lユaccompagnement professionnel - non th屍apeutique -. Que lユautre constate du mieux-腎re dans des domaines autres que le professionnel sera accueilli bien que cela ne soit pas la finalit de lユaccompagnement dont on parle ici.

 

Les rencontres avec le directeur de m士oire et un autre professeur dユuniversit, Ren Barbier, auront constitu non seulement une 残oute dans lユaccompagnement dユune personne cユest--dire le coeur de son sujet trait. Par certains aspects, elles se rapprochent du ヌ tenir-conseil ネ [1] et auront en outre offert de nombreux points dユappui tel que ヌ d四ib屍er pour agir ネ, le cheminement pour comprendre - de lユint屍ieur - quelle 師ait au juste sa probl士atique.

 


Lユ残oute de soi

 

 

 

1   - Cheminement pour poser la probl士atique

 

Une premi俊e maturation donnera ce jeu de questions interd姿endantes. Comment lユ残oute entre-t-elle dans lユaccompagnement ? Comment le cadre de lユ残oute permet la parole ? En quoi la subtilit de lユ残oute sensible est-elle pertinente dans lユaccompagnement ? Comment ce type dユ残oute g始俊e du sens dans lユaccompagnement ? Comment d伺inir cette qualit dユ残oute ? Ecoute sensible ? - Ecoute signifiante ? Quelle est la pertinence de la relation entre -posture dユ残oute -( m師hode Tomatis) et - posture de ヌ r伺lexion int屍ieure ネ- ? En quoi la posture dユ残oute est-elle au service de lユintervenant se r伺屍ant principalement au processus soit le consultant, le coach ?

 

De la maturation un autre niveau conduira une s屍ie de questions, toujours en relation les unes par rapport aux autres, plus simples et directes. Quユentendre par accompagnement ? Quユentendre par pr市ence ? Quユentendre par 残outer ? Quユest-ce que 残outer ? Quユ残outer en 師ant ヌ pr市ent ネ ? Quユ残outer dans lユaccompagnement ? Y a-t-il quelque chose  comprendre pour 残outer ? Comprendre - de lユint屍ieur ミ pour 残outer dans lユaccompagnement.

 

Finalement, en reprenant les choses depuis le d暫ut, lユ思olution de cette probl士atique offre, pour le moment, un nouveau regard sur le sujet trait.

Lユ残oute, elle seule, est un processus. Lユaccompagnement est aussi lui seul un processus. Lユ残oute dans lユaccompagnement est 使alement une approche spiral仔 du processus. En quoi lユ残oute est-elle une des bases fondamentales de lユaccompagnement ? La posture dユ残oute ne serait-elle pas une posture part enti俊e ? La posture dユ残oute ne se vit-elle pas au m仁e titre que se vit la posture dユintervenant se r伺屍ant principalement au processus ? La posture dユ残oute nユest - elle pas compl春ement au service de la posture de celui qui accompagne, quユil soit consultant, coach ou conseiller avec lユapproche du ヌ tenir conseil ネ.

 

En outre, depuis la consultation dユouvrages de diff屍ents auteurs et le travail de la contradiction, sera retenu, essentiellement, ce qui offrira du sens lユ四aboration de ce m士oire tout en conservant distanciation et profonde croyance en la dynamique de changement de lユ腎re humain au monde.

 

 

2    De la multir伺屍entialit lユapproche transversale...

 

Un bref tour dユhorizon sur les notions de multir伺屍entialit, dユapproche transversale et de processus, rythmera, sans cesse, en sourdine et en filigrane, la globalit du m士oire.

 

2-1   Limites de la perception

 

Le fait de percevoir et de se repr市enter le monde partir de soi-m仁e et de ses propres centres dユint屍腎 de tous ordres suscite lユaversion ou la sympathie envers autrui. A lユinstar des filtres, ces centres r仕uisent la plupart du temps la perception. Cela entra馬e des obstacles la compr刺ension du monde environnant tel quユil est. En quelque sorte, cユest une scotomisation. Il semble exister une corr四ation entre la puissance de ces filtres et la qualit de la communication dユ腎re humain 腎re humain. Lユaffirmative proposerait le constat suivant : tandis que la premi俊e diminue, la seconde sユam四iore. Ainsi le sens dans le dialogue peut na杯re ou sユapprofondir. Lユobjet en question ヌ la nature de lユ残oute dans lユaccompagnement ネ est d残ouvert, la fois, par les qualit市 dユun regard mobile et pluriel et de ses 残hos. Ainsi seront constitu市 des r伺屍ences. ヌ Par r伺屍ence, il faut entendre le noyau de repr市entions dont est porteur chaque acteur social tant dユun point de vue organisationnel, symbolique, institutionnel, id姉logique que libidinal etc(...)

(...) jユy ajoute... la r伺屍ence au ヌ sacr ネ, au ヌ  transpersonnel ネ, au d姿assement de soi dans des activit市 aux caract屍istiques mythiques, symboliques et artistiques, que jユestime 腎re irr仕uctible toute interpr師ation scientifique et ins姿arable du noyau de r伺屍ences et de valeurs ultimes du sujet... ネ.(Barbier, 1997).


2-2   Posture de lユintervenant

 

Citer quelques logiques, sortant des ヌ sentiers battus ネ permet une vari師 dユ残lairages mettant en valeur lユint屍腎 de la diff屍ence, de lユacceptation de multiples r伺屍ences autres que les siennes. Cette simple et inconditionnelle acceptation peut ainsi permettre lユautre de se donner lユautorisation dユ腎re auteur, acteur, metteur en sc熟e de sa propre vie avec, de pr峻 ou de loin, sa vis仔 professionnelle. A ce sujet, il serait souhaitable que lユintervenant dans une situation dユaccompagnement sユinterroge sur le fait suivant : o en est-il, ici et maintenant, avec ces notions de r伺屍ence et de multir伺屍entialit ? Lユintervenant vivant la posture de consultant semblerait 腎re avantag par rapport la posture dユexpert.

En effet, une compr刺ension intellectuelle de la multir伺屍entialit est n残essaire pour les deux. Toutefois, ヌ comprendre de lユint屍ieur ネ la multir伺屍entialit est indispensable pour lユintervenant choisissant de vivre la posture de consultant. Qui plus est, lorsquユil sユagira dユune approche transversale se pr姉ccupant de la r斬lit existentielle. Ceci dans la mesure o lユintervenant en organisation, face un groupe ou une personne, accueillera dユautant mieux lユautre depuis son univers. Pour revenir aux logiques, peuvent 腎re prises en compte, par exemple, la logique dialectique non synth師ique (la logique tao不te de Yin et du Yang), la logique du paradoxe (la logique du ko穎 zen), des logiques de la vie symbolique et spirituelle ( Karl Gustav Jung, Karlfried Graf Durckeim), des logiques de lユ思始ement et de la complexit ( Edgard Morin).


2-3   Transversalit : D伺inition transversale

 

Une approche transversale consid俊e toutes les dimensions inh屍entes lユ腎re humain donc y compris celles touchant son existence. Selon Ren Barbier (1997), ヌ ...lユapproche transversale, est une th姉rie psychosociologique existentielle et multir伺屍entielle de lユ仕ucation... ネ. Lユintervenant qui 残oute lユautre, part de cet autre, de son univers symbolique et imaginaire. Il part de son ヌ existentialit interne ネ. Cette derni俊e ヌ ... repr市ente un magma de sensations, de repr市entations, dユid仔s, de symboles, de mythes, de valeurs d師erminant lユorientation des pratiques sociales du sujet... ネ. ヌ La transversalit est un processus qui impr夙ne et dynamise et structure lユorganisation et les pratiques individuelles ネ.

Pour exprimer la transversalit et le vide cr斬teur inh屍ent celle-ci, jユemprunterai une fa腔n qui mユest particuli俊e de laisser libre cours lユagencement naturel des mots qui viennent. En premier lieu, il pourra para杯re du mat屍iau brut. Mat屍iau brut quasiment hors filtres. Il est une simple trame, expression concentr仔 depuis un vide cr斬teur. Bien 思idemment, chaque expression m屍iterait peut-腎re dユ腎re travaill仔, re- travaill仔 sous forme de v屍itable phrase, comme la plupart des personnes en ont lユhabitude. Cependant, le sens profond en serait perdu. Apr峻 m柮e r伺lexion, jユai d残id de laisser intact ce mat屍iau et de ne pratiquer aucune censure ce niveau du m士oire. Cette d残ision pr市ente un autre avantage : elle v屍ifie une phrase dユune intervention dユun pionnier de la multir伺屍entialit en Occident. En effet, pour ouvrir sa journ仔 dユintervention du 27 janvier 2003, dans le cadre de ce D.E.S.S. - Missions et d士arches dユ思aluation -, Jacques Ardoino a prononc la phrase suivante :

 

ヌ Respecter ses habitudes et ne pas h市iter les secouer tant soit peuネ.

 


2-4   Transversalit : transcription

 

Transversalit

Ecoute,

Ecoute le silence,

Ecoute 残oute

Se manifester la pr市ence permanente du vide

Au coeur des choses,

Dans la nature de chacune dユelles.

Une fois d姿ass仔 lユangoisse du Vide,

La place est laiss仔 la libert.

Le plein peut se manifester tout moment

Sera inlassablement bouscul

Par le Vide.

Vague plein-vide.

Vague profondeur-surface.

Vide-plein dans lユespace-temps

Plein-vide dans lユespace.

Temps nユest plus le Temps.

Juste 腎re pr市ent.

Pr市ent.

Il nユy a rien expliquer avec ce vide.

Simplement le comprendre,

Le ressentir.

Lユapprivoiser.

Lユaccueillir.

Espace.

Libert.

Pas de critique.

Seulement accepter ce qui est.

Disposition 姿h士俊e

Si faire.


Pas besoin de dire.

Pas besoin de faire.

Cユest l.

Rien pr姿arer.

Rien anticiper.

Juste 腎re dans lユinstant pr市ent

Ecouter.

Tout est l.

Ecouter 残outer.

Bienvenue n使atricit.

N使atricit casse la projection de soi sur lユautre.

Conflit.

Pas simple mais constructif

Assumer le conflit.

R市ister au conflit

Provoque d市ordre int屍ieur.

Mettre en lumi俊e les diff屍ences

Pour mieux les reconna杯re.

Mieux les accepter. Ouverture.

Voir autrement. Aventure.

Apprivoiser inconnu, impr思u.

Les accueillir.

Int屍腎 du vide.

Ecouter 残outer le Vide

Accueillir le vide.

Ouvrir.

Toujours ouvrir.

Elargir les dimensions.

Elargir les r伺屍entiels.

Esprit vaste.

Tenir compte de lユexistentialit interne.


2-5   De la transversalit lユholisme

 

Dユune certaine mani俊e, lユensemble de ce mat屍iau emprunte plusieurs r伺屍ences et la transversalit. Cette derni俊e pr市ente lユavantage de tenter de placer lユ腎re humain dans sa quasi int使ralit. Cependant la dynamique de cette cr斬tion rel竣e plus dユune approche holistique[2] . Le cloisonnement entre diff屍ents domaines y est inexistant car vide de sens et dユautre part, il renferme une grande propension conduire lユ腎re humain se mettre hors de ce que r仔llement il est, hors de son humanit. Lユholisme respecte lユ腎re humain dans sa globalit, cユest--dire que simultan士ent lユhomme est dans son rapport lui-m仁e (ses r伺屍ences internes), dans son rapport lユautre et dans son rapport lユenvironnement, au cosmos.

Il semble que lユapproche transversale expos仔 par Ren Barbier soit extr仁ement proche dユune d士arche holistique moins quユelle ne le soit enti俊ement. En effet, il d伺init ヌ (...) un certain nombre de dimensions de lユ腎re au monde :  le sens holistique : tout se tient dans lユunivers, tout est reli et constitue une totalit en actes allant vers plus de complexit(...), le sens de lユinstant v残u : pass et futur sont compris dans lユinstant (...), le sens du Nuage dユinconnaissance (...), le sens de la spontan司t (...), le sens du ヌ non-agir ネ : reconna杯re le ヌ l営her-prise ネ et apprendre recueillir les 思始ements du monde dans une perspective holistique du ヌ donner/recevoir/rendre ネ sans entrer, au moins consciemment, dans aucune violence symbolique (...), le sens du non-attachement (...) ネ (Barbier, 1991, pp 9-10).

 

N斬nmoins, en cas de doute, ne se d使agerait-il pas une subtile distinction au niveau temporel entre les approches transversale et holistique ?

La premi俊e, donnant une impression de voir lユobjet dans son enti俊et, aurait son cheminement non radiant dans le temps. Or, la seconde, appr刺endant lユobjet dans sa globalit exercerait une rayonnante exploration de mani俊e ins残able du tout, le cosmos. En 師ant ainsi, dans la pleine conscience du moment, du moment pr市ent, un lien sユ師ablit entre la personne, les autres, le monde. Ainsi lユon est pr市ent au monde dans tous les sens du terme. Pr市ence sans incidence de pass, pr市ent ni de futur. Dans ces circonstances, la personne semble vivre dans lユextra-temporalit alors que dans une approche transversale elle vit dans un univers temporel.

 

 

2-6   Perception du temps lユ残helle humaine

 

Le rapport au temps est diff屍ent suivant les cultures et le rythme int屍ieur des personnes. En outre, tout moment, et en 師ant hors du couple ヌ  normal - pathologique ネ, tout un chacun peut radicalement, sans intervention de sa volont, voir lユensemble de ses r伺屍entiels basculer dont la r伺屍ence temporelle. Par ailleurs, volontairement ou non, les r伺屍entiels pr残仕ents peuvent 思oluer vers des sch塾es plus appropri市 une nouvelle et plus ouverte perception du monde environnant. Et, l, prend tout son sens lユint屍腎 de ヌ comprendre de lユint屍ieur ネ la multir伺屍entialit, les logiques ci-dessus, les approches transversale et holistique. Cette compr刺ension de lユint屍ieur peut faciliter la Parole de lユautre vivant au quotidien la r斬lit du brassage culturel.

 

Ren Barbier expose que lユapproche transversale rel竣e de la ph始om始ologie. Le sens de celle-ci reste attach au nom dユEdmond Husserl [3] qui soutient la r夙le de la r仕uction ph始om始ologique :

 

lユ姿och[4] met hors dユacc峻

 tout savoir, toute connaissance.


ヌ Toutes les sciences qui se rapportent ce monde naturel... je les mets hors circuit, je ne fais aucun usage de leur validit, je ne fais mienne aucune des propositions qui y ressortissent, fussent-elles dユune 思idence parfaite. Je nユen accueille aucune, aucune ne me donne un fondement, aussi longtemps quユune telle proposition est 師endue au sens quユelle se donne dans ces sens, cユest--dire comme une v屍it portant sur la r斬lit de ce monde. ネ

 

Quelle d残ision que de soutenir lユepokh ! Y-aurait-il une analogie avec le ka瓶os ?

Alexandre Lhotellier (2000, p 134) avance les propos suivants :

ヌ Les 残rits hippocratiques d伺inissent le temps partir du ka瓶os. Le temps est ce dans quoi il y a le ka瓶os comme instant propice et laps de crise, occasion d残ision et le ka瓶os est ce dans quoi il nユy a pas beaucoup de temps... Il nユy a de temps...que comme ce dans quoi il y a occasion et opportunit dユagir. ネ.

 

Le temps ? De quel temps sユagit-il? Du temps chronom師rable avec les unit市 使ales et comparables ? Ou bien du temps ヌ dur仔 - qualitatif ネ avec la notion de rythme ? Dユailleurs, cette derni俊e notion dite temporalit - dur仔, d思elopp仔 par Jacques Ardoino, constitue une forme de processus et elle est analogue au ヌ temps psychique ネ.

 

 

2-7   Du processus...

 

La notion de processus nユa rien voir avec la logique de contr冤e qui appelle une vision m残aniste, une vision de ヌ lユautomate ネ. En effet, le contr冤e porte sur un objet-師alon en r伺屍ence, quantifiable, mesurable. Or, la probl士atique, soulev仔 par le th塾e du m士oire et introduite en d暫ut de cette partie, concerne lユ腎re humain. Qui plus est, 腎re humain dans sa globalit cユest--dire dans sa relation lui-m仁e, sa relation lユautre et sa relation au monde. Par 腎re humain est consid屍 la personne ou le collectif savoir lユentreprise ou lユorganisation. Le questionnement dont on parle ici sユint屍esse au processus se r伺屍ant aux deux logiques de lユ思aluation et principalement la logique du Reste ouvrant au champ des possibles (Vial, 1997, A/B). Il en ressort principalement lユordre du flou, de lユincertain, de lユimpr思u, de lユinattendu. Le processus suit le sens de la dynamique de la vie. Il appelle lユinteractivit des 腎res humains plus ou moins ヌ pr市ents ネ au monde.

