L'Approche Transversale et la multiréférentialité







René Barbier (CRISE,Université PARIS 8)
 
 

L'Approche Transversale, théorie psychosociologique existentielleet multiréférentielle, implique la mise en oeuvre, dans toutesituation éducative, de trois types d'écoute/parole : scientifique-clinique,avec sa méthodologie propre de recherche, appelée recherche-actionexistentielle ; poétique-existentielle qui prend en compte lesphénomènes imprévus résultant de l'action desminorités et de la particularité dans un groupe ou chez unindividu ; spirituelle-philosophique c'est à dire l'écoutedes valeurs ultimes qui sont en oeuvre chez le sujet (individu ou groupe).Valeurs ultimes c'est-à-dire, ce par quoi nous sommes rattachésà la vie, ce que nous investissons le plus quant au sens de la vie.Nous avons tous de telles valeurs, même si nous ne savons pas toujoursles reconnaître avec suffisamment de lucidité. Dans un groupe,quelles sont ses valeurs ultimes, ce par quoi il accepte de risquer l'essentiel?
 
 
 
 

Le groupe, comme chacun d'entre nous, a besoin de l'interpellation del' "autre" pour cheminer vers ses valeurs ultimes et pour en faire unevéritable force intérieure. Non pas de l'autre "grand interprétateur"qui vous dirait ce que vous êtes en fonction de référentstotalement extérieurs à vous-mêmes. Mais de l'autrecomme miroir actif, susceptible d'entrer conflictuellement avec vous pourvous faire découvrir, dans le rapport humain qui n'a pas peur dela confrontation, les valeurs essentielles à votre devenir . Audelà de la phénoménologie, le psychosociologue estun herméneute de l'existence concrète. Pourtant il n'a jamaisde projet autre sur le groupe, que de créer les conditions d'unemeilleure compréhension de chacun et de tous, en vue d' une plusgrande autonomie élucidée.

L'écoute sensible s'inscrit dans cette constellation des troisécoutes mais également d'un axe de vigilance qui retientcomme postulat, trois types d'imaginairetoujours en acte dans une situation éducative en vue d'éluciderleur transversalité inéluctable. L'imaginaire personnel-pulsionnel,avec la question non tranchée de la nature des pulsions ( quid dela pulsion de mort, par rapport à Éros ?) ; L'imaginairesocial-institutionnel, avec son magma de "significations imaginaires sociales"(Cornelius Castoriadis), produit psychique collectif, au niveau de la société,d'une capacité radicale de créer des formes, figures, imagesplus ou moins étayée au développement de la base matérielle,technologique et économique, de la société. Par exemplel'ensemble des "significations imaginaires sociales" qui ont accompagnéesla montée de la technologie informatique et l'ère des ordinateurs,aujourd'hui avec le mythe de la communication absolue interplanétairepar internet, ou encore les modifications dans les attitudes et les comportementssexuels à la suite de l'usage généralisé dela contraception par voie orale. L'imaginairesocial s'impose durablement par le biais des institutions et des organisations(familiales, professionnelles, syndicales, politiques, de loisirs, de cultureetc.).

Mais nous devons également faire place à un autre typed'imaginaire, que je nomme l'imaginaire sacral du fait de l'impact de forceset d'énergies qui nous traversent sans que nous puissions les contrôler( forces telluriques, bouleversements écologiques, énergiescosmiques, ou plus modestement notre rapport à la mort et au non-être).L'être humain est "jeté" dans la nature et doit y trouverun sens. Il développe un trait essentiel de son identité: "l'homo religiosus", comme l'a fait remarquer Mircea Eliade dans sesbrillantes recherches.

Chaque type d'imaginaire engendre sa propre transversalité, c'est-à-direun réseau symbolique spécifique, doté, en relationet en proportion variables, d'une composante structuro-fonctionnelle àcôté et en interrelation avec une composante imaginaire, relativementstructuré et stable, fonctionnant comme "un bain de sens" àdécrypter, inscrite dans les produits, les pratiques et les discoursdu sujet.

- La transversalité phantasmatique pour l'imaginaire pulsionnelqui exprime l'ensemble des fantasmes d'un individu ou d'un groupe selonune logique où se joue en partie la conjonction conflictuelle d'Éros,de Thanatos et de Polémos.

- La transversalité institutionnelle, réseau symboliquesocialement sanctionné, qui est suscitée par l'imaginairesocial selon une logique dialectique d'instituant, d'institué etd'institutionnalisation.

