LE GREF


Groupe de Recherche en ÉcoFormation

(Universités de Paris 8 et de Tours-François Rabelais)

Site mis à jour le 30 janvier 2004
 

GREF 2004
Groupe de Recherche sur l’EcoFormation
ou comment
" transformer les rapports d'usage
en rapports du sage
 

PUBLICATIONS DU GREF

**

Recherche
Projet pour 2004





Origines du concept (par Dominique COTTEREAU)
 

C'est en explorant la problématique de l'autoformation que Gaston PINEAU a mis à jour le néologisme d'écoformation dans les années 1980. L'approche des histoires de vie faisait en effet ressortir des expériences autoformatrices où l'émancipation du poids des autres s'accompagnait de la découverte et de l'établissement d'un rapport personnel aux choses : un courant d'air, un souffle respiratoire, l'eau du matin sur le visage, le pain à manger remettent en forme Ces multiples expériences quotidiennes apparemment insignifiantes fondent cependant les rapports à soi et au monde. La prise de conscience opérée sur leur réalité établissent une nouvelle unité écologique.

L'environnement forme au moins autant qu'il est formé ou déformé. Le terme écoformation veut traduire et explorer cette réciprocité, au coeur de l'oïkos, au cÏur de l'habitat. Ce n'est qu'en sachant comment l'environnement met en forme que nous saurons comment former un environnement viable et durable.

L'écoformation s'inscrit dans le concept plus large de formation tripôlaire déjà énoncée par Jean-Jacques Rousseau. Trois maîtres gouvernent notre éducation, écrivait celui-ci : les autres, les choses et notre nature personnelle ; trois modes formatifs participent donc à notre développement tout au long de la vie : l'hétéroformation (largement dominante), l'autoformation (en voie de développement) et l'écoformation (encore dans les balbutiements de ses premiers mots).

Née dans la recherche en éducation permanente, l'écoformation se nourrit du vert paradigme écologique et environnemental. Posant la loupe sur ces traits d'union qui lient personnes et environnements, elle interroge largement les relations des hommes au monde, des hommes à la nature, des hommes à leurs habitats. Nous dépendons des éléments naturels plus que ceux-ci ne dépendent de nous, et pourtant dans notre désir de les maîtriser, ils se sont éclipsés de notre champ de conscience. Le rapport dominant que nous lie à eux est un rapport d'usage. Ils existent pour nous principalement dans la mesure où ils nous sont utiles, où ils nous servent. Comment s'étonner alors de l'état actuel de l'environnement, ce grand oublié du cartésianisme, dans ses pollutions, ses dégradations, ses entropies. C'est en comprenant les forces vitales qui nous lient à l'environnement que nous apprendrons à composer avec les équilibres de la nature.

Gaston BACHELARD nous offre alors une voie royale, déjà défrichée, sur les rapports de l'homme à la matière. Ses travaux sur l'imagination des quatre éléments sont pour nous plus qu'une poétique de la rêverie, ils explorent déjà la mise en forme des unités écologiques de base constituées par le lien personne-élément. Au-delà d'une parenté physique, puisque l'eau, l'air, la terre et le feu nous sont biologiquement vitaux, s'établit une parenté psychique indispensable à l'être humain. L'oublier trop longtemps est s'aliéner et se condamner tôt ou tard à de longues périodes de repos /récupération au vert, au grand air, à la mer, à la montagne ou à la campagne. Le lien à l'élément établit des correspondances symboliques tout aussi nécessaires, il est support de sens, générateur de vie.
 

Constitution du GREF

Cliquez deux fois sur l'image pour mouvoir le poisson

De ces réflexions initiales (ici simplement résumées) se constitua un premier groupe de travail autour de l'écriture d'un livre sur une écoformation à l'air. De l'air : comme un cri poussé dans un monde asphyxié, asphyxié dans ses modèles de formation, dans ses rapports à la nature. " Cri d'expiration ? D'aspiration ? Crise d'inspiration ? Cri cosmogonique. Le cri d'Icare plane. Si la conquête technique de l'air ne s'accompagne pas d'une conquête écologique, la chute menace, ... collective. Pas le choix, faire comme Dédale : s'inscrire à l'école de l'air, à son écoute. S'en inspirer. Apprendre à respirer, à aérer, s'aérer, habiter ciel et terre, s'aérodynamiser. Programme invisible, léger, subtil. Vital, il est déjà à l'Ïuvre à notre insu. Mais la survie implique de le sortir des oubliettes, d'élever l'inconscient écologique. De passer du réflexe à la réflexion. " La réflexion était lancée ...