 

Autrement dit, le processus ouvre in思itablement au changement m仁e si parfois ce dernier para杯 imperceptible pour lユautre. Contrairement cela, le fait dユ腎re dans la proc仕ure vise toujours scruter, contr冤er tout ce qui pourrait d残lencher un changement dans un ensemble. Pour clarifier la distinction entre processus et proc仕ure en une phrase parlante, il est sugg屍 de se mettre lユ残oute de ce quユ始once Ren Barbier (1996), ヌ je vis dans lユaventure un processus mais jユentre, rassur, dans une proc仕ure : je peux contr冤er une proc仕ure mais jユ思alue un processus ネ.

 

Dans ce m士oire, le terme ヌ intervenant ネ se r伺屍era lユintervenant vivant pr伺屍entiellement, au cours de sa profession la posture de consultant. Le processus tiendra une invisible place pr姿ond屍ante. Si le m仁e intervenant venait vivre la posture dユexpert alors ce qui a 師 dit pr残仕emment resterait toujours vrai. En revanche, le ヌ pur ネ expert ヌ cristallis ネ dans sa pratique professionnelle, ヌ pilot ネ par une logique de contr冤e pourrait rencontrer de la difficult pouvoir imaginer quユune autre logique de lユ思aluation puisse exister.

 

Une distinction importante entre les deux postures r市ide en la dynamique de lユintervenant. En effet, Lユintervenant choisissant de vivre la posture de consultant fait ヌ travailler ネ la question aux op屍ateurs : il est dans le vivant, le dynamique, une d士arche, un processus. Sユil d残ide, pour une autre intervention, de vivre celle de lユexpert, alors il sユengagera faire un 師at des lieux et ne fait rien ヌ travailler ネ aux acteurs.

En revanche, le ヌ parfait 思aluateur ネ peut changer de posture dユune mission lユautre. Lユimportant est quユil questionne tr峻 subtilement son client (la personne ou le collectif) sur les deux points suivants : Dユo parlez-vous ? Quel est le syst塾e de r伺屍ences sur lequel vous vous basez ?

 

 


Lユ残oute de soi, lユ残oute de lユautre

 

 

 

1 Lユ残oute de soi sans lユautre

 

 

Cet espace-temps, le plus essentiel du m士oire, a n残essit de nombreuses et fr子uentes r伺lexions int屍ieures. La difficult r市idait sur lユad子uation entre ce qui 師ait attendu dユune premi俊e maturation et le sens profond du travail qui advenait.

 

Durant six mois, lユid仔 師ait de partir de lユaccompagnement en sachant que lユ残oute y avait une place fondamentale sinon il nユy avait pas dユaccompagnement. Puis, aborder lユ残oute sensible suivant diff屍ents courants de pens仔 ouvrait sur une posture dユ残oute.

 

Ensuite, le processus de maturation sユacc四屍ait...

Parler, voix haute, sans lユautre, dans une posture dユ残oute, de lユobjet dユ師ude, donnait des choses tr峻 int屍essantes mais sans pour autant entrer dans le ヌ cadre ネ initial.

Echanger, plusieurs reprises, dans un espace-temps, convenu ensemble, avec un intervenant ayant une 残oute sensible (Barbier, 1997 - Annexe 1) ou qui 残oute lユ残oute elle-m仁e (Bellet, 1995, pp 151-198 - Annexe 2), laissait tr峻 vite venir la parole de lユauteur et mettait continuellement en mouvement sa pens仔 centr仔 sur lユobjet sans aucune censure de sa part. Une pr市ence, avec une ヌ non-directivit intervenante ネ (Lobrot, 2002, pp 32-38 [5]) suffisait catalyser chez lユauteur le fil conducteur du mat屍iau qui sユ四aborait apr峻 une maturation de plusieurs mois. Ceci, jusquユ un moment pr残is o le travail reprenait sens. Suite une d士arche analogue un ヌ tenir conseil ネ ( Lhotellier, 2001 - Annexe 3), lユauteur prend la d残ision dユagir dans le changement.

En d伺initive, ce qui 師ait attendu ne r市onnait pas profond士ent avec lユ残oute de soi. ヌ Lユattendu ネ r市ultait en partie dユune non v屍itable 残oute de lユautre. Le changement induit ce qui suit. ヌ Jユ残oute lユautre. Ce qui 士ane de lユautre me donne lユespace de lユ残oute de soi et permet dユ残outer cet autre qui est en moi. ネ. ヌ Comme jユ残oute lユautre, lユautre mユ残oute ネ. Ce processus r伺lexif [6] renvoie lユ残oute de soi.

 

Au d姿art, les r冤es consentis dans le cadre de la situation dユaccompagnement cr仔nt la distance mais dans lユespace-temps de lユ残oute, lユintervenant et le client sont 使alement participants.

Ainsi, Fritjof Capra, autour du th塾e de ヌ la m残anique quantique et le r冤e de la conscience ネ et plus sp残ialement propos de son intervention ヌ Le Tao de la physique ネ (Colloque de Cordoue, 1979, p 47.) pr残ise que :

ヌ... Dans la physique moderne, lユhomme de  science ne peut pas se limiter au r冤e dユobservateur d師ach, mais il est impliqu dans le monde quユil observe. John Wheeler consid俊e cet engagement de lユobservateur comme lユ四士ent essentiel de la th姉rie des quanta. Aussi sugg俊e-t-il de substituer au mot ヌ observateur ネ celui de ヌ participant... ネ.

 

Ce long processus offre un nouveau regard sur la situation. Il sユagit de d残ouvrir autrement les deux r斬lit市 suivantes.

- lユ残oute prend tout lユespace,

- lユaccompagnement se comporte analogiquement au fait de trouver la pr市ence dユ四ectrons selon la physique quantique (Collectif de 46 chercheurs scientifiques, 1980, Colloque de Cordoue) et il en ressort quユils nユont pas de position d伺inie une fois pour toute mais quユil existe une probabilit de situer ces 四ectrons selon la densit du nuage 四ectronique. Dユailleurs, sユagit-il de probabilit市 ou dユinterconnexions ?

2   Vers une approche holistique de lユ残oute

 

Depuis les recherches de Tomatis [7], la philosophie bouddhiste tib師aine, la th姉rie des quanta, lユexp屍ientiel de lユauteur, il sユav俊e quユ残outer est un processus actif. Il n残essite dユ腎re en authentique interaction avec le tout, lユunivers. La participation globale et active de toute la part de lユ腎re humain est sollicit仔 pour acc仕er aux trois fondamentales de lユ残oute : lユ残oute de soi, lユ残oute de lユautre et/ou du groupe, lユ残oute de lユenvironnement voire le cosmos. N斬nmoins, un autre point essentiel sユy adjoint : lユinterd姿endance des trois. Autrement-dit, pour 腎re lユ残oute globale du tout, il faut que lユ残oute de lユautre / du groupe pr仔xiste ainsi que lユauto-残oute.

 

En somme, il est bien question dユun 子uilibre o lユinterd姿endance est en filigrane et en sourdine. La moindre intervention de lユego rompt lユ子uilibre. Le d市子uilibre dispara杯 d峻 que lユon est nouveau ce que lユon entreprend en pleine conscience cユest--dire en 師ant ヌ pr市ent ネ, dans tous les sens du terme aux choses auxquelles on participe. Autrement-dit, le non-faire permet la personne dユ腎re lユ残oute et par cons子uence de tendre une ouverture dユesprit optimale. Le Non-agir (Barbier, R , 1991, p 10) est un juste 子uilibre entre faire et pas faire. Ces deux derniers placent lユ腎re humain hors dユ残oute, hors de ce que r仔llement il est, hors de son humanit. Lユon pourrait croire une boutade mais il nユen est rien. Le chemin de lユ残oute est l mais il d姿end de tout un chacun quユil le prenne.

 

2-1   Pr斬lables lユ残oute de soi, lユ残oute de lユautre/groupe , lユ残oute de lユenvironnement

 

Le d市ir...

Il sユav俊e difficile de d伺inir rigoureusement lユaccompagnement. Par contre, il est fortement probable quユil se manifeste d峻 quユil y a un r仔l d市ir dユ残outer lユautre. Il est faiblement probable si lユon reste dans le simple entendre. En effet, sユimpose un distinguo entre 残oute et audition. Au contraire de lユ残oute, lユentendre est un processus passif qui ne suffit pas pour accompagner.

 

Lユ残oute au service de lユaccompagnement est une surprenante, complexe, bouleversante aventure. Elle offre le sens dユ残outer et par cons子uence, dans une ouverture dユesprit positive et constructive, accompagne lユautre dans sa demande. Le but de cet engagement consiste en un choix pour 腎re dans la vie, en un d市ir dユentrer en relation avec la personne quユon accompagne dans le silence ou dans le dialogue. Ce partage prend alors toute sa signification d峻 que lユon pratique lユattention vigilante, la pleine conscience du moment, du moment pr市ent, au travers dユune v屍itable 残oute. De la sorte, on peut 腎re pr市ent dans tous les sens du terme afin dユ師ablir un lien entre la personne, les autres, le monde.

 

...La volition.

La posture dユ残oute, comme celle du chant, est une anti-habitude (Gaston Bachelard), une m師hode pour une recherche de sens de lユ残oute o verticalit et dextralit sont sollicit市 pour participer ce processus. Ainsi, Tomatis propose-t-il ヌ une v屍itable gymnastique auditive, une pratique intensive [qui] est n残essaire pour franchir les diff屍entes 師apes  qui doivent conduire jusquユau sommet de la facult dユ残oute ネ. Facult recouvrer ou d残ouvrir selon lユhistoire de chaque personne. ヌ Gr営e cet entra馬ement, la verticalit et la dextralit se manifestent de telle sorte que la voix devient plus timbr仔 et que le langage retrouve sa fluidit. La posture dユ残oute [Annexe 6] en d残oule 使alement. En effet, d峻 lユinstant o il se met lユ残oute, le corps adopte une posture bien d伺inie, permettant de placer le vestibule dans sa position pr伺屍entielle et la cochl仔 dans une attitude de plus grande r残eptivit aux aigus. Cette posture facilite lユexpression orale et lユ残oulement de la pens仔 par la charge corticale quユelle d残lenche. ネ (Tomatis, 1996, p 204).

 

Lユint屍腎 de la verticalit r市ide en la place pr伺屍entielle du vestibule et de la cochl仔 contenue dans lユoreille interne (Tomatis, 1996, pp 185-198).

 

 

2-2   Confrontation de la parole de lユautre

 

Au del de la perception purement auditive, la posture dユ残oute a lユavantage de mettre en oeuvre tous les muscles du corps jusquユ cr仔r un point dユ子uilibre entre les muscles fl残hisseurs et les muscles extenseurs : le thorax sユouvre et place la personne en disposition optimale pour accueillir la parole et le silence de lユautre.

Gr営e aux capteurs sonores de la peau notamment le visage, la face ant屍ieure du tronc et les faces int屍ieures des deux genoux et des cuisses (Tomatis, 1987, 1974) lユintervenant re腔it le mat屍iau sonore.

 

La confrontation de la parole peut para杯re la fois simple et complexe. Il sユagit de la confrontation entre ce que lユautre dit lユintervenant, vivant la posture de consultant, et lユ思aluation de son auto-残oute. Cette derni俊e renvoie lユintervenant ses propres rep俊es internes de son histoire, de sa construction, de son 思olution dans sa propre conduite du changement (espace, silence, vide...) (cf Lユ残oute de soi - 2-1  Limites de la perception).

 

Les rep俊es que lユon peut faire surgir sont de lユapproche transversale qui ヌ implique la mise en oeuvre, dans toute situation 仕ucative, de trois types dユ残oute/parole ネ (Barbier 1997). Ici, lユint屍腎 porte sur : ヌ lユ残oute-parole scientifique-clinique ネ avec sa m師hodologie propre de recherche-action centr仔 sur le sujet ネ.

La parole de lユautre confronte ce que lユintervenant sait au plus profond de lui-m仁e. Il sユagit de la mise en commun des ヌ savoirs ネ du point de vue ヌ penser-agir-ressentir ネ et cela depuis une reconnaissance naturelle des rep俊es. La parole de lユautre confronte lユexp屍ientiel de lユintervenant et peut provoquer de la r市onance ou de la dissonance. Autrement-dit, quand il 残oute lユautre alors peut se mettre en mouvement, sans intervention de la volont, une mise en r市onance ou dissonance profonde de lユexistentialit interne.

 

Cela peut parfois se traduire par des surdit市 o la probl士atique soulev仔 par lユautre rejoint celle de lユintervenant surtout en situation de face face. ヌ... On ne sait pas entendre ce sur quoi on ne sait jamais arr腎... ネ (Devillard, 2001, pp 109-136 - Annexe N。4). Ces surdit市 peuvent sユaccompagner dユun quasi total blocage des 士otions ou/et de lユenvahissement dユun flot 士otionnel. Dユun c冲 comme de lユautre, il peut sユagir de la tristesse, du silence, de la col俊e, de lユaugmentation du volume verbal jusquユ lユagressivit verbale et non-verbale. En d伺initive, les cons子uences directes de ce constat est que lユintervenant se trouve hors dユ残oute et ne peut en aucun cas accompagner lユautre.

 

Ainsi, se posent les ph始om熟es se passant dans toute relation entre deux protagonistes notamment les ph始om熟es de transfert, contre transfert (Jung, 1980 - Laplanche et Pontalis,1992 - Pi俊on, 1992) et de surdit市, zones ヌ pseudo-aveugles ネ sur lesquelles lユintervenant nユa pas ou pas assez ヌ travaill ネ. Que lユintervenant les confronte et les ヌ travaille ネ dans un espace de supervison appara杯 une d士arche incontournable afin de participer son hygi熟e de vie, en vue dユoffrir une 残oute de qualit lユautre.


Lユ残oute au service de lユaccompagnement

 

 

Etant donn市 le r仔l d市ir dユ残outer et le d思eloppement de la facult dユ残oute, on peut alors envisager une situation dユaccompagnement o lユintervenant 残outant nユest pas un observateur mais un participant, au m仁e titre que lユautre qui exprime sa demande. Tous deux participent la construction permanente de la relation, dans lユespace-temps et sont directement concern市 par la qualit relationnelle.

 

 

1 Conditions de la nature de lユ残oute de lユintervenant dans lユaccompagnement

 

En effet, lユintervenant 残oute lユautre et ce qui se passe dans la relation tout en prenant soin de sユ残outer lui-m仁e en contactant le ヌ penser-ressentir-agir ネ. Par contre sユil lui venait discourir cela pourrait d暫oucher sur le risque de perdre le fil de la communication avec lユautre. En outre, cela le conduirait 腎re hors dユ残oute, 始oncer des paroles vides de sens. Par contre, lorsquユil parvient 腎re sur la m仁e longueur dユondes que lユautre demandant 腎re accompagn, tout sユencha馬e dans le moment pr市ent, et ceci dans une profonde union. Imm仕iatet, implication, distanciation, patience, responsabilit, 残oute, ouverture dユesprit, 四argissement des r伺屍entiels, accueil de lユimpr思u, 師hique, participent cette d士arche.

 

 

2 Conditions pr斬lables de lユaccompagnement

 

2-1   Pour lユautre

Il est important de toujours garder lユesprit que lユautre dispose de la pleine capacit de trouver sa propre solution m仁e si cela peut lui prendre plus de temps quユil ne se lユimagine. Lユautre, en tant quユ腎re humain, d史 ou plus ou moins reli au monde, a le droit de reconna杯re, pour des raisons personnelles et quユil livrera seulement sユil en a envie, quユil lui est n残essaire, pour un certain temps, de formuler une demande dユaccompagnement. Il lユ始oncera avec ses mots.

Il se trouve quユ un moment donn de sa vie, il fait la d士arche de se mettre en relation avec un praticien de lユaccompagnement professionnel ayant recours la supervision d峻 que cela lui est n残essaire.

Certaines personnes font lユexp屍ience dユune situation-probl塾e, dユune difficult existentielle, ne relevant aucunement du couple ヌ normal-pathologique ネ et recherchent, dans un dialogue, avec quelquユun de disponible, une confrontation concernant la d残ision prendre (Lhotellier, A. 2000).