- La transversalité noétique qui affirme symboliquementle jeu de l'imaginaire sacral face au mystère de l'être-au-monde,principalement selon trois modes d'être : le mode apollinien (sérénité,sagesse), le mode dionysiaque (transe mystique) et le mode franciscain(de l'amour oblatif) .

L'Approche Transversale a pour visée d'élucider cliniquement,et selon un processus de recherche-action existentielle, liée ausens de la création poétique et de la méditation spirituelle,cette transversalité plurielle à partir de l'imaginaire etaux niveaux concrets de la personne, du groupe et de l'organisation, selonl'expression de leurs produits, de leurs pratiques et de leurs discours.

Cette approche implique une vision multiréférentielleà orientation clinique, ou encore mieux, expérientielle,c'est à dire en rapport avec l'experientia de la philosophie traditionnellequi faisait référence à une sensibilité communedans les rapports de l'homme au monde, ce à quoi dès le débutdu XVIIIe siècle les précurseurs de la science positive opposerontl'experimentum, l'expérience exceptionnelle validée dansdes circonstances déterminées.

L'Approche Transversale suppose que le chercheur, nécessairementimpliqué dans son objet de recherche, parte de :

- L'existentialité interne des sujets avec lesquels il travaille,c'est-à-dire qu'il commence par repérer la base d'objectivationconstituée par les produits, les pratiques et les discours des sujetsen interaction.

L'existentialité interne représente un magma de sensations,de représentations, d'idées, de symboles, de mythes, de valeurs,à la fois sociaux et personnels, déterminant l'orientationdes pratiques sociales du sujet. Son étude relève d'une directionde recherche - la "logique des magmas" - proposée par CorneliusCastoriadis .

En Approche Transversale, il s'agit d'explorer dans cette existentialitéinterne, ce qui relève des constellations psycho et socio-affectivestournant autour de situations émotionnelles comme la naissance,le travail, l'amour, la mort, la vieillesse, la souffrance, l'éducation...

L'objectif scientifique vise le repérage, la compréhensionet l'interprétation de la transversalité de cette existentialitéinterne du sujet ( principalement groupe et communauté àvisage humain).

Pour ce faire le chercheur va considérer deux grands axes d'investigation:

L'axe du Politique et l'axe du Mythopoétique.

- Le Politique est constitué par la question de l'organisationdu groupe ou de la communauté. Le chercheur doit dégagerla logique interne de cette organisation et du mode de fonctionnement dugroupe par l'analyse de ses composantes :

* la composante sociale : qui sont les sujets en interaction, les hommes,les femmes, les jeunes, les vieux, les nationaux et les étrangers...?

* la composante matérielle : sur quoi s'appuie l'organisationdu groupe du point de vue des biens matériels, du circuit de l'argent,des meubles et des immeubles qu'il utilise ?

* la composante politico-juridique : comment s'organise et fonctionnele système de pouvoir officiel, inscrit dans des règlementset des lois ; qui en sont les détenteurs, les dominants, les dominés,les dirigeants, les dirigés ?

* la composante libidinale : comment l'énergie sociale circule-t-elleentre les membres du groupe, quels sont les effets de la vie libidinale-sexuelledans le groupe ; quel est le système d'attraction/répulsionentre les sujets ?

* la composante idéologique : comment les idées sont-ellesproduites et reproduites, de quelle nature sont-elles, qui les diffuse,comment s'inscrivent-elles dans des produits sociaux et des pratiques concrètes; qui en tire avantage ?

* la composante communicationnelle : comment l'information circule-t-elledans le groupe, sur quel mode formel et informel, où sont stockéesles informations et qui en détient le pouvoir ?

* la composante spatio-temporelle : quelle est l'histoire du groupeet dans quelle Histoire s'inscrit-elle ; où s'inscrit-elle, dansquels espaces, quelle région ; comment le groupe vit-il et découpe-t-ille temps de pratique sociale commun ? Le chercheur dégage les interrelationsentre ces diverses bases et essaie de mettre en lumière les processusplus que les procédures, sans omettre les points de frictions, decontradictions.

Il propose à cet égard un premier prêt de sens (J.Ardoino) en terme de logique organisationnelle-fonctionnelle de la viedu groupe, mais en restant au plus près des phénomènesvécus dans le groupe. Il doit se vivre comme membre du groupe.

- Le chercheur travaille ensuite sur l'axe du Mythopoétique.

Il reconnaît que la puissance des symboles et des mythes dansla vie individuelle et sociale a un caractère de relative autonomie.Elle s'ouvre sur la "transpoésie"de Michel Camus du CIRET.