Se constitua alors un nouveau groupe autour de Gaston PINEAU (de l'université de Tours) et de René BARBIER (de l'université de Paris VIII) d'étudiants et de chercheurs de troisième cycle dont le travail s'orientait vers la problématique de l'eau en écoformation. Pour donner de la constance et de la consistance au concept il se nomma : GREF (novembre 1992). Depuis lors nous explorons nos rapports à l'eau, rapports personnels, puisés dans des pré-consciences, et qui expliquent plus largement notre rapport au monde. L'histoire de vie et l'écoute sensible constituent notre méthodologie exploratoire de l'existentialité interne des sujets, nous laissant porter par la culture de chacun. Cette incursion dans le lien à l'élément nous entraîne vers ses ressorts imaginaires, symboliques et mythiques, nécessaires pour comprendre soit notre résistance à agir contre la réalité de sa pollution généralisée, soit notre engagement dans le mouvement environnementaliste.

L'eau n'a pas la même invisibilité que l'air, elle est présente tous les jours dans les préoccupations économiques, politiques et écologiques, et pourtant les discours ne sont que partiels ou superficiels. Un même silence entoure nos rapports les plus immédiats. Un même silence enferme son usage économique. L'eau sale est cachée, traitée par des technologies de plus en plus complexes qui déresponsabilisent chacun dans son quotidien. Une solution, comme pour l'air : sortons du silence et mettons-nous à l'écoute, comme Bachelard l'a fait, de " la parole de l'eau ". Elle nous redira " quelque beau mot tout rond qui roule sur des pierres " que notre imagination symbolique traduira dans la reliance éco-logique.
 

Un tournant dans la vie du GREF : la rencontre du Réseau Ecole et Nature

Image du groupe GREF

On le voit, le travail du GREF, même s'il s'appuie sur des concepts aussi fondamentaux que ceux de complexité, reliance, imaginaire, symbolique, est largement engagé dans l'actualité sociale (comme le sont d'ailleurs l'autoformation, l'histoire de vie ou l'écoute sensible). La double problématique éducative et écologique doit être de l'ordre de la pratique et donc de la recherche-action . C'est pourquoi, en juin 1996, avons-nous accueilli avec intérêt des personnes extérieures à la recherche universitaire mais impliquées professionnellement dans l'éducation écologique : le Réseau Ecole et Nature. Cette association qui regroupe, sans les fédérer, 150 autres associations (dont 17 réseaux régionaux) et 350 personnes individuelles toutes engagées dans l'éducation à l'environnement, possède une culture de terrain à écouter. Depuis longtemps, mais sans le formaliser, les personnes du Réseau se laissent former par les éléments et par la nature, pratiquant l'écoformation comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Ce partenariat servira bien à " coproduire du sens avec tous ceux qui refusent d'être dépossédés de leur existence concrète, économique, sociale, culturelle et symbolique ", comme l'écrit René Barbier . Produire du sens, pour l'écoformation, c'est se servir des pratiques pour travailler le concept et diffuser les résultats pour enrichir les pratiques... ceci est une nécessité sociale tout autant qu'individuelle.

Il se pourrait bien qu'ainsi l'écoformation conscientisée, participant à la mise en lumière du lien écologique que nous avons avec l'environnement physique, transforme selon la belle expression de Gaston PINEAU, " le rapport d'usage en rapport du sage " .

Adresses

Gaston PINEAU, Laboratoire des Sciences de l'éducation, Université François Rabelais, 116 Bd Béranger, 37040 Tours Cedex

René BARBIER, CRISE (Centre de Recherche sur l'Imaginaire Social et l'Education), Université de Paris 8, 2 rue de la liberté, 93526 ST Denis

Actions déjà menées

Enseignement d'une U.V. Ecoformation et imaginaire des éléments, à l'université de Paris 8, Département des Sciences de l'éducation, en juillet 1996, avec au programme : Pour une approche anthropologique de l'écoformation