 

 

2-2   Pour lユintervenant

 

Lユintervenant, en tant que participant 残outant impliqu dans la relation sait jouer ses gammes de la distanciation ヌ vivante ネ. Le couple implication, distanciation est le fruit dユun apprentissage r使ulier de la pratique de lユaccompagnement facilit notamment par la posture dユ残oute. Lユint屍腎 de confronter la pratique, de nouvelles approches th姉riques au sein dユun r市eau professionnel apporte une richesse consid屍able. Lユisolement peut enfermer lユintervenant dans une routine dont il nユaurait pas conscience et priverait lユautre dユune qualit dユaccompagnement dont il a besoin un moment de sa vie professionnelle ou de son existence sachant que cette derni俊e se r姿ercute directement ou non sur sa profession.

 

2-3   Les deux participants ヌ 残outants ネ dans le cheminement

 

Tandis que lユautre a la responsabilit dユ腎re auteur, acteur et metteur en sc熟e de sa propre vie (Valade, 1993), lユintervenant, avec humilit, a la responsabilit de savoir appr残ier la teneur de la demande qui peut 思oluer au cours du cheminement. De la sorte, il prendra le temps n残essaire afin dユ思aluer au mieux la demande exprim仔 par lユautre. Soit la personne, fait dユentr仔 de jeu, la requ腎e dユun accompagnement ou dユune ヌ relation dユaide ネ selon lユApproche Non Directive et Cr斬tive de Colette Portelance, en pr残isant ce quユelle en attend. Dans ces deux cas, les personnes sont responsables et actives dans leur demande dユaccompagnement et par ricochet dans leur conduite du changement. Si la demande de relation dユaide est floue, il se pourrait quユelle soit une demande de ヌ sauvetage ネ ou/et masquer une addiction sous-jacente.

 

2-4   Limites de la nature de lユaccompagnement

 

Il serait judicieux dユune part, de conna杯re les limites de lユaccompagnement propos et dユautre part, que lユintervenant soit au clair avec les siennes en sachant que lユimpr思u peut lui en montrer de nouvelles. A ce sujet, depuis un texte de Jacques Ardoino (2000) [8], a 師 四abor sous forme de tableaux pr市ent市 ci-apr峻 les diff屍ents emplois du vocable ヌ accompagnement ネ et des termes voisins de celui.

 

Tableau メ A モ : Palette des emplois du terme メ accompagnement モ

Sept

 domaines

 

inscrits dans

 les

pratiques

 sociales

- musique,

- 仕ucatif, scolaire et universitaire (notions de メ trajectoire モ et     メ cheminement モ),

- la formation professionnelle et de lユ仕ucation continue des adultes,

- sportif,

- clinique,

- juridique et social,- solidarit市 et de la coop屍ation internationale.

Lユaccompagnement existentiel (Barbier, 1997, pp 229-273) sユadjoint la palette propos仔.


Tableau メ B モ : Termes voisins de celui dユ ヌ  accompagnement ネ

tr峻 influenc市 par la culture am屍icaine du management :

   - coaching : individualis (fr子uent) , groupal (rare),

   - counseling : surtout individualis,

   - consulting.

employ市 dans la langue fran溝ise :

   - メ  tuteur モ : toujours individualis (師ablissements de lユEducation Nationale...),

   - メ intervention モ psychosociologique ou institutionnelle : portant le plus souvent sur des groupes ou des communaut市, parfois plus individualis仔 et int屍esse les  secteurs marchand et non marchand.

 

Un 残lairage vari sur lユ残oute plurielle est sugg屍 en annexes (1, 2, 3, 4, 5). En outre, il soul竣e un int屍essant questionnement ouvrant sur de particuli俊es formes dユaccompagnement notamment  le coaching, le ヌ tenir conseil ネ (une toute autre d士arche que le Conseil, vocable commun士ent r姿andu dans les pratiques sociales), lユaccompagnement existentiel.

 

 


La pratique professionnelle

 

 

 

1   Historique

Depuis une dizaine dユann仔s, apr峻 quelques entrevues non formelles, des personnes, titre priv, ont fait la d士arche de me contacter afin dユ腎re accompagn仔s dans des ヌ passages ネ difficiles. Ils concernaient la plupart du temps, de pr峻 ou de loin leur vie professionnelle et dユautres fois leur existence ayant des incidences manifestes sur la profession quユelles exer溝ient. Durant les premi俊es ann仔s, elles recherchaient avant tout mon exp屍ience pluridisciplinaire.

Au fur et mesure des rencontres, chacune dユentre elles, sans pouvoir se concerter car ne se connaissant pas, livraient, des moments diff屍ents de lユaccompagnement, quユelles 師aient touch仔s dユentr仔 de jeu par la mise en confiance, la disponibilit et se sentaient vraiment 残out仔s. Cela leur semblait 腎re tr峻 important. A vrai dire, cet accompagnement 師ait tr峻 proche du ヌ tenir-conseil ネ.

Dユautre part, elles constataient que pr残is士ent ces conditions faisaient prendre un sens profond et nouveau leur requ腎e initiale. A leur grand 師onnement, elles remarquaient que cette derni俊e 思oluait rapidement et autrement que ce quユelles avaient pr思u. En somme, elles d残ouvraient que lユunivers des possibles 師ait bien plus vaste quユelles ne se lユimaginaient. Elles se rendaient compte que leur changement de vision et dユagir avait profit tant au niveau professionnel que personnel.

 

 

2   Changement

Plus jユavan溝is dans la pratique, plus je prenais conscience de lユint屍腎 de me positionner tr峻 clairement sur le march de lユaccompagnement. Par ailleurs la client粛e que je recevais venait confirmer implicitement la position retenue. Je tiens pr残iser que ces personnes avaient une composante commune dans leur profession, la communication. Enfin, confiaient-elles, cet espace 師ait n残essaire pour se ヌ laisser dire ネ, en toute confidentialit, les difficult市 professionnelles rencontr仔s. Il leur permettait de trouver ou re-trouver leur espace silencieux int屍ieur et facilitait ainsi lユacc峻 au sens de leur profession.

Sens quユelles avaient perdu sans trop le savoir au fur et mesure de la routine install仔, de la pression hi屍archique ou sens quユelles nユavaient jamais d残ouvert car leur profession 師ait en dysharmonie par rapport ce quユelles 師aient v屍itablement au plus profond dユelles-m仁es. En somme, jusquユau moment o elles avaient d残id dユentreprendre la d士arche dユaccompagnement, elles ne pouvaient pas ou plus se donner suffisamment dユespace pour 残outer ce quユelles ressentaient, ce quユelles percevaient de leur environnement professionnel pour dialoguer. Elles avaient perdu ou pas encore d残ouvert la richesse dユune vision panoramique et se trouvaient alors dans une incapacit dユagir avec cr斬tivit.

 

Au fil des ann仔s, il sユest av屍 que les personnes 師aient - avant tout - la recherche dユun espace relationnel de confiance avec un minimum de connivence pour exprimer ce qui les ヌ travaillait ネ. Elles arrivaient par le ph始om熟e du bouche oreille sachant que jユavais plusieurs cordes mon arc au niveau professionnel et formulaient avec plus ou moins dユaisance leur demande.

 

 

3   La pratique en soi

Depuis un ヌ extrait ネ porteur de sens et proche du coeur de cette pratique professionnelle dユaccompagnement de personnes venant dユhorizons professionnels vari市, seront pr市ent仔s sept situations dont une sous forme de cas clinique et les 6 autres par le biais de ヌ vignettes cliniques ネ. Ils apparaissent succinctement dans le sch士a ci-apr峻 pour avoir une vision g始屍ale des situations. Etant donn que lユaccompagnement repose sur des dimensions r仔lles et non ヌ palpables ネ notamment la qualit de la relation, les processus, lユ残oute de la personne, de lユ腎re humain dans sa globalit, lユaccueil de lユimpr思u, volontairement ont 師 retenues uniquement quelques vignettes car essentiellement elles refl春ent un esprit ouvert et tendent une disponibilit accueillir ce qui vient. Dユaugmenter le nombre de ces vignettes ne fournirait pas dユ四士ents capitaux suppl士entaires. Elles offrent une certaine lisibilit 師ant donn仔 leur structure commune savoir :

-

Qui est en question ?

-

Quel est lユobjet en question : accompagnement de professionnel ou  existentiel ?

-

Quelles sont les questions pr残ises pos仔s lユautre ?

-

Comment se d屍oule lユentretien ?

-

Quelles sont les r斬ctions de lユautre et du professionnel de lユ残oute dans lユaccompagnement

-

Quユest-ce que ce professionnel propose ?

-

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

 

 

 

 

 

 

l

 

 

 

 

 


3-1   Un cas clinique

 

Lユaccompagnement individuel sur la dur仔 de la jeune femme en reconversion professionnelle est tr峻 r残ent. Il sユest 師al sur une p屍iode de cinq mois. Le processus inh屍ent celui-ci sユav俊e tr峻 int屍essant pour deux raisons.

Dユune part, lユaccompagnement lui-m仁e se d屍oule, volontairement, dユune mani俊e diff屍ente de mes pratiques ant屍ieures. Car une r伺lexion une d姉ntologie personnelle construit autrement et positivement cet accompagnement. En effet, accueillir toujours lユimpr思u devient porteur de sens. Cependant, cette pratique est utiliser judicieusement en fonction de lユaptitude sユadapter de la personne cliente. Par ailleurs, la mani俊e de sユy prendre est analogue au coaching.

 

Dユautre part, accorder plus r使uli俊ement suffisamment de temps afin dユ残hanger et confronter sur lユ師hique de la pratique professionnelle au sein dユun petit groupe (consultant ミ coach), point de d姿art dユun r市eau ヌ vivant ネ, me semble une incontournable dynamique dユ思olution de soi-m仁e et de la profession. En effet, par ricochet, cela pourra offrir celui qui accompagne une attention vigilante, une vision panoramique et p始師rante, une compr刺ension plus int屍ieure et aiguisera la sensibilit pour mieux 残outer le client.

 

 

Pr市entation du cas clinique :

 

Laurence, enseignante cap師ienne en lettres, depuis 10 ans dans lユEducation Nationale d残ide de se reconvertir dans la communication dユentreprise (un BTS ヌ Communication dユEntreprise ネ par lユinterm仕iaire du C.N.E.D).

 

Suite sa deuxi塾e ann仔 de cong sabbatique, elle fait la d士arche de sユautoriser de recevoir un soutien p仕agogique en communication dユentreprises. Cユest ainsi quユelle formule sa demande. Le bouche oreille se faisant, nous rentrons en contact.

D峻 notre premi俊e rencontre dユune heure et demie, elle me fait part de son souhait de travailler 使alement les statistiques dont elle a besoin dans le cadre de la pr姿aration de son dipl冦e. Je connais la mati俊e. L, je mユaper腔is que cユest tout fait diff屍ent de la demande et nous rentrons avec son accord, dans une phase de n使ociation pour clarifier sa demande. N斬nmoins, je prends le soin de lui indiquer que je ne veux pas lユaccompagner dans le contenu, qui plus est dans le domaine des statistiques. En revanche, je lui offre 20 minutes dユaccompagnement dans le processus en tenant compte de son contexte afin quユelle se rende compte. Elle ne savait pas ce que cユ師ait et elle manifeste son enthousiasme en me confiant ヌ Cユest de cela dont jユavais besoin !ネ. Nous tombons dユaccord sur son besoin approximatif de s斬nces dユune dur仔 dユune heure et demie avec une fr子uence assez soutenue dans les premiers temps puis plus espac仔.

 

R伺lexion personnelle autour de ce cas

 

Jユai su 腎re plus pertinente dans son accompagnement dans la mesure o nous avons travaill, - ensemble -, plus en profondeur, ses propres crit俊es de succ峻. D峻 fin avril, jユai demand Laurence si elle 師ait dユaccord pour de brefs retours sur son v残u en prenant quelques minutes suppl士entaires la fin de nos s斬nces. Lユid仔 lui a bien plu. Elle sユy pr腎a sur le champ et d残ida de mユarr腎er dans la prise dans la note de ses retours d峻 quユelle en ressentirait la n残essit et me donna lユautorisation de lユ仕iter dans ce m士oire.

 

Ainsi, au fur et mesure, jユai pu affiner lユaccompagnement. Jユai pris le soin de consacrer - ensemble - suffisamment de temps pour ouvrir et fermer lユespace de rencontre. Dユune part, un quart dユheure en d暫ut de chaque s斬nce permettait la cliente, en contactant le triptyque ヌ penser - agir - ressentir ネ, de faire le point par rapport la fois pr残仕ente. Dユautre part, quinze minutes avant la fin de la s斬nce 師aient n残essaires pour deux raisons. Au regard de ses propres crit俊es de succ峻 pr斬lablement 師ablis, elle 思aluait les 四士ents qui lui avaient paru essentiels pour sa vis仔 de d姿art. Par ailleurs, se mettre au clair sur deux ou trois t営hes simples et faciles m士oriser (avec au moins une cognitive et une 士otionnelle) pouvait permettre la cliente de d姿asser ses difficult市. Ces propositions de travail constituent des ヌ points dユappui ネ pouvant sans cesse 腎re sollicit市, mis jour. En outre, elles concourent ヌ travailler ネ, ajuster plus finement ses propres crit俊es de succ峻 dユune s斬nce lユautre.

 

 

A lユ師at brut, le feed-back de la cliente

Une dizaine de minutes illustrera son 思olution au cours de lユaccompagnement.

 A la fin de chaque s斬nce , je me sens fatigu仔. Une tension sur les yeux donc du coup, se produit un d暫locage non pas tant intellectuel que psychologique car je sens un travail int屍ieur important. Jユai comme des d残lics, psychologiques, pr残ise-t-elle que je r司nvestis sur les autres mati俊es.

Quand je dis ヌ d残lic ネ cユest--dire se reconnecter avec soi-m仁e, ne plus 腎re dans la peur. Plus exactement, ne plus 腎re dans lユaffolement. Cユest pour 溝 quユil y a une question de rythme. Pour moi, lユaffolement, cユest un rythme rapide et la tranquillit un rythme plus calme. Non ce nユest pas la tranquillit ; cユest la s屍始it en fait.

Je vois comme un b始伺ice transversal. Donc, en fait je rentre dans lユattitude de lユapprentissage. Avec toi, jユapprends une attitude et le rythme dユapprentissage.

B l竣e des blocages par rapport aux mati俊es 師udi仔s et aux chiffres. Depuis petite, si je vois des chiffres, pour moi cユest lユ残hec et maintenant cユest lユapprentissage : les chiffres me parlent. Je ne suis pas dans lユaffolement.

Donc je suis dans un rythme dユapprentissage. B se traduit par le fait que je progresse. Je suis dans une dynamique et jユassimile pas dans la douleur mais dans la compr刺ension. Compr刺ension , pour moi, cユest ce qui est 師ranger. En lユoccurrence, cユest les chiffres. Faire mien ce qui est 師ranger. Comprendre, cユest prendre avec soi. Cユest cette notion dユassimilation.

 

Sur le ressenti, le cerveau gauche, 溝 mユall夙e. Cユest plus confortable.[ノ]

Jユai du mal lユoral.. jユai d mal parler avec les gens. Tout ce travail avec toi me sert me re - connecter avec moi-m仁e.

 

Au d姿art, je suis venue pour des cours des outils de gestion, ma b腎e noire. Et l, malentendu. Cユest pas par hasard, le malentendu avec toi puisque jユ師ais en d市accord avec la mani俊e dユaborder les outils de gestion, les chiffres sp残ialement. Cユest ce qui mユa toujours bloqu par rapport aux cours de math士atique cユest le prof de maths. Cユest que jユai lユimpression quユils manquent de g始屍osit, quユils ne parlent pas le m仁e langage que moi. Ils ne donnent pas. En gros, au niveau relationnel ils sont nuls car, pour eux, lユhumain cユest simplement des chiffres.

Concernant le calme. Je nユai plus de panique par rapport aux silences. Maintenant, jユen profite pour r伺l残hir, je me d使age du par cマur. En fait mon expression est juste par rapport lユinstant pr市ent. B mユemp芯he de r姿師er. Oui, je suis plus juste.