* en terme mythique le chercheur se posera la question de savoir enquoi et comment des mythes ancestraux sont actualisés et retraduitsdans la pratiques des membres du groupe. Il partira des récits quiremontent à la fondation du groupe et des pères fondateurs.Il cherchera à dégager et à comprendre les grandesfigures mythiques rendues vivantes dans des personnalités charismatiquesdu groupe. Sa culture est ici, avant tout, anthropologique et philosophique.

* en terme poétique il sera sensible à toute forme desymbolique instituant, créatif, émergeant et dérangeantl'ordre établi dans le groupe. Sa culture est alors artistique,littéraire et poétique, mais également spécifiquementpsychosociologique, au sens clinique.

Il rendra compte au groupe de la logique interne de cette fonction mythopoétiquedes pratiques et l'articulera avec la logique interne dégagéesur l'axe du Politique.

À ce moment le chercheur peut passer à la mise au jouret à l'interprétation de son objet de recherche spécifiqueen Approche Transversale : la transversalité de l'existentialitéinterne du groupe.

Il s'agit d'un véritable retraitement des données àpartir dune théorie de l'Imaginaire liée à une théoriede l'écoute/parole dans le groupe comme pour le chercheur.

Le chercheur s'appuie sur les trois types d'imaginaire en interactionpermanente :

- Un imaginaire pulsionnel qui se réfère théoriquementà la question de la libido et aux destins des pulsions. En ApprocheTransversale le champ théorique est proche de la théoriejungienne, sans négliger les acquis de l'écoute freudienne,en particulier celles de C. Castoriadis ou d'Eugène Enriquez, notammenta propos des questions débattues autour de la pulsion de mort. Lapsychanalyse anglaise de Donald Warren Winnicott, de Masud Khan ou l'antipsychiatriede Ronald Laing sont également des références importantes.

- Un imaginaire social qui emprunte à la théoriede Cornelius Castoriadis et dans sa transposition institutionnelle au courantde l'Analyse Institutionnelle (Lourau/Lapassade) et de la sociologie dela violence symbolique (Bourdieu/Passeron) .

- Un imaginaire sacral qui met en jeu les théories deMircea Eliade, de Gilbert Durand, des philosophes ou des psychologues transpersonnels(Stanislav Grof, Roberto Assagioli, Graf Dürckheim) et phénoménologuesdes religions, sans oublier l'interpellation méditative de Krishnamurti.

Le symbolique qui découle de l'imaginaire est considéréen Approche transversale comme polysémique, équivoque, ambigu,toujours redondant et inadéquat mais indispensable au réel.Il ne s'agit pas du symbole au sens arbitraire du terme (le signe mathématique)mais d'un signifiant non arbitraire relié intrinsèquementà un signifié insondable et irreprésentable dans satotalité dynamique.

La distinction du Réel, du Symbolique et de l'Imaginaire, propreà Jacques Lacan, est reprise, mais retraduite en Approche Transversale,en fonction d' influences théoriques très différentes,voire franchement opposées. Notamment, avec Castoriadis, l'imaginaireest premier et radical. Avec Gaston Bachelard, Gilbert Durand ou MirceaEliade, la fonction symbolique s'ouvre sur une herméneutique instaurative.

L'écoute sensible s'inscrit dans une constellation de trois écoutesclinique, philosophique et poétique, mais également d'unaxe de vigilance qui retient comme postulat, les trois types d'imaginairetoujours en acte dans une situation éducative en vue d'éluciderleur transversalité inéluctable.

Par "transversalité" j'entends un réseau symbolique, relativementstructuré et stable, constitué comme une sorte de "bain desens" où se mêlent significations, références,valeurs, mythes et symboles, internes et externes au sujet, "existentialitéinterne" dans laquelle il baigne et par laquelle sa vie prend le poidsdu vécu.

Dans un sens plus sociologique, il y a reconnaissance de la transversalitéd'un groupe institutionnalisé quand on fait apparaître lesdifférentes variables institutionnelles de hiérarchisation,d'influence, de connivence, de non-dit, de séparation ou de réunification,d'égalité et d'inégalité, qui influencent touteforme de vie sociale.

L'approche de la transversalité comme "bain de sens" vécuse fait, peu à peu, par le biais d'une élucidation, d'uneincorporation et d'une mise en oeuvre de la complexité systémiquede toute forme d'existentialité interne.