René Barbier : Introduction

Pascal Galvani : Imaginaire anthropologique et écoformation

· Imaginaire du territoire et écoformation

Dominique Bachelart : Histoires de vie et écoformation. Ecoformation et formation professionnelle des bergers

Patricia Kindts : Se former dans un (non)-lieu, la vallée de la Somme

Anne Moneyron : Reconnaissance des éco-savoirs et transmission

· Approche pédagogique de l'écoformation

Nicole Lescouey : Les modes d'enseignement de la natation

Marie-Claire Rineau-Denoyel : Symbolique écoformatrice du quotidien, histoires de vie et pratiques ménagères

· Imaginaire et écoformation

Dominique Cottereau : Gaston Bachelard et l'écoformation. Education environnementale et écoformation. Histoire de l'éducation à l'environnement

· Approches interculturelles du rapport à la nature

René Barbier : Les sagesses orientales et le sens de la nature
 

Productions et publications
 

· 1992, PINEAU Gaston et coll., De l'air, Essai sur l'écoformation, Paris, Païdeia.

· 1993, LESCOUEY Nicole, La piscine à l'école, Analyse comparative des modèles théoriques et pratiques de l'enseignement de la natation véhiculés par les enseignants et par les professionnels de la natation, DEA de Sciences de l'éducation, Université de Paris 8.

· 1994, COTTEREAU Dominique, A l'école des éléments, Ecoformation et classe de mer, Lyon, Chronique sociale.

· 1995, RINEAU-DENOYEL Marie-Claire, Valeur symbolique des tâches quotidiennes, Le rapport à l'eau, Mémoire de DUEPS, Laboratoire de Sciences de l'éducation et de la formation, Université François Rabelais, Tours.

· 1995, COTTEREAU Dominique, Education à l'environnement et classes de mer, Instauration du dialogue éco-logique par une pédagogie de l'écoformation, thèse de doctorat en Sciences de l'éducation et de la formation, Université François Rabelais, Tours.

· 1995, GALVANI Pascal, Autoformation et anthropologie de l'imaginaire. Contribution à l'approche bio-cognitive de la formation par la méthode des blasons, thèse de Doctorat en Sciences de l'éducation et de la formation, Université François Rabelais de Tours. Publié chez l'Harmattan en 1998
Site internet  de Pascal Gavani (en construction)

· 1995, Ecoformation et eau, 1992-1995, GREF, Document de recherche n°5, Laboratoire des Sciences de l'éducation et de la formation de l'université François Rabelais de Tours en collaboration avec le Département des Sciences de l'éducation de l'université de Paris 8.

· 1996, MONEYRON Anne, Eco-savoirs et éco-formation, Vers une alternance éco-socio-logique, Mémoire de DEA Sciences de l'éducation et didactiques, Université François Rabelais de Tours.

- 2001 : · Les eaux formatrices , ouvrage collectif sous la coordination de René Barbier et Gaston Pineau, .éditions l'Harmattan, collection Écologie et Formation (dirigée par Dominique Cottereau et Pascal Galvani)
Introduction (G. Pineau) et Conclusion (René Barbier)

2003

Christophe ANDREUX : Pratiques d’accompagnement dans l’éducation relative à l’environnement (ERE)
et l’Ecoformation en montagne. Comment notre “ éco ” (oïkos = habitat) participe-t-il  aux pratiques d’accompagnement en formation ? (format pdf)
 
 
 

Projets

Publications :

· Le rituel du lave-vaisselle, Vie au quotidien, écoformation et imaginaire des pratiques ménagères, Marie-Claire Rineau-Denoyel, Paris, L'harmattan, à paraître.

· Le dialogue éco-logique, Imaginaire et rationalité en écoformation, Dominique Cottereau, à paraître.

· Transactions formatrices et réseaux sociaux écologiques, Dominique BACHELART, thèse à soutenir.

Evénements:

Site général de René Barbier avec forum permanent sur l'éducation

Edition électronique du Symposium "Tradition et modernité en éducation, en Chine et en France", Université Paris 8, 5-6 décembre 2003, en français et en chinois

Actualité de la recherche en sciences humaines dans "Le journal des chercheurs"
 

· liens intéressants

- Eau et mondialisation (ATTAC)
- ATTAC "Planet"
 
 
 
 


écrire à René Barbier
renebarbier_fr@yahoo.fr
 

RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL de CRISE