3-2   Quelques vignettes cliniques

 

Du cas clinique pr残仕ent et des situations pr市ent仔s ci-apr峻, seront mises en lumi俊e certaines r伺lexions pour d思elopper, dans un espace de confiance et un minimum de connivence, la pr市ence, la disponibilit, lユ残oute de lユautre afin quユil cr仔 lui-m仁e toutes les facettes de ce quユil recherche. Le nombre de facettes peut toujours 思oluer diff屍emment dans le temps ; il nユest pas fig. Il peut cro杯re. Il peut se r仕uire ou sembler d残liner alors que certaines facettes, toujours existantes, ne sont pas prises en comptes pour diff屍entes raisons qui appartiennent la personne.

 

Dans le r市eau ヌ vivant ネ dユ残hanges de pratiques de consultants et de coachs, 思oqu pr残仕emment, le point dユactualit essentiel, sans cesse travaill, est le conseil car le risque dユy glisser est important. Le client peut ヌ sユ始erver ネ voire se fermer dans le fait de recevoir des conseils ヌ sauvages ネ quユil nユa pas demand et se sentir alors non 残out.

En revanche, la d士arche active et cr斬trice du ヌ tenir conseil ネ 残oute le sens, les processus. Pour ces raisons, elle est un v屍itable accompagnement de personnes qui font lユexp屍ience dユune ヌ situation-probl塾e ネ, dユune ヌ difficult existentielle ネ lorsque la d残ision prendre se fera au sein dユune d四ib屍ation, dans un dialogue, avec quelquユun de disponible.

 

 


Qui est en question[9] ? Albert, Ecrivain ミ sociologue, 72 ans.

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

de professionnel.

de 4 mois ミbreak de 4 mois - puis accompagnement dユ1 an ½. Fr子uence : 1 fois toutes les six semaines.

Concerne lユinformatisation de son travail et la connexion avec ses diff屍ents 仕iteurs.

Quelles sont les questions pr残ises ?

 

Sans vous soucier de lユaspect technique, comment lユimaginez-vous ? Comment cela serait-il dans votre quotidien si certaines de vos t営hes 師aient simplifi仔s, par exemple la transmission informatique dユun ouvrage chez lユ仕iteur ?

Comment se d屍oule lユentretien ?

 

 

De fa腔n tr峻 amicale.

Toutes ses questions pertinentes le propulsaient changer sa mani俊e dユ残rire. Il nユh市itait pas livrer des craintes profondes par rapport ce changement quユil d市irait depuis longtemps. Je les ai accueillies avec beaucoup de calme et silencieusement tout au long de la conduite du changement.

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M) ?

 

A : Surpris de la fluidit de nos rencontres, alternance entre enthousiasme et d残ouragement.

M : Surprise que les questions simples et pertinentes pos仔s lユautre ouvrent avec tant de facilit la construction de sa nouvelle organisation de travail ainsi que celle de sa secr師aire. Je me suis impr使n仔 de beaucoup de sagesse son contact.

Quユest-ce que ce professionnel propose ?

 

Pr市ence silencieuse pendant plusieurs heures pour seulement lユ残outer dans le d屍oulement de ses actions avec au fur et mesure une communication de ses inqui師udes par rapport lユinformatisation des t営hes quユil accomplit dans le moment.

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

Relation amicale o il a lev la majeure partie de son anxi師. Surpris que ce changement, ses ヌ craintes irrationnelles ネ, comme il aimait le pr残iser, soient entendues.

(2 ann仔s apr峻 : Tr峻 satisfait et heureux dユavoir int使r ce changement qui lui a offert un confort de travail ミ 5 ans apr峻 il constate quユil a pu 残rire quasiment ce quユil sユ師ait promis et a encore du temps devant lui pour cr仔r).


Qui est en question ? Charles, ing始ieur informaticien, 41 ans .

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

de professionnel.

Une 1俊e fois = 4 mois       ミ break de 9 mois ミ         une 2nde fois sur 1 an

Concerne lユachat immobilier et architecture int屍ieure de son futur local professionnel.

Quelles sont les questions pr残ises ?

 

Quユest-ce qui pour vous est important dans cet achat immobilier ? Quels sont les points essentiels sur lesquels vous aimeriez 腎re pr残is士ent 腎re accompagn ? Si vous laissez tomber le c冲 rationnel, comment visualisez-vous votre projet ? Pouvez-vous 始oncer ces choses dont vous avez peur ?

Comment se d屍oule lユentretien ?

 

Il se d師end au fur et mesure. Il livre certaines de ces craintes par rapport cette entreprise. Chaleureux. Son exigence est int屍essante dans la mesure o il sユexerce laisser libre cours la dimension ludique qui, de son point de vue, ne participe pas assez dans son travail actuel.

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M) ?

 

A : Soulag de pouvoir exprimer ma timidit et ma peur dユ腎re dup par lユagence immobili俊e et dユ腎re dans lユincapacit dユassumer la charge financi俊e et morale.

M : Emue devant cet homme qui l営he-prise.

Quユest-ce que ce professionnel propose ?

 

Accompagnement 2 niveaux : 1- Faire le point au niveau financier 2- Travailler les questions se poser en vue de lユachat (D伺inition de ce quユil veut et de ce quユil ne veut pas) visite - apprentissage de lユhygi熟e de la construction ミ initiation aux lectures de proc峻 verbaux dユA.G. de syndicノ), lユaccompagner aupr峻 de lユagence afin quユil sユexerce et distance (t四姿hone quand il veut confronter), d思elopper lユaisance dans la communication avec le syndic (sa ヌ b腎e noire ネ).

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

Comme un travail sur lui-m仁e ミ franchissement de la peur de se lancer ミ rassur ミ content de prendre du plaisir prendre ses responsabilit市 et dユavoir 四argi sa vision. D残ouvre et appr残ie la qualit des silences. 4 ans apr峻 : Joie dans lユespace quユil a cr試. Il accompagne des amis dans leur d士arche immobili俊e ミ responsabilit aupr峻 du conseil syndical et aisance dans le dialogue avec le syndic. Plus cr斬tif.


Qui est en question ? Agn峻, juge, 32 ans.

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

de professionnel.

dユ1 an ½ - fr子uence : 1 fois par mois

Am四iorer son assurance corporelle et son aisance dans le rythme verbal au tribunal.

 

Quelles sont les questions pr残ises?

 

Pour vous quユest-ce que cela signifie 腎re lユaise ? Actuellement comment cela se passe-t-il au tribunal lorsque vous intervenez ? Quユest-ce qui se passerait pour vous si vous 師iez avez cette fluidit corporelle et verbale ? Pouvez-vous d残rire voix haute (imaginez le ヌ public ネ) quelles sont au niveau de lユespace les positions des ヌ acteurs ネ au tribunal ?

Voulez-vous physiquement prendre la place de chacun ?

 

Comment se d屍oule lユentretien ?

Au d暫ut, crispation puis d師ente ミ enfin fluidit dans la communication, bonne humeur et ouverture

franche dans les difficult市 de son m師ier.

 

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M) ?

 

A : Je suis surprise de la richesse du travail qui me redonne confiance.

M : Constate la rapidit des progr峻 dans les d姿lacements et la voix qui se pose.

 

Quユest-ce que ce professionnel propose ?

 

Relaxation et dynamique corporelle ミ Apprentissage de la r伺lexion int屍ieure et  respiration profonde ミ Pratiquer r使uli俊ement ces exercices chez elle et de pr伺屍ence le matin et le soir

 

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

Pour elle cユest un prolongement du travail th脂tral quユelle suit par ailleurs. Il pr市ente lユavantage dユ腎re adapt sa probl士atique. Cela lui convient bien car il la reconnecte au corps. Cユest ce dont elle avait besoin. Cela lui est profitable pendant et apr峻 les s斬nces. Elle remarque que lユaccompagnement la propulse vers une dynamique de travail plus cr斬tive dans un domaine professionnel o maintenant elle se trouve lユaise. Le tribunal est devenu une grande salle o elle sait corporellement 思oluer. Elle appr残ie cela.

 


Qui est en question ? Georges, com仕ien, 28 ans.

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

de professionnel.

 

de 6 mois - Fr子uence : 2 fois par mois

Am四ioration de lユ士ission vocale et lユassurance - fluidit corporelle.

Quelles sont les questions pr残ises ?

 

Etes-vous en r姿師ition ces derniers temps ? Voulez-vous utiliser votre texte de m士oire et 思oluez dans lユespace ?

(Lorsquユil est dans lユactionノ) Pouvez-vous stopper lorsque vous sentez que vous nユ腎es pas juste ? Pouvez-vous 思oluer des rythmes tr峻 diff屍ents ? Voulez-vous reprendre dans la lenteur chacun des gestes de la derni俊e s子uence ? Que ressentez-vous ?- pas besoin de lユ始oncer voix haute : cユest juste pour vous - Voulez-vous travailler toujours dans lユ師at dユesprit pr残仕ent en y incorporant des points dユappui de quelques secondes ?

 

Comment se d屍oule lユentretien ?

 

Dans une tr峻 grande confiance ミ peu dユindications de ma part. Il sユarr腎e de lui-m仁e sur les difficult市 et sユexerce.

 

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M). 

 

A : Cユest difficile. Cependant, je me rends compte de lユancrage, de lユam四ioration globale et parfois dans le d師ail.

M : Congruente par rapport ce qui se passe

 

Quユest-ce que ce professionnel propose ?

 

Relaxation et dynamique corporelle ミ l営hement du mandibule inf屍ieur ミ travail du personnage.

 

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

D残ouvre lユimportance de la lenteur, de la r使ularit du travail corporel associ la voix. Lユaccompagnement lui permet de d残ortiquer les exercices un rythme qui lui convient et lui permettant de travailler en profondeur.

 

 


Qui est en question ? Eve, diplomate, 54 ans.

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

existentiel.

De 9 mois -  Fr子uence rapproch仔 au d暫ut puis espac仔.

Composer autrement la situation professionnelle en tenant compte du ヌ vide cr斬teur ネ que rencontre la personne.

 

Quelles sont les questions pr残ises ?

 

Des choses importantes que vous voulez explorer pendant les rencontres, laquelle fait le sens ? Parmi les moyens dユexpression artistique que vous avez 思oqu, quel est celui qui convient le mieux dユutiliser, ici et maintenant ?

 

Comment se d屍oule lユentretien ?

 

A la demande dユEve, elle voulait un espace-temps silencieux. Parfois il a 師 rythm par des chants vietnamiens sur lesquels elle a ax son travail. En effet, elle avait occult pendant 38 ans, 17 ans de culture vietanmienne (Eve est eurasienne)

 

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M) ?

 

(A) : Tr峻 surprise dユ腎re accompagn仔 dans le silence. Tout en le voulant, elle avait peur de ce qui allait venir. Mais se sentait s残uris仔 par mon silence.

(M) : Tr峻 riche exp屍ience o pour la premi俊e fois sur la dur仔 de lユaccompagnement il sユagissait dユ腎re lユ残oute du silence. Joyeuse du fait quユelle red残ouvrait ses rep俊es anciens et les savourait.

 

Quユest-ce que le professionnel propose ?

 

 

Il a 師 convenu, ensemble quユelle voulait une non  directivit intervenante, quユelle voulait exp屍imenter sa propre direction et que ma pr市ence lui suffisait.

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

Tr峻 respectueux. Enfin elle 師ait comprise de lユint屍ieur.

Heureuse dユavoir recontacter ses racines, heureuse de sユ腎re autoriser de vivre ses souvenirs au travers du mouvement.

Se sent enfin capable de composer autrement avec qui elle est r仔llement et de faire face son institution ヌ tr峻 langue de bois ネ comme elle dit. ヌ on finit par devenir du bois si on ne fait attention sユ残outer ネ.

 

 


Qui est en question ? Eric, enseignant cap師ien ミ compositeur, 39 ans

 

Quel est lユobjet en question ?

situation dユaccompagnement

existentiel.

De 6 mois. Fr子uence deux fois par mois.

Comprendre en profondeur les nouveaux rep俊es de vie auxquels il est brutalement confront仔 afin de poursuivre son travail artistique (conservatoire - concerts - enseignement).

 

 

Quelles sont les questions pr残ises ?

 

 

Aucune.

 

 

Comment se d屍oule lユentretien ?

 

Dans le silence. Il souhaitait uniquement une pr市ence avec un autre artiste et 思oluait dans lユexpression de sa musique.

Ce nユest quユ la fin o il exprime lユessentiel de ce qui lユa amenait : deuils successifs dans son tr峻 proche entourage.

 

Quelles sont les r斬ctions

de lユautre (A),

du professionnel (M) ?

 

(A) : enfin, disait-il quelquユun qui sait accompagner dans le silence.

(M) : Cユest au fur et mesure de son accompagnement que jユai compris toutes les subtilit市 du silence.

 

Quユest-ce que le professionnel propose ?

 

 

Le travail, dans le mouvement, dans une extr仁e lenteur,

avec selon son rythme lユ残oute de sa propre musique et dユautres quユil lユapaise

 

 

Comment la personne a re講 cet accompagnement ?

 

 

Lui a 師 tr峻 b始伺ique. A appr残i de pouvoir offrir ce quユil composait en le jouant dans lユespace-temps de lユaccompagnement. Cユ師ait aussi une offrande ce quユil a perdu. A retrouv la joie de vivre lユexpression corporelle dans lユextr仁e lenteur.

Au d暫ut, il avait peur que sa demande soit mal re講e.

 

 

 

.


4   R伺lexion autour de la pratique

 

Des grandes tendances de cette pratique dユaccompagnement seront d使ag仔s les id仔s ma杯resses suivantes. Lユint屍腎 capital dユune 残oute sensible, transversale voire holistique, est toujours aiguiser.

Dユune part, il sユagit de sortir de soi , partir de lユautre et de son univers symbolique et imaginaire (Barbier, 1997). Cela permet, en posant tr峻 peu de questions, une compr刺ension de lユint屍ieur de plus en plus fine et subtile de ce que lユautre 士et verbalement ou non. Lユautre le sent et le sait sans rien dire. Parfois, avant de poursuivre, il ヌ rectifie ネ ou r司t俊e lユidentique simplement pour sユassurer quユil a 師 profond士ent 残out.

Dユautre part, cela lib俊e de lユespace, du silence int屍ieur et permet de faire le ヌ vide cr斬teur ネ. Ainsi, devenir r残eptif lユautre et tenter dユ腎re ヌ disponible ネ et ヌ impressionnable ネ par des cat使ories de ヌ penser - agir - ressentir ネ non connues de sa propre habitude (Barbier, R. 1997) permet dユ腎re vraiment avec la personne cliente qui se laisse manifestement touch仔 par cette atmosph俊e bienveillante. Par ricochet, des stades et rythmes diff屍ents, elle constate des modifications. Parmi elles, est exprim仔, la plupart du temps, la surprise de lユapprentissage de relier ヌ penser - agir - ressentir ネ et de le transf屍er dans le cadre de leur profession, quelque soient le domaine et la position hi屍archique. En outre, est d残ouverte, au fur et mesure de lユaccompagnement professionnel, lユexistence de la face lumineuse et rafra把hissante quユoffre le changement.

De surcro杯, la personne explore le sens des actes et r斬lise que cela tient surtout du fait dユ腎re ヌ pr市ent ネ ce quユelle entreprend. Souvent dans lユinconfort, elle comprend, par elle-m仁e, quユil est urgent de quitter le rythme effr始 et r残urent du ヌ faire pour faire ネ qui emp芯he de contacter le sens (se r伺屍er aux vignettes de Charles, Agn峻) des actes que la personne effectue comme un automate. Autrement-dit, la rationalisation supprime lユ残oute en son lieu m仁e et par cons子uence le sens. Cユest le grand ヌ faire taire ネ initial qui autorise uniquement le droit de vivre dans lユeffondrement et lユ師ouffement de la parole, cユest--dire dans la non vie. Cela met - hors de lユhomme - ce qui habite lユhomme, ce que r仔llement il est. En revanche, comme lユexprime Maurice Bellet, la parole nユest en rien oppos仔 au silence. Elle est ヌ ... le silence plein, agissant, comme le silence qui pr残重e la musique... ネ.

 

 

5   Constat et devenir en tant que professionnel

 

Depuis une auto-思aluation r使uli俊e, entre auto-contr冤e et auto-questionnement, il ressort que -je-, auteur, acteur, metteur-en-sc熟e de ma vie professionnelle, suis pleinement en mesure de :

- porter des regard et 残oute pluriels sur diff屍entes et futures missions,

- choisir la posture professionnelle.

Jユai v残u et peux vivre autant la posture de consultante que celle dユexpert.