L'Approche Transversale a pour visée d'élucider cliniquement,et selon un processus de recherche-action existentielle, liée ausens de la création poétique et de la méditation spirituelle,cette transversalité plurielle à partir de l'imaginaire etaux niveaux concrets de la personne, du groupe et de l'organisation, selonl'expression de leurs produits, de leurs pratiques et de leurs discours.

Plus exactement, en fin de compte, je la définis ainsi :

- La démarche en sciences humaines cliniques d'un sujet ( personne,équipe), doté d'un capital théorique multiréférentiel,d'une expérience humaine et d'une sensibilité appropriées,

- qui se propose d'écouter un autre sujet (personne, groupe,ou communauté) et de lui parler (écouter n'est pas simplemententendre, parler n'est pas simplement discourir), sur un certain mode élucidant,à la fois scientifique/clinique, philosophique/spirituel et poétique/existentiel,en tenant compte de la totalité-en-acte du déroulement desa vie,

- à propos d'un processus imaginaire complexe, qui est, au moins,à la fois pulsionnel, social et sacral,

- inhérent à son action symbolique de sujet dans le monde,

- suivant une méthode de recherche-action existentielle, liéeà une capacité de création et à un sens dela méditation spirituelle définissant un sens de l'écoutesensible.

- Le Journal d'itinérance avec ses trois moments : journal-brouillon,journal-élaboré, journal-commenté constitue la techniquede recherche-action existentielle inventée spécifiquementpour l'Approche Transversale .
 
 

L'écoute sensible est la façon de prendre conscience etd'intervenir pour un chercheur, un éducateur, qui se trouve danscette logique de recherche. Elle explore la complexité de la structurationde l'habitus du sujet (individu ou groupe).

L'existentialité interne fait référence àune conception dialectique, inachevée et imparfaite en dernièreinstance, de l'habitus.

Le changement personnel va s'opérer, dans la plupart des cas,par une reconnaissance et une perlaboration de l'habitus conçu commela transversalité de la structure même de l'existentialitéinterne par le sujet en recherche-action existentielle, au sein d'un groupeimpliqué qui s'exprime en utilisant toutes sortes de techniquesd'expression de l'imaginaire, selon la logique de la triple écoute-parolepropre à l'Approche Transversale.

L'approche multiréférentielle relève de trois typesde pluralité :

- la pluralité des perspectives

- la pluralité des espaces-temps

- la pluralité des référentiels théoriques

et impose une méthodologie de recherche singulière.
 
 

Multiréférentialité généralisée
Pluralité
 
 
 
 

des perspectives des espaces-temps des référentielsthéoriques
manières de voir et manières de se situer manièresd'interpréter
d'écouter de "prêter du sens"
/individu, à l'interrelation non-séparabilité(mais champ des disciplines
/au grouper à l'organisation distinction) de l'espace anthropo-socialeset
/à l'institution, au cosmos et du temps (historique, de la nature
économique, social champ de la philosophie
politique, culturel, et des sagesses/spiritualités
psychologique du monde entier
biologique, cosmique) champ artistique et poétique
Champ conceptuel ou notionnel utilisé

Autorisation, hétérogénéité, complexité,holisme, indéterminabilité, incertitude, doute créateur,"trous noirs de la connaissance", Vide créateur, magma, imaginaire,symbolique, réel, réalité, temporalité, ambivalence,ambiguïté, équivocité, négatricité,médiation et défi, dialectique, paradoxe, reliance, multidimensionnalité,changement, développement, création, étrangeté,altération, interdisciplinarité, observation, écoute,implication, éco-développement, conscience planétaire,transversalité, institution, sensibilité, amour, empathie,joie, souffrance, valeur, sens etc.

Méthodologie de recherche
écoute sensible
clinique et holistique implication et complexité recherche-action/intervention
technique du journal de recherche
Journal-brouillon , journal-élaboré, journal-commenté

Pluralité des perspectives

Il s'agit bien de considérer l'approche multiréférentiellecomme une "manière de voir et d'écouter" selon plusieursperpectives. Jacques Ardoino, dans un modèle d'intelligibilitédevenu classique, en distingue cinq majeures dans son ouvrage Éducationet Politique (1977) . Une perspective centrée sur l'individu, surl'interrelation, sur le groupe sur l'organisation et sur l'institution.L'idée clé reste que le chercheur n'est jamais séparéde son objet, même s'il peut s'en distinguer. Il est impliquéconflictuellement, d'une manière inéluctable. Il doit aborderson objet de recherche de ces différents points de vue en interaction.C'est la raison pour laquelle il examine l'objet en distinguant sa complicationde sa complexité.