 

Je respecte cette derni俊e bien que je mユen d市engage de plus en plus car, de mon point de vue, elle correspond une d士arche trop morcel仔 et r仕uctrice. Je pourrai mユengager la vivre exceptionnellement sユil existe une ad子uation entre les deux points ci-apr峻. Il sユagit du respect de mes valeurs de vie et dユautre part, de la mission propos仔 (sa nature, lユint屍腎 que jユy porte, son contexte multidimensionnel) qui constituerait, en somme, un point dユentr仔 sur celles de consultance, coaching et conseil et plus exactement le tenir-conseil. La conduite du changement prend du temps...

 

Jユaccorde un net int屍腎 la d士arche du ヌ tenir conseil ネ par rapport lユapproche du ヌ simple conseil ネ. Tandis que la seconde dont une caricature serait une ヌ solution cl en main ネ, ne repose pas sur lユautonomisation de lユacteur (personne, groupe, institution) et lユauto-d師ermination des personnes, la premi俊e respecte compl春ement lユ腎re humain dans sa globalit et les processus. Lユavoir d残ouverte sユav俊e un changement important, inattendu : mon regard est compl春ement diff屍ent sur la mani俊e dユaborder le conseil. Qui plus est, cette d士arche active et cr斬trice du tenir conseil 残oute le sens, les processus. Jユai particuli俊ement appr残i la bienveillance et lユexigence avec lesquelles Alexandre Lhotellier aborde les deux dimensions ci-apr峻 qui ont 使alement toute leur importance dans la posture de consultant-coach. Il sユagit du ヌ fondement dialogique du conseil ネ et ヌ  la ヌ pr市ence et le temps au fondement du conseil ネ.

 

Par ailleurs, jユai pass la plupart de mon temps, cette ann仔, affiner ce que je connaissais d史 et mユenthousiasmer de d残ouvrir r使uli俊ement des aspects que jユignorais au niveau de la posture de consultant. Cela a contribu corroborer ma franche adh市ion vivre cette posture.

 

 

Depuis le r伺屍entiel m師ier 四abor r残emment, en participation commune, de lユintervenant en organisation form en 思aluation, je retiens pr伺屍entiellement pour le moment :

la mission N。1 : accompagnement et conduite du changement,

la mission N。4 : conseil,

la mission N。6 : 思aluation pour la r使ulation des pratiques,

tout en sachant que je reste ouverte aux autres. En effet, une seule chose est permanente : le changement !

 

 

 


Conclusion

 

 

 

Partir de lユexp屍ientiel et faire du m士oire, le lieu m仁e de lユexp屍ientiel, a 師 un moment tr峻 fort. La surprise est apparue aux niveaux suivants. Se construire avec sa propre r伺lexion, exercer une vison profonde sur le ヌ penser-agir-ressentir ネ, se questionner sur le cheminement, de la gestation et maturation jusquユ lユacte dユ残rire, sユ四aboraient en permanence au rythme de lユ残oute de soi. En effet, tout au long de ce processus, des changements intervenaient inopin士ent et bouleversaient sans arr腎 le cours initial de la ヌ colonne vert暫rale ネ du m士oire. V屍itable ヌ 姿reuve ネ o lユ残oute du sens et le sens de lユ残oute de ce qui 師ait entrepris dans les derniers temps formaient enfin un point dユorgue. Etait constant lユaccueil de lユimpr思u m仁e si parfois cela nユ師ait point confortable. Cette 姿reuve sユest r思四仔 extr仁ement int屍essante car contactant directement lユessentiel : lユ残oute sous-jacente tout.

 

Depuis un permanent aller-retour entre lユ残oute de soi sans lユautre, lユ残oute de soi simultan士ent avec lユ残oute de lユautre et tout en tenant compte du processus r伺lexif dont il est question au chapitre II, il ressort plusieurs choses.

Tandis quユentendre est un processus passif, 残outer en est un actif. Par ailleurs la posture dユ残oute (cf chapitre II) sユav俊e une posture part enti俊e. Cユest une posture qui se vit au m仁e titre que lユintervenant choisit de vivre la posture dユexpert ou la posture de consultant pour accompagner lユ腎re humain, - la personne ou le collectif (entreprise ou organisation). Elle est compl士entaire des deux autres ainsi que celles de chercheur et formateur. En quelques sortes, elle accompagne la posture retenue par lユintervenant afin quユil soit pleinement ouvert ce que lユautre exprime verbalement ou non verbalement. La disposition dユouverture physique (thorax et coeur) et mentale que procure cette posture offre lユaccueil de lユimpr思u en composant avec, tout en 師ant toujours lユ残oute de soi, lユ残oute des autres, lユ残oute de lユenvironnement. En fait, il sユagit du sentiment de reliance avec le tout vivant.

 

Un lien tr峻 fort existe entre cette ouverture et la ヌ transversalit de la compassion ネ (Barbier, R. Mai 2003, site internet crise). Il appelle ヌ transversalit ネ toute action mat屍ielle, physique ou symbolique qui traverse et modifie ce quユelle touche. ヌLa  transversalit de la compassion ネ est une action anim仔 par un sentiment de reliance avec tout le vivant. La reliance est la conscience la fois affective et intuitive, illuminative sur le plan cognitif, de faire partie dユun m仁e ensemble dynamique o tout est en interrelations(...) ネ. A lユ残oute de cette derni俊e phrase, il semblerait que transversalit et holisme soient extr仁ement proches... (chapitre I-2-5). ヌ (...) Cet 師at de conscience nous place un niveau de r斬lit qui nユest pas habituel, car, de fait, nous consid屍ons le monde, en g始屍al, sous lユangle de la fragmentation. ネ

 

Quasiment la fin de ce m士oire, est apparu tr峻 clairement que son titre principal ヌ lユ残oute dans lユaccompagnement ネ traduisait incorrectement la nature de lユ残oute dont il est question ici. En effet, le titre laisse une ambigu付 o est signifi仔 dユune certaine mani俊e que lユ残oute serait une partie de lユaccompagnement. Or, il en est tout autrement. En effet, le processus dユ残outer n残essite dユ腎re en authentique interaction avec le tout, avec lユunivers. La participation globale et active de toute la part de lユ腎re humain est sollicit仔 pour acc仕er aux trois fondamentales interd姿endantes de lユ残oute (de soi, de lユautre/du groupe, de lユenvironnement). Apr峻-coup, le titre qui convient r仔llement vient dユune inversion du titre premier savoir ヌ Lユaccompagnement dans lユ残oute ネ et l les deux participants, intervenant et lユautre sont pr市ents dans tous les sens du terme et sont des participants 残outants. LユAutre, du simple fait quユil soit 残out, se met lユ残oute de lui-m仁e et lユ残oute de lユintervenant.

 

Enfin, un dernier point de conclusion. Introduire le concept dユ残oute dans le vaste domaine que repr市ente la communication dans lユentreprise constitue un vaste d伺i. Et cependant lユoreille humaine poss重e des potentialit市 qui sont d師erminantes pour la ヌ mise en commun ネ qui sユimpose en mati俊e de relations humaines. Plusieurs 四士ents qui paraissent essentiels doivent 腎re 思oqu市. Ils concernent le r冤e que joue lユappareil auditif sur le plan de la voix, de la posture, du langage, du comportement, bref de tout ce qui intervient dans la transmission dユun message. Quユil soit verbal ou non verbal, celui-ci doit 腎re 士is par lユun et re講 par lユautre ou par les autres. Cユest une premi俊e 師ape quユil ne faut pas n使liger. Au sch士a classique de la communication mettant en oeuvre un locuteur et un auditeur, il convient dユajouter une notion dユauto-contr冤e permettant celui qui 士et le message de diriger son 四ocution de telle sorte quユil soit re講 dans sa pl始itude.

 

 


Bibliographie

 

Ardoino, J. (2000), ヌ De lユメ accompagnement モ en tant que paradigme ネ モ, Pratiques de Formation - Analyses, N。 40, pp 5 - 19

 

Ardoino, J. (2000), Les avatars de lユ仕ucation, Education et Formation, Paris : PUF

 

Ardoino, J. , Barbier, R. (1993),ヌ Pr市entation de lユapproche multir伺屍entielle en formation et en sciences de lユ仕ucation ネ, Pratiques de Formation / Analyses, N。 25 ミ 26 , pp 9-14

 

Ardoino, J. , Barbier, R. , Lhotellier, A. (1991), ヌ Le devenir du sujet en formation : lユinfluence des cultures autres ヌ quユoccidentales ネ ネ, Pratiques de Formation / Analyses, N。 21 ミ 22, pp 5-16 et 149- 158 et 193-226

 

Barbier, R. (1997), Lユapproche transversale ミ Lユ残oute sensible en Sciences Humaines, Paris : Anthropos

 

Barbier, R. (1996), La recherche action, Paris : Anthropos

 

Beillerot, J. (2002), P仕agogie : Chroniques dユune d残ennie (1991 ミ 2001), Savoir et Formation, Paris : LユHarmattan

 

 Bellet, M. (1987), Lユ残oute, Paris : Descl仔 de Brouwer

 

Brook, P. (1977), Lユespace vide, Paris : Seuil

 

Burney, L. , Roques, A. , Sell峻, M. (2002), ヌ La d姉ntologie dans les pratiques de coaching ネ, Actualit de la Formation Permanente, N。 178, pp 40-47

 

Carri俊e, J.-C., (1979), La conf屍ence des oiseaux, Paris : Centre International de Cr斬tions Th脂trales

 

Castoriadis, C. (1993), ヌ Entretien avec Corn四ius Castoriadis ネ, Pratiques de Formation / Analyses, N。 25 ミ 26 , pp 44, 64

 

Collectif sous la Direction dユEric Le Nouvel, (1997), ヌ Conscience et pr市ence ネ, メ Question de モ, Albin Michel, N。107, pp 29 ミ 46, pp 91 - 102

 

Collectif sous la Direction de Ren Barbier, (2001), ヌ Education et sagesse ネ, La qu腎e de sens, メ Question de モ,Albin Michel, N。123, pp 9 ミ 30, pp 57 ミ 70, pp 98 ミ 156, pp 270 ミ 294.

Collectif de 46 chercheurs scientifiques (1980) Science et Conscience, Les deux lectures de lユunivers, Stock et France Culture, colloque international de Cordoue -1979

 

Collectif de 9 chercheurs (1995), Krishnamurti et lユEducation la fin du XX塾e si縦le, Universit Paris 8, Symposium

 

Delivr, F. (2003), Le m師ier de coach, Paris : Editions dユorganisation

 

Devillard, O. (2001), Coacher, Paris : Dunod

 

Goleman, D.,Gardner, H., Benson, H., Thurman, R. , Le Dala-Lama (1993) Esprit Science, Dialogue Orient-Occident, Saint-Cannat : Claire Lumi俊e, colloque esprit Science de Harward - 1991

 

Grof. S, (1989), Les nouvelles dimensions de la conscience, Paris : Editions du Rocher

 

Grof, S. (1984), Psychologie transpersonnelle, Paris : Editions du Rocher

 

Hall, E. T. (1984), Le langage silencieux, Paris : Seuil

 

Hall, E. T. (1984), La danse de la vie, ヌ temps culturel, temps v残u ネ, Paris : Seuil

 

Hall, E. T. (1979), Au del de la culture, Paris : Seuil

 

Hall, E. T. (1971), La dimension cach仔, Paris : Seuil

 

Jung, C. G. (1995), Pr市ent et avenir, Paris : Buchet/Chastel

 

Jung, C. G. (1980), Psychologie du transfert, Paris : Albin Michel

 

Jung, C. G. (1964), Lユhomme et ses symboles, Paris : Laffont

 

Krishnamurti, J. (2001), Lユesprit et la pens仔, Paris : Stock

 

Krishnamurti, J. (1991), R姿onses sur lユ仕ucation, Paris : Christian de Bartillat

 

Krishnamurti, J. (1984), Se lib屍er du connu, Paris : Stock

 

Krishnamurti, J. (1970), Face la vie, Paris : Adyar

 

Laplanche, J., Pontalis, J.-B. (1992) Vocabulaire de la psychanalyse, Paris : P.U.F.

 

Lenhardt, V. (1992), Les responsables porteurs de sens, Paris : Insep Editions

Lhotellier, A. (2001), Tenir Conseil, Paris : Seli Arslan

 

Lobrot, M. (1990), la Non-Directivit Intervenante, Paris : Retz

 

Lourau, R (1993), ヌ Autor伺屍entialit, monor伺屍entialit, multir伺屍entialit et implication ネ, Pratiques de Formation-Analyses, N。 25 ミ 26 , pp 90, 97

 

Machado, A (2003), De lユessentielle h師屍og始司t de lユ腎re, Paris : Payot & Rivages

 

Mallet, J. (2003), Ethique et Education ミ D伺is pour un nouveau mill始aire, Om使a Formation Conseil

 

Morin, E. ( 2000), Les sept savoirs n残essaires lユ仕ucation du futur, Paris : Seuil

 

Morin, E. (1982), Science avec conscience, Paris : Fayard

 

Pi屍on, H. (1992), Vocabulaire de la psychologie, Paris : P.U.F.

 

Portelance, C. (1996), La libert dans la relation affective, Montr斬l : CRAM

 

Ricard, M. et Trinh Xuan Thuan (2000), Lユinfini dans la paume de la main, Paris : Fayard et Nil

 

Rogers, C. (1966), Le d思eloppement de la personne, Paris : Dunod

 

Shunryu, S. (1977), Esprit zen esprit neuf, Paris : Seuil

 

Le Dala-Lama (1991), La m仕itation de lユesprit, Paris : Dervy

 

Le Dala-Lama (1987), Lユenseignement du Dala-Lama, Paris : Albin Michel

 

Tarthang T. (1996) Lユart int屍ieur du travail, Paris : Dervy

 

Tarthang, T. (1988) Lユouverture de lユesprit, Paris : Dervy

 

Thich Nhat Hanh (1995) La vision profonde, Paris : Albin Michel

 

Tomatis, A. (1996), Ecouter Lユunivers, Paris : Robert Laffont

 

Tomatis, A. (1987), Lユoreille et la voix, Paris : Robert Laffont

 

Tomatis, A. (1974), Vers lユ残oute humaine, Tome I, Paris : ESF

 

Valade, A. (1993), Le th脂tre de lユ盈e ou lユart de se mettre en sc熟e dans la vie, Paris : InterEditions

Varela, F./ Thompson, E./ Rosch, E. (1993), Lユinscription corporelle de lユesprit, Paris : Seuil

 

Vial, M. (1999) Ceci nユest pas un lexique : 25 mots pour la recherche en Sciences de lユEducation, Aix-en-Provence : En question, Cahier N。25, pp 97-123

 

Vial, M. (1997) Lユauto-思alution, entre auto-contr冤e et auto-questionnement, Aix-en-Provence : En question, Titres N。1, pp 159-222 (A)

 

Vial, M. (1997) Les mod粛es de lユ思aluation, textes fondateurs et commentaires, Postface de JJ Bonniol, Bruxelles : De Boeck (B)

 

Whitmore, J. (2003), Le guide du coaching, Paris : Maxima

 


Sites internet

 

http :// www.barbier-rd.nom.fr/entretienRech.RB.PDF ...........

: visit le 15-05-2003

Ridel, L. (2000), ヌ Entretien avec Ren Barbier ネ - concerne lユaccompagnement de recherche

http :// www.barbier-rd.nom.fr/ecoutedudesir.htm ..................

: visit le 20-05-2003

Lobrot, M. (f思rier 2002), ヌ Lユ残oute du d市ir, la non directivit intervenante ネ

http :// www.barbier-rd.nom.fr/collAFIRSE93TempsInde.html

: visit le 07-06-2003

Barbier, R. (1993), ヌ LユInde, le temps et lユ仕ucation ネ

http :// www. barbier-rd.nom.fr/                                   ..............

: visit le 16-06-2003

Colloque en lユhonneur du Professeur Jacques Ardoino du 30 mai au 1er juin 1998

http :// www. barbier-rd.nom.fr/Sensibilit捌A.html ...................

: visit le 16-06-2003

Jacques Ardoino et la sensibilit (propos improvis市 tenus aupr峻 du groupe de discussion existentielle de Paris, 1998)

http :// www.la-vouivre.ch/vouivre03.htm ................................

: visit le 06-07-2003

ヌ La vouivre : Culture et pens仔 jungienne ネ - concerne les notions de transfert, contre-transfert

http :// www.barbier-rd.nom.fr/transversalite.html ...................

: visit le 25-09-2003

ヌ Transversalit ネ de Jacques Ardoino ( Universit Paris 8) -  Juin 2003

http :// www.barbier-rd.nom.fr/CarlRogersReneBarbier.PDF ..

 

: visit le 25-09-2003

ヌCarl Rogers et Ren Barbier : Perspective critique sur lユ仕ucation ネ - Extrait dユun travail de recherche en DEA de Sciences de lユ仕ucation - Novembre 2001


Annexe 1

 

Barbier, R. (1997) LユApproche Transversale, Lユ残oute sensible en sciences humaines, Paris : Anthropos, pp 151-191.

 

Mots Clefs : ph始om始ologie, exp屍ientiel, ヌ existentialit interne ネ, transversalit, multir伺屍entialit (interne - externe)

 

I  Partie R市um

Parmi les diff屍entes et interd姿endantes facettes du sujet notamment la connaissance selon Morin, lユimaginaire selon Castoriadis, sera retenu celle qui concerne lユ残oute. Une distinction entre ヌ entendre ネ et ヌ 残outer ネ porte sur lユouverture des perceptions et repr市entations. Depuis celle dユヌ残outerネ, lユauteur am熟e au fur et mesure le propos de lユApproche Transversale qui consiste maintenir la vigilance du ヌ vide ネ inh屍ent toute connaissance. En Approche Transversale, le ヌ sens pr腎 ネ aux choses diff俊e selon les chercheurs. Il change par exemple en fonction du savoir multir伺屍entiel, de lユ四argissement des champs exp屍ientiels et des capacit市 intuitives et artistiques de chaque chercheur, de la mani俊e singuli俊e dont le chercheur entre en relation et en communication avec le sujet. Enfin, certains autres points non n使ligeables, r市onnant avec lユ残oute sensible en sciences humaines, dont lユethnom師hodologie seront 思oqu市.

A propos dユentendre...Le fait de percevoir et de se repr市enter le monde partir de soi-m仁e et de ses propres centres dユint屍腎 de tous ordres suscite lユaversion ou la sympathie envers autrui. A lユinstar des filtres, ces centres r仕uisent. Il en est de m仁e pour lユヌautreネ, cern par les mailles de lユanxi師 de tout un chacun.

A propos dユ残outer...Lユattitude est diff屍ente de la pr残仕ente dans le sens o il sユagit de sortir de soi et partir de lユautre et de son univers symbolique et imaginaire. Elle implique de faire le vide, dユ腎re r残eptif lユautre et tenter dユ腎re ヌ disponible ネ et ヌ impressionnable ネ par des cat使ories de ヌ penser-agir-ressentir ネ non connues de sa propre habitude. Ecouter est de lユordre de lユヌexp屍entielネ plus que de lユordre de ヌ lユexp屍imental ネ o prime la recherche de la ヌpreuve ネ dユune hypoth峻e tandis que dans lユexp屍ientiel, ce qui informe lユ腎re humain est un champ dユヌ姿reuvesネ o interviennent les facult市 logiques, cognitives et celles dユintuition et dユimagination. Cユest, en fait, le domaine de la complexit avec les particularit市 dユinach竣ement, de totalisation dynamique et interactive, dユincertitude et dユind師ermination. Lユ残oute suppose le non-savoir des choses, de la vie et du monde (r伺屍ence la r夙le de la r仕uction ph始om始ologique : lユ姿och consiste dire que tout savoir, toute connaissance doit 腎re mis entre parenth峻es). Il est inutile de se prot使er de lユincertain et de lユimpr思u par des concepts et th姉ries rassurantes. Lユ残oute permet une confiance absolue dans les possibilit市 dヤ思olution de lユ腎re humain.

Sera d思elopp仔 en quoi consiste, dans un premier moment indispensable, lユ残oute du ヌ sujet ネ (personne/petit groupe) en Approche Transversale. Partir du sujet avec qui le chercheur travaille - Rester dans le pr市ent et dans le contexte des ph始om熟es 師udi市 - Sユefforcer de suivre la r夙le dユ姿och - Tenter, avec le sujet et son accord, de d使ager la structure la plus significative existentiellement parlant des ph始om熟es per講s. Cユest la transversalit de lユヌExistentialit interneネ du sujet.

En 残oute transversale, peuvent 腎re d使ag市 cinq aspects th姉riques. Ils seront formalis市 et repris - volontairement - tel que lユauteur les a exprim市 (p165).


Th姉risation des 5 aspects : E > MI > T > MEG > MER.

lユヌExistentialit interneネ du sujet (E              :

lユexistence intentionnelle et signifiante en acte du sujet constitu仔 par lユensemble des ph始om熟es rep屍able par le chercheur avec lユaide du sujet.

la ヌ Transversalit ネ (T)                                :

comme ヌ bain de sens ネ ordonn, relativement structur, selon une logique d残ouvrir, de cette ヌ existentialit interne.

ヌ multir伺屍entialit ネ interne (MI)                :    

qui, partir de la r夙le de lユ姿och, permet de saisir cette transversalit dans un premier moment partir des seules r伺屍ences du sujet.

multir伺屍entialit externe restreinte (MER)  :                                                    

comme ensemble de toutes les r伺屍ences th姉riques utilisables de fa腔n pertinente en sciences humaines pour comprendre et pr腎er du sens lユヌExistentialit interneネ du sujet (approfondissement de sa transversalit).

multir伺屍entialit externe g始屍ale (MEG)    :

qui inclut mais d姿asse la MER, en sユ四argissant aux r伺屍ences 残lairantes apport仔s par les philosophies, sagesses et spiritualit市 dont nous pouvons avoir connaissance en Occident et dans dユautres r使ions du monde(...)

 

A propos des autres points abord市...

Tout dユabord, lユApproche Transversale est confront仔 ヌ lユethnom師hodologie ネ [Coulon, A. ,1987 - Lapassade, G. , 1996] et aux ヌ 師ats modifi市 de conscience ネ (EMC), exp屍ience humaine bouleversante, [Lapassade, G]. Dユautre part, des points de connivence existent entre lユApproche Transversale et la th姉rie de la Gestalt Th屍apie car elles ont des fondements communs tels que la ph始om士ologie (vieux concept dユ姿och qui nユest pas une n使ation mais un ajournement), lユ残lairairage existentiel, lユint使ration. Toutes deux mettent lユaccent entre autres sur lユinstant pr市ent.

Ensuite, la relativisation du pass [Lobrot, M. ] est pr残onis仔 : partir de ce que dit et fait exactement le sujet sans se livrer aucune interpr師ation et rester extr仁ement prudent sur le pass.

 Enfin 残outer/voir des ヌ situations limites ネ emprunte largement au courant rog屍ien en sciences humaines mais avec une attitude m仕itative au sens oriental du terme. Le chercheur doit savoir sentir lユunivers de lユautre pour comprendre de lユint屍ieur  lユexistentialit interne 思oqu仔 pr残仕emment.

 

Virginie hingre


Annexe 2 :        Bellet, M. (1995) Lユ残oute, Paris : Descl仔 de Brouwer, pp 151-198

 

Mots Clefs :  vide - plein, hors concepts, lieu dユ残oute, 残oute infinie, parole.

 

I  Partie R市um

Lユauteur emprunte une simple et surprenante r姿師ition de verbe ヌ Ecouter 残outer ネ pour intituler le quatri塾e et dernier chapitre de son ouvrage. Cette r司t屍ation verbale sert lユ残oute en soi, la fois, en refl師ant avec justesse sa dimension holistique et en traduisant son exigence et sa puissance. Il sユagit dユune approche non conceptuelle de lユ残oute.

Elle ne r伺俊e ni aux mod粛es ni aux cat使ories. Cette d士arche est hors du champ de la th姉rie qui applique, par d伺inition, ses concepts (par exemples conscient, inconscient) et ses m師hodes. Si une th姉rie 師ait 思entuellement employ仔 pour d伺inir cette 残oute, elle en 残arterait le ヌ point obscur ネ 残outant, point hors de vue qui est ヌ ouverture de lユoreille ネ. Cユest un point de retournement qui correspond en quelque sorte au passage du ヌ rassurant connu ネ au ヌ  nouveau monde inconnu ネ depuis lequel il est important de trouver un autre espace que le th姉rique pour la n残essaire communication de lユ残oute. Celle-ci est primordiale et n残essaire. En effet, elle pr残重e et ne cesse de pr残仕er toute th姉rie, toute ma杯rise du savoir.

Le chemin travers pour explorer cet espace ヌ hors lieu connu ネ peut d暫oucher sur le vide. Mais de quel vide sユagit-il ? Un vide dans le vide, o, qui en vient l se d伺ait de la folie du monde ? Ou la vacuit lib屍atrice et salvatrice, passage vers ce vide-plein, o se nourrit lユhomme, d伺ait de lui-m仁e et de toutes les illusions du monde ? Il semblerait, dans ce cas, que cela soit - une 姿reuve de mort - autre que la mort physique. Lユhumilit est incontestablement - pr市ente - dans ce cheminement.

Dユo 残oute lユ残outant ? Sユil peut supporter le vide-plein, donc un lieu o entendre ne co貧cide aucunement avec la ヌ mise mort ネ, de lユautre ou de lui-m仁e, alors il sera pr腎 tout entendre. Depuis cet espace - hors lieu connu -, sユouvre un champ immense de ヌ r - 残oute ネ o lユhomme retrouverait la naissance de lユhumanit en lui-m仁e. Lユhomme 残oute et entend. Entendre, cユest originellement, perdre la cat使orie qui juge (cat使orein, en grec cユest aussi et dユabord accuser). Hors de toute r使ion connue, lユhomme 残oute autrement, non par les cat使ories, qui donnent voir et saisir, mais par - les paroles - qui se donnent entendre. Il semble que ce qui sユoffre alors, cユest dユ残outer lユ残oute elle-m仁e. En somme, le tr峻 simple. Dユailleurs, le contenu nユest plus le discours th姉rique. Cユest la parole enti俊e, - de tout le corps - et non pas seulement celle qui, fix仔 au ヌ th姉rein ネ (en grec cユest observer), ne r伺俊e quユ la vue.

Cependant, subsiste un danger : la rationalisation. Elle supprime lユ残oute en son lieu m仁e. Cユest le grand ヌ faire taire ネ initial qui autorise uniquement le droit de vivre dans lユeffondrement et lユ師ouffement de la parole, cユest--dire dans la non vie. Cela met - hors de lユhomme - ce qui habite lユhomme, ce que r仔llement il est. Comme lユexprime Bellet, la parole nユest en rien oppos仔 au silence. Elle est ヌ ...le silence plein, agissant, comme le silence qui pr残重e la musique... ネ.

Lユ残oute infinie sユoffre uniquement lユ残oute qui est silence. Lユ残oute est l une fois le verbiage d姿ass. Cユest partir de l que survient lユ残oute elle-m仁e. Il semblerait alors que les 腎res humains deviendraient muetsノ                                            Virginie hingre


Annexe 3 :                   Lhotellier, A. (2001) Tenir conseil, Paris : Seli Arslan, pp 71-94

 

Mots Clefs : pr市ence fondatrice, communication dialogique, rythmanalyse plurielle, d士arche (m師hode - sens), d四ib屍er pour agir.

 

I  Partie R市um

Etant donn que le conseil est une activit tellement fr子uente, tellement quotidienne dans la vie personnelle, professionnelle et sociale, il est r仕uit, la plupart du temps, lユactivit de ヌ donner des conseils ネ o - bons sens, absence de m師hode et non-思aluation des effets quユil produit - forment trop souvent un point dユorgue. Pour ces raisons, lユauteur tente de sユ始oncer ヌ Pour une d伺inition du conseil ネ, troisi塾e grande ligne de la premi俊e partie de son ouvrage, ヌ La probl士atique du tenir conseil ネ.

Lユauteur est en permanente dynamique dユ四aboration de d伺initions. Il comprend le conseil comme - lユacte de tenir conseil - en tant que -d四ib屍ation pour agir-. Tout au long de cette partie, sans jamais figer quoique ce soit et en pr残isant que ヌ le conseil est oeuvre ouverte ネ, il d思eloppe que tenir conseil se d伺init selon trois dimensions, reprises ci-apr峻. Il sユagit de la cr斬tion dユune communication dialogique, la recherche m師hodique et plurielle du sens dユune situation-probl塾e, la construction dユune d士arche active.

La relation de conseil demande 腎re r伺l残hie, dans son ensemble, et lユinteraction est orient仔 par un principe dialogique, constitutif de la relation. Le pr伺ixe ヌ dia ネ 思oque le franchissement. Dans la mutualit, le dialogue appelle la recherche commune depuis les points de vue de chacun. Le fondement du dialogue consistera en une d士arche de pens仔 dans la relation - partir de lユautre -. Pour ce faire, la ヌ pr市ence ネ professionnelle-personnelle du conseiller sユimpose et se distingue de la pr市ence ordinaire par le fait quユelle soit porteuse de sens pour celui qui est momentan士ent d士uni. Le dialogue, cユest le travail de la parole et de lユ残oute de chaque personne et non pas seulement un discours th姉rique. Le dialogue commence o il peut, dans lユ師at pr市ent des personnes tout en sachant que lユautre a le droit de ne pas savoir, de ne pas comprendre certaines situations, dユ腎re dans lユincapacit au dialogue. Le travail de confiance est faire : le respect de lユ腎re humain et la mani俊e constructive dont se passent les choses sont primordiales.

La premi俊e 師ape de la d士arche de tenir conseil, est la recherche du sens de la situation-probl塾e. Recherche qui existe tout au long du processus inh屍ent la pratique de tenir conseil, et sユacquiert avec une ヌ anti-habitude ネ (Bachelard), une m師hode (qui profite au travail du sens des situations, celui du projet des actions et celui de lユacte et au del de lユacte : reprise et 思aluation critique du d屍oulement ) afin dユ思iter les scl屍oses de toute routine.

De la recherche m師hodique et plurielle du sens...Tout dユabord, la limitation du sens offre un premier cadre o lユacteur, le client narre la situation. Elle assure 使alement le passage de lユhistoire-r残it lユhistoire-probl塾e afin de comprendre comment la personne organise les donn仔s et probl士atise sa situation. Ensuite, lユouverture du sens intervient avec ses 3 phases : exploration du sens (de nombreuses pistes apparaissent), confrontation du sens (d暫ouche sur un travail dユapprofondissement et de d師ection des points aveugles de la situation), 四aboration du sens (focaliser le sens dans lユinstant et le situer par rapport la globalit de la personne dans le contexte socio-残onomique, culturel et politique - ). Enfin, le discernement du sens, souvent n使lig, tort, car ins残urisant, est le travail des processus de valorisation et dユ思aluation des repr市entations et des actions de la personne.

Construire la d士arche active du tenir conseil :

cユest travailler rendre signifiante, pour lユ腎re humain, une action qui est formatrice, la connaissance ne suffisant pas. En outre, le fait que lユaction, lユagir sens soit un ensemble non d残omposable de conduites est le propre dユune d士arche, dユun processus, dユune voie. Lユinstant est le moment qui est porteur et initiateur de sens comme organisateur de conduites. ヌ Savoir reconna杯re ce moment ネ, cユest savoir saisir lユinstant favorable et d残isif par toutes les possibilit市 quユil contient. Lユagir sens, correspondant au ka瓶os, est un cheminement de la personne travers la complexit dユune situation. A la fois, il garantit la pertinence et la coh屍ence de lユensemble du travail et offre une souplesse pour 思oluer.

La d士arche du tenir conseil se d思eloppe par une pr市ence fondatrice, une communication dialogique et une rythmanalyse plurielle (terme utilis par Gaston Bachelard dans ヌ La Dialectique de la dur仔 ネ pour d市igner lユapprentissage continu du sens qualitatif du temps, de ses dimensions multiples et de la perspective temporelle de toute conduite). Cette d士arche est non lin斬ire mais met en lumi俊e une s屍ie de processus circulaires ou en spirale permettant une concentration profonde. En outre, elle est la mise en oeuvre de la m師hode selon un certain style et un certain rythme pour la personnaliser ヌ au plus pr峻 ネ de chacun des clients, de chaque personne. Autrement-dit, la d士arche du conseiller dans le tenir conseil accompagne une personne dans la mise en forme de sa propre d士arche pour d残ider dユune conduite tenir. Elle est accompagnement de celui qui effectue ce cheminement dans le cadre s残urisant dユune situation structur仔 cr試e deux : la personne et le ヌ conseiller ネ.