Les concepts d'articulation, de repérage, de distinction, d'altération,d'autorisation, de conflit, d'ambivalence et d'ambiguïté, d'équivocité,de dialectique, de négatricité, de temporalité, d'imaginaire,d'institution sont au coeur de la problématique d'Ardoino.

J'ai ajouté à cette typologie des perspectives, cellecentrée sur le cosmos qui nous oblige à considérernotre place dans la nature et qui débouche, à la fois surune autre dimension de la "reliance" proche de la position de E. Morinconcernant son "évangile de la perdition", et sur un engagementd'écologie politique. Il est intéressant de noter que d'autreschercheurs sont conduits vers les mêmes horizons épistémologiquesà l'heure actuelle, en particulier, en sociologie, Michel Maffesoli,dans son récent ouvrage Élogede la raison sensible (1996) ou, en philosophie, Jean Onimus avec Leschemins de l'espérance (1996). Je situerai le linguiste T. Todorov,cet ami du philosophe Comte-Sponville, dans une même dynamique depuisles années 80, en particulier avec son ouvrage sur l'expériencecommune après sa réflexion sur "nous et les autres".

Pluralité des espaces-temps

L'approche multiréférentielle prend à bras le corpsla question de la temporalité des pratiques humaines. Elle s'inscritd'emblée dans une existence concrète où passé,présent et avenir sont en interaction permanente. Elle allie synchronieet diachronie et ne dissocie pas le temps de l'espace, même si ellesait les distinguer pour les articuler. Sont ainsi pris en considérationles espaces-temps historique, social, économique, politique, culturel,psychologique, biologique, cosmique.

Pluralité des référentiels théoriques

Nous sommes ici dans l'univers du "capital symbolique" sur lequel s'appuiele chercheur pour lire et interpréter les données, c'est-à-diresur quoi il "prête du sens" à son objet selon la remarquepertinente de Jacques Ardoino. Il s'agit avant tout d'une pluralitéde disciplines scientifiques représentant un éventail leplus large possible des sciences anthropo-sociales comme des sciences dela nature. Mais l'approche multiréférentielle s'ouvre égalementau questionnement proprement philosophique, au sens occidental du terme(l'intelligibilité conceptuelle à la manière de Deleuzeet Guattari ) à partir de la question du sens.

Personnellement, la multiréférentialité généraliséeque je défends, s'amplifie encore par le recours aux systèmesde compréhension du monde sensible, mis en oeuvre par l'ensembledes arts plastiques, de la musique et de la poésie. Plus largementencore, l'ouverture à la pluralité des référentielss'opère du côté des sagesses et des spiritualités,des "façons de faire et de dire" montrées sans cesse parles cultures "autres" ou lointaines et que découvre de l'intérieurune anthropologie à la fois culturelle et existentielle de l'éducation.

Il est évident qu'une telle problématique de recherchesuppose plutôt un travail d'équipe qu'un travail solitaire,nécessairement plus limité. Mais la multiréférentialitégénéralisée n'implique pas la "maîtrise" desréférentiels ainsi utilisés. Aucun homme n'en seraitcapable, pas même une équipe. La capacité supposéeest beaucoup plus de l'ordre d'une sensibilité interculturelle,transdisciplinaire, pluriexistentielle, tout en se fondant sur la relativemaîtrise d'une ou deux disciplines scientifiques ou expérienceshumaines significatives, opposées et complémentaires. Ils'ensuit une kyrielle de notions et concepts utilisables dans cette optiquede recherche. Une équipe de recherche en éducation, danscette perspective, devrait inclure non seulement divers scientifiques ensciences humaines et en sciences de la nature mais également deslittéraires, des poètes, des artistes, des philosophes etdes chercheurs ouverts sur la dimension expérientielle de la viespirituelle.

L'approche multiréférentielle s'inscrit sans contestedans les méthodologies qualitatives et cliniques de recherche. Ellesuppose un sens holistique de l'objet, voire une perspective hologrammatique.Elle accorde une place privilégiée et heuristique àl'implication du chercheur. Elle s'intéresse au "retourdu sensible en sciences humaines" La démarche clinique est autout premier plan. Les sens de l'improvisation,de la médiation et du défi sont convoqués fréquemmentdans son activité concrète, suivie au jour le jour par lamise en oeuvre de la technique du "journald'itinérance".
 
 

POUR EN SAVOIR PLUS : René BARBIER,l'ApprocheTransversale, l'écoute sensible en sciences humaines, Paris,Anthropos(Economica), 1997, 350 p.