 

Pour conclure, la d士arche du tenir conseil

- construit de mani俊e permanente une communication dialogique o pr思aut la pens仔 de lユautre (accueil - rencontre - pr市ence, 残oute de la demande - commande, 四ucidation du travail commun - contrat et construction continue des temps diff屍ents (rythmanalyse),

- tient compte du travail temporel (exp屍ience temporelle - rythmanalyse plurielle, construction des ヌ moments ネ dont ka瓶os, lユinstant propice dans lequel il est important que quelque chose soit fait ou dit),

- pose et travaille en profondeur la question du sens des situations (limitation, ouverture, discernement),

- 四abore un projet des actions (le travail fondamental du projet, le travail m師hodique du projet, le travail du ヌ trajet ネ du projet)

- organise lユagir (la d四ib屍ation, la prise de d残ision, lユengagement dans la d残ision ou la mise en oeuvre de lユagir),

- sユinvestit dans un ヌ apr峻 -agir ネ (reprise et 思aluation critique du d屍oulement de la d士arche de tenir conseil. Construire avec le client-d残ideur lユ思aluation, lユaccompagner sur le chemin dユune auto-思aluation).

Virginie hingre


Annexe 4 :                           Devillard, O. (2001)  Coacher, Paris : Dunod, pp 109-136

 

Mots Clefs : parole, niveaux dユ士ission, modes dユ残oute, entendre (perception), 残outer (r残eption).

 

I  Partie R市um

Lユextrait de ce livre porte sur ヌ lユ残oute professionnelle ネ. Lユ残oute  renferme 2 remarquables avantages, susciter la parole du client et le fait que ce dernier sユentende parler. Autrement-dit, le cadre de lユ残oute permet lユautre de sユexprimer parce quユil se sent 残out et que cette parole met continuellement en mouvement la pens仔. Le processus 四aboratif en coaching consiste ce que le client r伺l残hisse, librement, haute voix, sans en censurer lユ士ission.

 

Mode dユ残oute

Sp残ificit

Fonctionnelle

(contenu)

centr仔 sur lユobjectif du locuteur (=le coach)

- simple, quotidienne, articul仔 de questions et reformulations

- permet aux coach, coach de se comprendre et de partager la m仁e vision

Sympathique

(processus)

 

Centr仔 sur le locuteur

- offre un espace dユaccueil et de confiance, une disponibilit au locuteur

- plus ou moins grande proximit entre les deux protagonistes

Empathique

(processus)

sp残ificit + + du coach

centr仔 sur lユ姿rouv

- favorise un espace dユ四aboration

- implique une consid屍ation positive et inconditionnelle de lユautre qui favorise spontan士ent le processus de changement

Flottante

(processus)

sp残ificit + + du coach

 

produit des effets dユ残ho interne

- donne une vision globale et 思ite de partir dans une voie de traverse

- distanciation - 残outer en soi-m仁e ce qui est en soi et ce que dit lユautre

surdit市

= propres limites du coach

la probl士atique soulev仔 par le coach rejoint celle du coach

- ヌ on ne sait pas entendre ce sur quoi on ne sユest jamais arr腎 ネ

 

Les 4 modes dユ残oute pr市ent市 dans le tableau ci-dessus par lユauteur ont chacun leur importance. Les 残outes empathique et flottante sont sp残ifiques de tout praticien de lユ残oute notamment le coach. La subtilit du coach r市ide dans lユexcellence dユun jonglage dユun mode dユ残oute lユautre. En outre, en concomitance, il tient compte, des quatre niveaux dユ士ission de ce qui est signifi par le client savoir le discours explicite et latent, la communication verbale, les transmissions 始erg師iques et 士otionnelles (situations naturelles entre des 腎res humains) et la relation instaur仔.

 

Virginie Hingre


Annexe 5 : Burney, L. , Roques, A. et Sell峻, M. (2002), La d姉ntologie dans les pratiques de coaching, Actualit de la Formation Permanente, N178 , pp. 40-44 et 47

 

Mots Clefs : contrat tripartite, processus de d屍oulement (du coaching - de la relation) , demande, confidentialit, supervision.

 

I  Partie R市um

Depuis lユexp屍ience de 3 praticiennes du coaching individuel multiculturel, il ressort de cet article, une tentative de clarification de certains principes d姉ntologiques du coaching professionnel o la relation entre diff屍entes personnes est fondamentale et une invitation la confrontation de leur points de vue afin de faire progresser ce jeune et vrai m師ier en le distinguant du conseil, de la formation et de la th屍apie.

En outre, 師ant donn仔  la r残urrence des questions de fond que se posent les entreprises commanditaires et les int屍ess市 eux-m仁es - b始伺iciaires du coaching -, elles nous livrent leur permanente r伺lexion 師hique qui est enrichie par le groupe de travail ヌ European Grow Groupfor coaches ネ  (EGG). Cette r伺lexion leur semble 腎re un des chemins possibles afin que donneurs dユordres et coach市 trouvent des r姿onses au moins partielles leurs l使itimes interrogations relatives au coaching, processus dユaccompagnement dユune personne dans sa vie professionnelle.

Autrement-dit, se doter dユun cadre d姉ntologique  vise donner des points de rep俊e tant pour les coach que pour les personnes ou entreprises qui les font intervenir. En France, sont implant仔s 2 associations qui travaillent ce code de ヌ bonnes pratiques ネ du m師ier de coach. Il sユagit de la Soci師 Fran溝ise de Coaching, (S.F.C.) pr残urseur en ce domaine, et International Coaching Federation (I.C.F.). Les 残oles de formation et cabinets sp残ialis市 suivent une dynamique analogue en formalisant leur propre r伺lexion.

Seront notamment retenus trois points essentiels argument市 lユaide de 10 articles (cf tableau) parmi les 16 constituants la charte de d姉ntologie de la S.F.C. pr市ent仔 en page 47 de la revue ヌ Actualit de la Formation Permanente ネ.

En amont du coaching proprement dit...

Les trois phases successives et pr斬lables la conclusion dユun contrat tripartite, qui instaureront progressivement une relation trois, sont de loin les plus importantes  et repr市entent 80% de la r志ssite dユun coaching puisquユen principe la phase dユex残ution nユest que lユapplication de ce qui a 師 convenu lors de la conclusion .

La premi俊e 師ape aborde le choix dユun coach par lユentreprise notamment dans des p屍iodes de transition (fusion-acquisition, pr姿aration une nouvelle fonction).

La deuxi塾e phase refl春e lユespace de confiance n残essaire mais construite afin que les trois parties se choisissent. Toutefois, il appartient au coach de rappeler les effets indirects du coaching.

La derni俊e phase concerne la formalisation rigoureuse du contrat tripartite de coaching qui sユallie avec la souplesse du d屍oulement du processus et de la relation. Ainsi, le r冤e du coach est de permettre au donneur dユordres et au futur coach  dユ残hanger dans la clart et la transparence sur leurs finalit市 r残iproques. Lorsque lユoffre est accept仔, le contrat est form et deviendra la r伺屍ence pour les trois parties ( cf tableau).

De la confidentialit 2 niveaux : commanditaire et coach...

Le coach, du fait de son regard et de sa position ext屍ieurs, lui permet deux choses. La premi俊e est dユ師ablir de la confiance n残essaire au coach lors de son travail avec lui. Le coach se sentira alors libre dユaborder des r伺lexions personnelles et pr市entera tout ce quユil jugera bon de communiquer au donneur dユordres sur le travail accompli, en pr市ence ou non du coach. La deuxi塾e est de rassurer lユorganisation quant la confidentialit des informations dont il peut 腎re le d姿ositaire.

De la supervision afin de clarifier ce quユest la ヌ bonne distance ネ en coaching...

Elle est incontournable dans la mesure o elle permet notamment dユ思iter des ph始om熟es de transfert ( qui rendent le coach d姿endant de la relation au coach) et de ヌ ma杯riser ネ le contre-transfert (r斬ctions inconscientes du coach la personne du coach).

Exiger la supervision, pour le processus de titularisation des coach, outre un travail de d思eloppement  personnel  est une des grandes forces du coaching en France.

 

Principes de d姉ntologie (SFC)

Articles

contrat

 

ヌ entreprise recherche coach ネ

1-1 : Exercice du coaching : ヌ Le coach sユautorise en conscience exercer cette fonction partir de sa formation, de son exp屍ience et de supervision initiale. ネ

3-1 : Protection des organisations : ヌ Le coach est attentif au m師ier, aux usages, la culture, au contexte et aux contraintes de lユorganisation pour laquelle il travaille. ネ

 

tri -

ヌ entreprise, coach et coach

se choisissent ネ

1-6 : Refus de prise en charge : ヌ Le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres lユorganisation, au demandeur ou lui-m仁e. Il indique, dans ce cas, lユun de ses confr俊es ネ.

 

Partite

ヌ les 3 parties formalisent le contrat ネ

2-3 : Demande formul仔 : ヌ Toute demande de coaching, lorsquユil y a prise en charge par une organisation, r姿ond deux niveaux de demande : lユune formul仔 par l ヤentreprise et lユautre par lユint屍ess lui-m仁e. Le coach valide la demande du coach ネ.

3-3 : Equilibre de lユensemble du syst塾e : ヌ Le coaching sユexerce dans la synth峻e des int屍腎s du coach et de son organisation.ネ.

2-1 : Lieu du coaching : ヌ Le coach se doit 腎re attentif la signification et aux effets du lieu de la s斬nce de coaching ネ

confidentialit

1-2 : Confidentialit : ヌ Le coach sユastreint au secret professionnel ネ.

3-2 : Restitution au donneur dユordres : ヌ  Le coach ne peut rendre compte de son action au donneur dユordres que dans les limites avec le coach ネ.

Supervision

1-4 : Respect des personnes : ヌ Conscient de sa position, le coach sユinterdit dユexercer tout abus dユinfluence ネ.

1-3 : Supervision 師ablie : ヌ Lユexercice professionnel du coaching n残essite une supervision ネ.

El士ents essentiels de lユoffre de coaching:

n残essaires : nature, prix et nombre dユinterventions de coaching.

compl士entaires : crit俊es de r志ssite, dur仔, lieu, confidentialit du contenu de lユintervention, ヌ bilansネ interm仕iaire et final, paiement des s斬nces annul仔s au dernier moment...

 

 

Virginie hingre


Annexe 6 : Tomatis, A (1987), Lユoreille et la voix, Paris : Laffont, pp 206-212 

 

Comment pratiquer la posture d'残oute

II me semble opportun d'aborder maintenant, sur le plan de la pratique, la posture d'残oute puisque d'elle et d'elle seule d姿end tout le reste.

Il s'agit d'une posture qu'on ne saurait trop recommander en toutes circonstances. Elle est ais仔 r斬liser pour celui qui a une bonne 残oute; elle s'av俊e plus complexe pour celui qui en est d士uni. Elle est par ailleurs largement facilit仔 chez celui qui a pu b始伺icier d'une 仕ucation audio-vocale sous Oreille ネectronique. En effet, savoir se mettre en posture d'残oute, c'est pouvoir ma杯riser les tensions du muscle de l'師rier et du muscle du marteau, les deux muscles qui, rappelons-le, r夙lent l'un l'oreille interne, l'autre la tension tympanique. Il se forme ainsi un syst塾e de r使ulations cybern師iques.

Entendre, c'est un peu se soumettre en dilettante cet ensemble de r使ulations tandis qu'残outer, c'est s'y astreindre volontairement, c'est d残ider de se brancher sur le monde acoustique environnant, c'est tenter d'int使rer tout ce qui doit 腎re m士oris.

Comment s'y prendre? Il s'agit en fait d'un entra馬ement, d'un ヌ training ネ, comme on se pla杯 dire actuellement.

L'id斬l est de s'asseoir confortablement sur un si夙e dur et haut, les jambes pendantes si possible; le rebord d'une table convient parfaitement.

L, les yeux ferm市, la t腎e cherche sa position d'子uilibre. Elle penche l使俊ement en avant. En fait le vestibule est, par la surface inf屍ieure de l'utricule, en qu腎e de l'horizontalit de la t腎e. Celle-ci est obtenue lorsque le plan horizontal qui passe par le rebord inf屍ieur de la paupi俊e sup屍ieure ferm仔 se trouve au niveau du trou du conduit auditif droit.

D峻 lors le sommet de la t腎e si夙e en un point qui est v屍itablement son sommet, le ヌ vertex ネ.

Le travail va consister s'efforcer de ne percevoir que les aigus dans l'ensemble des bruits environnants. Ce n'est pas si facile de prime abord car, pour y parvenir, il faut savoir jouer des muscles de l'oreille moyenne.

Comment faire? Pour commencer, il faut imaginer que tout le cuir chevelu file en arri俊e comme si l'on d市irait b液ir un petit chignon tr峻 serr, tr峻 dense, en partie post屍ieure, aux abords du vertex. D峻 lors, on sent que les plis qui marquent horizontalement le front tendent dispara杯re.

Mieux encore, si l'姿reuve r志ssit, une sensation tr峻 nette est 姿rouv仔 l'endroit o s'implantent les cheveux en partie ant屍ieure du cuir chevelu. On a l'impression que le front devient lisse, que la peau devient souple comme du velours, on 姿rouve 使alement une sensation de fra把heur qui inonde cette partie du cr穎e.

Quelques instants suffisent pour acqu屍ir et maintenir cette position.

C'est alors et alors seulement que l'on va tenter d'四argir son front, de l'四argir au maximum comme si l'on d市irait que la peau du  front vienne toucher les c冲市 de la pi縦e dans laquelle on se trouve. Puis apr峻 quelques instants, on tire cette peau du front comme pour la ramener son tour au niveau du petit chignon situ derri俊e le vertex. Et l'on serre fort pour que cette peau soit r仔llement bien tendue, mais s'il faut bien la tirer en arri俊e, il ne faut pas relever la t腎e qui, elle, doit conserver sa position immobile, celle-l m仁e indiqu仔 au d暫ut du training.

Alors les plis verticaux du front, notamment sur le plan m仕ian, s'il en existe, disparaissent eux aussi et le front devient son tour lisse et tendu donnant un aspect sensoriel soyeux.

Une fois que cette deuxi塾e attitude est acquise, des modifications vasomotrices apparaissent manifestement : la face rougit et s'残hauffe puis p瑛it en m仁e temps que s'installe une respiration plus ample, plus profonde, tranquille, r使uli俊e. De toute mani俊e, celle-ci atteint toujours une amplitude et un rythme inaccoutum市. En fait elle se d暫loque; elle aussi arrive se lib屍er pour devenir ce qu'elle devrait 腎re.

En m仁e temps que s'installe cette deuxi塾e acquisition posturale peauci俊e, les paupi俊es sup屍ieures jusqu'alors tenues volontairement abaiss仔s se ferment par simple effet de la pesanteur. On voit d'ailleurs une l使俊e tr士ulation palp暫rale se manifester en partie lat屍ale des orbites.

C'est alors la peau du visage sous-jacent qu'il sera demand de se tendre Jusquユ toucher les c冲市 de la pi縦e. Le visage se d師end, les rides s'estompent partiellement. On per腔it l'action des muscles faciaux qui ob司ssent comme si l'on appliquait sur le visage une mince lame de caoutchouc ou mieux encore une mince couche de plastique.

Ceci acquis, on ram熟e alors tout en arri俊e au niveau du petit chignon. Et l'on serre, on serre tr峻 fort. Tout y est entra馬. Les oreilles en la partie sup屍ieure du pavillon voudront, elles aussi, 腎re enserr仔s dans ce petit chignon.

C'est en fait un v屍itable ヌ lifting physiologique ネ qui joue sur toute la musculature faciale. Combien de visages n'ai-je pas ainsi vus r仔llement transfigur市 par cette action r姿師仔 alors qu auparavant ils 師aient ternes, amorphes, vieillis, sans aucune expression, souvent parsem市 de rides.

A ce moment-l, alors que tout l'effort consiste tirer sur les muscles de la face vers l'arri俊e, il est demand de laisser la l竣re sup屍ieure reposer sur la l竣re inf屍ieure comme sur un chapiteau, afin qu un demi-sourire tranquille puisse se profiler discr春ement sur le visage. Un 子uilibre s'師ablit en somme entre les muscles orbiculaires des l竣res et ceux qui jouent plus sp残ialement sur les commissures. De l'子uilibre ainsi r斬lis, il r市ulte que la m営hoire inf屍ieure, adh屍ente jusque-l au maxillaire sup屍ieur conserve, sans contracture aucune, son contact avec celui-ci.

Le visage prend alors une allure inaccoutum仔, particuli俊ement d師endue, repos仔. Il prend en fait son aspect r仔l, celui quユil devrait toujours avoir sans marques, ni traits, ni rides, sans les  empreintes si fortement marqu仔s par les soucis qui sユimpriment avec assiduit t士oignant des angoisses et des tracas de la vie quotidienne. Une fois ce stade atteint, stade si agr斬ble d ailleurs que ceux qui y go柎ent aimeraient y rester suspendus, le ヌ training ネ doit se poursuivre. Il s'agit de conserver ce apaisement facial, oro-facial en fait, tout en essayant de percevoir

1 environnement. Il est vrai que tout change. Les bruits s'姿urent, prennent un timbre clair, lumineux. Les graves s'estompent en se modifiant comme s'ils b始伺iciaient d'une augmentation de leur gerbe aigu. L'ambiance prend une coloration lumineuse, vivante et vibrante. Les impuret市 provoqu仔s par l'augmentation accrue des sonorit市 graves se modifient.

Enfin lorsque cette 師ape est franchie, ce qui peut s'obtenir parfois rapidement, il s'agit alors de chercher d残ouvrir sa propre voix dans des conditions identiques, c'est--dire en privil使iant la zone des harmoniques 四ev仔s. Mais ce n'est pas facile ni 思ident, car lorsqu'on parvient percevoir comme on vient de le mentionner, on a la ferme sensation d'entendre et surtout d'残outer sa voix pour la premi俊e fois. Tout se passe alors comme si l'on 師ait loin de soi, muni d'une oreille et d'une seule oreille, la droite, qui dans son cheminement int屍ieur entra馬e avec elle la gauche en un sommet localis justement au niveau du vertex, un peu en arri俊e de ce dernier, l m仁e o nous avons plac notre petit chignon. D'un point de vue physiologique, ce lieu s'appelle le point de fusion. L, l'oreille semble 腎re install仔, provisoirement d'ailleurs car elle est comme pr腎e se lib屍er du cr穎e, s'en abstraire. On pourrait l'imaginer alors glissant partir du point de fusion sur un b液onnet qui transpercerait le visage au niveau des narines pour sortir l'endroit du petit chignon. Elle semble ainsi s'四oigner de ce dernier en m仁e temps qu'elle para杯 grandir. Elle atteint rapidement une distance de quelques millim春res puis de quelques centim春res, enfin de quelques m春res pour si使er ensuite avec aisance quelque deux ou trois cents m春res. Il s'agit l, bien entendu, d'une impression mais d'une impression v残ue et ressentie en l'espace d'un 残lair comme s'il s'agissait d'une r斬lit. Quelques privil使i市, apr峻 de longs apprentissages et sans qu'ils le recherchent, auront un jour une sensation d'infini. Mais ils demeureront l'exception.

Tout ceci nous am熟e signaler que, dans cette d士arche, il ne faut aucun  moment, en aucune mani俊e, d残onnecter d'avec son corps. Il faut au contraire bien s'y ins屍er tout en 残outant, comme si l'oreille 師ait au loin, en un lieu et en un site bien pr残is, en un refuge o rien des tracas de l'existence ne peut intervenir, o seule la vie est appr刺end仔 en ce qu'elle est, en ce qu'elle doit 腎re.

L'id斬l est d峻 lors de percevoir sa propre voix comme si l'on 師ait toujours amarr ce rebord lointain, en ce sommet qui semble 腎re le lieu de conscience, le point r伺屍entiel d'o l'on peut objectiver les rapports avec soi-m仁e et avec les autres.

Plus ce point est loin et plus l'on sera proche de l'残oute de l'autre, au-del des miasmes de la condition humaine. L'残oute est en fait l'infini et c'est de l'infini que l'on doit savoir 残outer et percevoir. Si nous savons 残outer, ce n'est plus nous qui

残outons, comme ce n'est plus nous qui chantons si nous nous laissons chanter, comme ce n'est plus nous qui parlons si nous nous laissons traverser par la parole.

Mais s'il est vrai que certains se mettent en marche pour aller vers cette 残oute, il n'en est pas moins vrai que beaucoup pr市entent une pesanteur telle que le poids de leur gravit les fait rester au niveau d'un quotidien sans envol. Il ne sera donn qu' ceux qui le d市irent r仔llement d'aller vers l'残oute pour que seule la Parole passe par la voix du cマur comme le signifie si judicieusement la r夙le m仁e de l'残oute, la r夙le de saint Beno杯.

Il n'est d'autre ob司ssance que celle d'残outer et d'残outer librement, d四ib屍士ent, sans contrainte. Rien n'est plus lib屍ateur que de savoir se laisser emporter dans cette dynamique.

Ainsi, pour qui 残oute et sait s'残outer, il n'est plus qu' s'abandonner au chant. Car chanter, c'est en v屍it savoir s'残outer, c'est laisser cristalliser en totalit cette boucle cybern師ique de l'oreille ouverte sur la voix authentique sous le contr冤e de cette 残oute qui est propos仔 gratuitement tout 腎re humain.

Mais il sera difficile de retrouver cette ヌ voix naturelle ネ qui est le propre de chacun; il sera parfois impossible de se d使ager des apprentissages ant屍ieurs.

En fait, le v屍itable professeur de chant est celui qui sait lib屍er son 四竣e de tous les processus mal int使r市, celui qui lui permet de red残ouvrir progressivement tous les m残anismes inn市, ceux-l m仁es que chaque homme poss重e en lui et qu'il n'aurait jamais d perdre.

Et pourtant ces processus normaux sont le plus souvent oubli市, comme si l'on prenait un malin plaisir les 師ouffer, comme si l'on 姿rouvait une r仔lle satisfaction martyriser les voix par des combinaisons insolites. On dirait que l'homme se d四ecte s'師rangler en essayant de pousser une note, qu'il se pla杯 s'使osiller l'extr仁e de ses possibilit市, bref fa腔nner un dispositif de torture qui lui laisse croire qu'il a acquis une technique vocale.

Or il n'y a pas de technique vocale proprement dite si ce n'est celle de la mise en valeur des potentialit市 naturelles, gracieusement offertes chacun de nous.

C'est l'腎re qui chante. C'est nous qui l'emp芯hons g始屍alement de chanter, de moduler. Tout en nous est fait pour chanter, et la plupart du temps nous ne savons rien extraire de l'instrument incomparable et unique que nous avons g始屍eusement re講. Nous laissons transpara杯re le plus souvent une tension d市agr斬ble non seulement pour nous mais aussi pour ceux qui ont la bont de nous 残outer. Ils souffrent en m仁e temps que nous, car mal chanter, c'est leur transmettre nos sensations proprioceptives, nos malaises et nos contraintes. Bien chanter au contraire consiste insuffler notre joie vivante et vibrante, faire de nos auditeurs des antennes 残outantes aussi bien que r市onnantes.

Voil donc quoi nous conduit la posture d'残oute.

C'est dire qu'il faut la pratiquer sans cesse et sans rel営he, c'est dire aussi qu'elle doit devenir automatique, c'est dire enfin qu'elle doit 腎re notre pr姉ccupation premi俊e. Nous serons d峻 lors l'残oute de tout et de tous, jusqu' 腎re l'残oute vraie de nous-m仁es, l'残oute de ce que nous sommes. Enferm dans un mat屍iau organique r仕uit en sa r斬lit n'腎re rien mais, on le sait d市ormais, un rien 残outant, l'homme doit participer tout ce qu'est la cr斬tion qui, elle aussi, 残oute pleinement son inducteur. Boucle immense d'残outes et d'残outants o tout chante de concert. Rien n'est laiss au hasard. Tout est sur orbite et chaque boucle d姿end d'une autre la fois plus enveloppante et plus contraignante, la fois plus simple et plus complexe.

La cr斬tion est notre 残oute comme nous sommes aussi la sienne. C'est l m仁e que s'op俊e le myst俊e insondable et prodigieux qui nous am熟e participer, pour autant que nous le d市irons, cette exaltante dynamique.

Ainsi la posture d'残oute devra-t-elle 腎re le grand exercice du chanteur. S'il parvient s'y assujettir r使uli俊ement, quotidiennement, chaque fois que cela lui est possible, il se trouvera pr腎 chanter et bien chanter. De surcro杯, il distribuera sans

cesse des stimulations amplement suffisantes pour la charge de son cortex qu'il dynamisera en permanence. Le lecteur se souvient sans doute de la n残essit pour le cerveau de b始伺icier de cette 始erg師isation.

N'est-elle pas surprenante cette boucle qui fonctionne sans interruption au travers d'une telle posture, stimulant et conf屍ant la joie de vivre?


Annexe 7 :   Ardoino, J. (2000), De lユメ accompagnement モ en tant que paradigme, Pratiques de Formation/Analyses (Universit Paris 8, Formation Permanente) N40 , pp. 5-19

 

Mots Clefs : temporalit-dur仔, espace, relation intersubjective, clinique, demande.

 

I  Partie R市um

Tout au long de cet article, la notion dユメ accompagnement モ sユentend du point de vue des メ pratiques sociales モ au sens large o dans un premier temps seront explor仔s sept rubriques auxquelles sユadjoindront des termes voisins de langues anglosaxone et fran溝ise (cf le tableau メ A モ suivant). Un second temps mettra en lumi俊e la relation intersubjective, la clinique, la demande, la lecture multir伺屍entielle et lユapproche p仕agogique non directive et centr仔 sur lユautre, le sujet.

 

Tableau メ A モ : Palette des emplois du terme メ accompagnement モ

 

 

Sept domaines

 

(inscrits dans les pratiques  sociales)

- musique,

- 仕ucatif, scolaire et universitaire (notions de メ trajectoire モ et メ cheminement モ),

- la formation professionnelle et de lユ仕ucation continue des adultes,

- sportif,

- clinique,

- juridique et social,

- solidarit市 et de la coop屍ation internationale.

 

 

 

Termes voisins

de celui de

 accompagnement

tr峻 influenc市 par la culture am屍icaine du management :

   - coaching : individualis (fr子uent) , groupal (rare),

   - counselling : surtout individualis,

   - consulting.

employ市 dans la langue fran溝ise :

   - メ  tuteur モ : toujours individualis (師ablissements de lユEducation Nationale...),

   - メ intervention モ psychosociologique ou institutionnelle : portant le plus souvent sur des groupes ou des communaut市, parfois plus individualis仔 et int屍esse les  secteurs marchand et non marchand.

Etymologie

メ accompagner モ semble 腎re form, partir de compagnon (du latin cum et panis : pain) induisant lユid仔 de partager quelque chose dユessentiel. La m仁e id仔 se trouve dans la notion de partenaire (partager, prendre sa part).

 

De la compr刺ension du terme メ accompagnement モ et pr残is士ent dans le temps et lユhistoire v残us, se d使agent les id仔s ma杯resses suivantes.

 

La temporalit-dur仔 constitue une forme de processus et lユespace r伺屍e au cheminement commun, le メ bout de route モ fait ensemble. Bien que le メ passage モ de Winnicott ou la メ passe モ de Lacan supposent progr峻 et changement de territoire, ils ne permettent pas forc士ent de d残ouvrir le changement attendu dont il est question ici. Ce dernier implique une initiation-r司t屍ation, une alt屍ation, une maturation et une appropriation qui sont essentiellement temporelles.

Lユaccompagnement suppose une relation intersubjective, entre des personnes ( ordre du transfert au sens psychanalytique du terme) et non entre des objets ( ordre du transport).

Hormis les formes institutionnalis仔s, instrumentalis仔s dユaccompagnement, il en existe dユautres plus spontan仔s, appel仔s d士arches dユaccompagnement. Elles sont constitu仔s dユun ensemble de comportements et de conduites 師ay市 par des savoirs, th姉riques et pratiques, aux fins dユune 思olution des relations intersubjectives. La d士arche dユaccompagnement devrait comprendre une position 師hique dユautant plus quユelle sera professionnelle en convoquant diff屍ents syst塾es de valeurs. En somme, il sユagirait dユune r残iprocit entre des partenaires reconnus comme メ autres モ. Dユo la reconnaissance mutuelle des limites r残iproques qui permettra de rep屍er et de distinguer entre certaines formes dユaccompagnement plus autoritaires, plus mod四isantes (tutorat, conditionnement) et dユautres plus respectueuses de lユalt屍it et de ses potentialit市 dユoriginalit et de cr斬tion (clinique, psychoth屍apie, 仕ucation).

 

En outre, par le biais de certaines caract屍istiques (temporalit, relation, intersubjectivit, r残iprocit), sera abord仔 au plus juste la notion de clinique, originellement m仕icale. Elle sユest, aujourdユhui, largement 師endue aux sciences humaines et sociales pour d市igner la situation, le terrain, et le type de relation professionnelle, temporelle, intersubjective en gardant toujours lユesprit lユalt屍it et la r残iprocit dans les 残hanges. Cユest ainsi que des services marchands ou non pourront 腎re apport市 par certaines personnes dユautres qui en auront exprim la demande. Par ailleurs, selon Michel Foucault, lユ残oute, dユordre temporel, sユadjoint la dimension premi俊e laquelle a 師 longtemps r仕uite la clinique: lユobservation, dユordre spatial. Compte tenu de ses diff屍ents aspects, la notion dユaccompagnement b始伺iciera  utilement dユune lecture multir伺屍entielle.

 

Contrairement aux comportements techniques et professionnels r姿ondant des besoins sp残ifiques et correspondant, le plus souvent, des dysfonctionnements locaux, lユintentionnalit m仁e de lユaccompagnement nous renvoie une probl士atique plus g始屍ale de lユ仕ucation et des pratiques p仕agogiques. De ces  derni俊es, sera retenue lユapproche p仕agogique non directive, centr仔 sur la personne de lユapprenant et dユo se d使agent deux choses importantes. Dユune part, lユautre, le sujet, le b始伺iciaire, le client est seul capable de choisir o il veut aller et comment il entend sユy prendre. Dユautre part, le changement majeur dユoptique pour lユintervenant, se mettant essentiellement lユ残oute de lユautre, r市ide dans lユacceptation du fait que lユautre est auteur, acteur et metteur en sc熟e de ses actes avec des affectations qui lユaffecteront toujours utilement.

 

Virginie Hingre


Mots clefs : pr市ence, sens, espace-temps, interd姿endance, holisme, 残oute plurielle (de soi, de lユautre, de lユenvironnement).

R市um : Lユauteur parle depuis son propre exp屍ientiel, depuis les recherches scientifiques occidentales et autres o lユ腎re humain est consid屍 dans sa globalit. Lユ残oute est sous-jacente tout. Elle est une base fondamentale de lユaccompagnement de lユAutre qui chemine pour trouver sa propre solution. Le chemin de lユ残oute est l mais il d姿end de tout un chacun quユil le prenne.

En fait, en vivant le silence int屍ieur, lユ腎re humain se permet dユ腎re en harmonie avec lui-m仁e. Il est, avec une certaine qualit de pr市ence et une pleine disponibilit ce quユil entreprend. Ainsi, sa pratique de lユattention vigilante lui offre le sens des choses auquel il participe. Un lien sユest 師ablit entre lui, les autres et le monde. Lユintervenant 残oute en lui-m仁e, 残oute lユAutre ou le groupe et lユenvironnement. Il 残oute la parole ou le silence de lユAutre pour lユaccompagner dans lユespace de confiance quユils ont cr試, ensemble, avec un minimum de connivence.

 
 

 

 


Lユ残oute

dans

lユaccompagnement

du consultant-coach

 

 

  - Approche

ph始om始ologique

      de lユ残oute holistique -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Lhotellier, A. (2001) Tenir Conseil, Paris : Seli Arslan

[2] ヌ d屍iv de holisme (姿ist士ologie g始屍ale), d市igne, en contestant lユatomisme, une position selon laquelle on ne peut comprendre les parties sans conna杯re le tout ネ  Ardoino, J. (1993, p19) / C

[3] Husserl, E. (1950) Id仔s directrices pour une ph始om始ologie, Paris : Gallimard, pp 102-103

[4] du grec epokh qui veut dire point dユarr腎 - 思熟ement qui sert de point de d姿art une chronologie particuli俊e 

[5] Il sユagit ici dユune pagination correspondant une impression papier partir dユun site internet.

[6]  Se dit, chez Husserl, de tout acte qui [...] permet la saisie intuitive de son essence. Dictionnaire de la langue fran溝ise, Editions de la connaissance (1996)

[7] audio-psycho-phonologie (Tomatis, A. , 1987, 1974)

[8] Voir le r市um de ce texte en Annexe N。7

[9] Les questions sur lユent腎e et le cadre gauche du tableau sont r伺屍enc仔s en page 31